DarkComet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
DarkComet

Informations
Créateur Jean-Pierre Lesueur
Dernière version 5.3.1
État du projet abandonné
Système d'exploitation Microsoft WindowsVoir et modifier les données sur Wikidata
Environnement Windows
Type Outil d'administration à distance
Politique de distribution gratuit
Licence GratuicielVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web

http://www.darkcomet-rat.com/

[1]

DarkComet était un outil d'administration à distance (Un type de logiciel connu sous son abréviation anglaise RAT) développé par Jean-Pierre Lesueur, un programmeur indépendant provenant de France. Bien que ce logiciel ait été développé en 2008, il a commencé à proliférer au début de l'année 2012. Le logiciel fut annulé, partiellement à cause de son utilisation pendant la guerre civile syrienne pour surveiller des activistes, mais aussi car son créateur avait peur qu'il soit arrêté, même s'il n'a pas spécifié la raison[1].

DarkComet permet aux utilisateurs de contrôler l'ordinateur sur lequel il est installé en utilisant une interface graphique. Il possède beaucoup de fonctions qui permettent aux utilisateurs de l'utiliser comme un outil légitime pour administrer à distance leurs propres ordinateurs. Cependant, certaines peuvent êtres utilisés avec malveillance. DarkComet est quelquefois utilisé pour surveiller des victimes en enregistrant des frappes ou pour voler leurs mots de passe.

L'histoire de DarkComet[modifier | modifier le code]

En Syrie[modifier | modifier le code]

En 2014, DarkComet fut relié à la guerre civile syrienne. Des activistes en Syrie utilisaient des connexions chiffrées pour contourner la surveillance et la censure de l'internet. Donc, le gouvernement syrien commença à utiliser des logiciels espions pour surveiller ses citoyens, ce qui, selon de la spéculation, aurait causé les arrêts de beaucoup d'activistes en Syrie[1].

Le «RAT» fut distribué avec un «message de tchat sur Skype» avec une icône de Facebook qui était, en réalité, un fichier exécutable qui avait été conçu pour installer DarkComet[2]. Une fois infecté, l'ordinateur de la victime essayerait d'envoyer le message aux autres.

Une fois que DarkComet fut relié au régime de Bachar el-Assad, Lesueur a arrêté le développement de l'outil[1].

Des joueurs de jeu vidéo, des armées, et des gouvernements visés[modifier | modifier le code]

En 2012, la société Arbor Network a trouvé d'indication que des hackers provenant de l'Afrique utilisaient DarkComet pour viser des cibles militaires et des joueurs de jeu vidéo. À l'époque, ils visaient principalement les États-Unis[3].

Je Suis Charlie[modifier | modifier le code]

À la suite de l'attentat contre Charlie Hebdo à Paris, des hackers utilisaient le slogan «#JeSuisCharlie» slogan pour tromper des gens et les amener à télécharger DarkComet. DarkComet fut déguisé comme une image d'une enfant dont le bracelet était marqué avec les mots «Je suis Charlie.» Une fois l'image est téléchargé, l'ordinateur dévient infecté[4].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]