David H. Koch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis David Koch)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koch.
David H. Koch
David Koch by Gage Skidmore.jpg
David H. Koch en 2015.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
WichitaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Deerfield Academy (en) (jusqu'en )
Massachusetts Institute of Technology (baccalauréat universitaire) (jusqu'en )
Massachusetts Institute of Technology (master) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Fred C. Koch (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Charles G. Koch
Frederick R. Koch (en)
Bill Koch (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Site web

David Hamilton Koch (né le 3 mai 1940 à Wichita) est un homme d'affaires, philanthrope, politique et ingénieur chimiste américain. Frère de Charles G. Koch, il est propriétaire avec lui à égalité de Koch Industries.

En 2017 selon le magazine Forbes sa fortune serait estimée à 48.3 milliards de dollars américains il est donc placé huitième sur la liste des milliardaires du monde du magazine Forbes titre qu'il partage avec son frère Charles G. Koch[1].

En 1980, il a été candidat à la vice-présidence des États-Unis pour le Parti libertarien (États-Unis). En 1984 il quitte le parti pour rejoindre le Parti républicain (États-Unis).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est diplômé du Massachusetts Institute of Technology en ingénierie chimie[2].

Controverses et critiques[modifier | modifier le code]

Suite aux Paradise Papers, il est révélé que le cabinet d’avocats Appleby lui a monté un système de sociétés écrans dans des paradis fiscaux pour réduire ses impôts[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « David Koch »
  2. (en-US) « Photo Shop: David and William Koch », New Republic,‎ (lire en ligne)
  3. « Elisabeth II, entourage de Trump, de Trudeau… les premières révélations des « Paradise Papers » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]