Dương Văn Minh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dương Văn Minh
Image illustrative de l'article Dương Văn Minh
Fonctions
Président du Conseil militaire révolutionnaire de la République du Viêt Nam
(chef de l'État)

(2 mois et 28 jours)
Prédécesseur Ngô Đình Diệm (président de la République)
Successeur Nguyên Khanh

(6 mois et 8 jours)
Prédécesseur Nguyên Khanh
Successeur Nguyên Khanh

(1 mois et 18 jours)
Prédécesseur Nguyên Khanh
Successeur Phan Khắc Sửu
Président de la République du Viêt Nam

(2 jours)
Prédécesseur Trần Văn Hương
Successeur Poste supprimé
Huỳnh Tấn Phát (président du Gouvernement révolutionnaire provisoire)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Mỹ Tho, Cochinchine, Indochine française
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Pasadena, Californie, États-Unis
Nationalité vietnamienne
Profession Militaire

Dương Văn Minh est un général et homme d'État sud-vietnamien, né le 16 février 1916 à Mỹ Tho, dans le delta du Mékong, mort le 6 août 2001 à Pasadena en Californie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il organisa le coup d'État du 2 novembre 1963 qui le porta au pouvoir durant trois mois. Cette prise du pouvoir se fit avec l'aval du gouvernement américain qui déclarait, dès le mois d'août 1963, qu'il serait disposé à soutenir toute équipe anti-communiste prenant la place du président sud-vietnamien Ngo Dinh Diem et de son frère Ngo Dinh Nhu. En effet, le président Diem devenait de plus en plus impopulaire du fait de la corruption galopante dans les institutions, des promesses de réformes non tenues, et d'une rigidité excessive vis-à-vis des institutions bouddhistes (Diem était un fervent catholique) jusqu'à provoquer des incidents meurtriers (juin 1963).

Toutefois l'apparent laxisme dont fit preuve le "grand Minh", sobriquet qui le poursuit jusqu'à sa mort[réf. nécessaire], fit que rien ne changea. La corruption se développa de plus belle, tant et si bien que, le , un nouveau coup d'État porta au pouvoir Nguyên Khanh. Minh connaît alors l'exil à Bangkok jusqu'en 1968.

Le , il est de nouveau président de la République du Vietnam à la suite de la démission de Tran Van Huong. Le 30 avril, peu après l'entrée de chars nord-vietnamiens dans la cour du palais présidentiel à Saïgon à 12h15, il remet ses pouvoirs au général de brigade nord-vietnamien Nguyen Khoa Nam, acte final de la chute de Saïgon.

Mis en résidence surveillée jusqu'en 1983, il est autorisé à s'exiler pour la France et y rejoindre ses deux fils. Il finit ses jours à l'Huntington Hospital de Pasadena aux États-Unis.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]