Crocodile du Siam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crocodylus siamensis

Crocodylus siamensis
Description de cette image, également commentée ci-après
Crocodile du Siam
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Sous-classe Archosauromorpha
Clade Crurotarsi
Ordre Crocodilia
Famille Crocodylidae
Genre Crocodylus

Espèce

Crocodylus siamensis
Schneider, 1801

Synonymes

  • Crocodilus galeatus Cuvier, 1807

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2cd :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe I de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/1975

Crocodylus siamensis, le Crocodile du Siam, est une espèce de crocodiliens de la famille des Crocodylidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Distribution

Cette espèce se rencontre en Birmanie, en Thaïlande, au Laos, au Cambodge, au Viêt Nam, en Malaisie, au Brunei Darussalam et en Indonésie au Kalimantan[1].

Sa présence est incertaine à Java

Mais l'espèce a très fortement régressé dans tous ces pays et elle a pu disparaître de la plupart d'entre eux.

Description[modifier | modifier le code]

Gros plan sur l'œil et les dents d'un crocodile du Siam
Crocodile du Siam

Le crocodile du Siam peut atteindre les 3 mètres de long, beaucoup plus rarement 4 mètres.

Cette espèce mange des poissons.

La femelle crocodile pond de 20 à 48 œufs. L'incubation dure de 68 à 85 jours. Les petits quittent leur mère et chassent seuls au bout d'environ 80 jours[2].

On ignore presque tout de sa biologie et de son écologie. Il semble fréquenter les eaux douces.

Conservation[modifier | modifier le code]

Les populations actuelles sont très faibles : moins de 5 000 individus en captivité et peut-être 250 en liberté. L'avenir de l'espèce semble très critique d'autant que l'on ignore encore presque tout de sa réelle distribution. Si les populations semblaient avoir disparu de Thaïlande, les derniers individus ont pu survivre et se reproduire dans le parc national de Kaeng Krachan[3],[4], dans le lac Nong Han, dernier refuge du crocodile du Siam ; leur population à l'état sauvage dans ce pays est estimée à une vingtaine d'individus début 2021[5]. Les programmes d'élevage au Cambodge sont une réussite. Mais dans ce pays, la réduction de nombreuses populations semble irrémédiable.

Les principales menaces sont la chasse et la destruction de son habitat qui est converti pour l'agriculture. La valeur de sa peau devrait permettre un essor de son élevage. De plus, le faible danger qu'il représente, devrait être un argument supplémentaire pour les populations. La possible hybridation avec Crocodylus porosus dans ces fermes d'élevage pourrait être une nouvelle menace.

Mais le plus grand danger pour le crocodile du Siam est le trafic pour alimenter les restaurants chinois : la police chinoise, de la région de Guangxi Zhuang, a saisi plus de 3.600 crocodiles du Siam, aux abords de la frontière vietnamienne. Les reptiles, destinés à rejoindre la province de Guangdong pour fournir les restaurants, sont actuellement victimes d'un important trafic.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans l'imaginaire thaïlandais, les animaux des forêts tropicales sont très présents. Contes et légendes racontent des histoires de crocodiles du Siam, aux côtés de tigres, d'éléphants...

De très anciennes croyances siamoises parlent d'hommes pouvant se transformer en animaux : en crocodiles du Siam dans la légende de Kraithong[6],[7] (souvent adaptée en film[8]) et dans Khun Chang Khun Phaen[9] (thaï: ขุนช้างขุนแผน[10])[11], la première grande œuvre littéraire thaïlandaise, très longue épopée en vers qui se déroule vers l'an 1500, épopée adaptée en film en 2002.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom d'espèce, composé de siam et du suffixe latin -ensis, « qui vit dans, qui habite », lui a été donné en référence au lieu de sa découverte, le Siam, l'ancien nom de la Thaïlande.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Schneider, 1801 : Historiae Amphibiorum naturalis et literariae. Fasciculus secundus continens Crocodilos, Scincos, Chamaesauras, Boas. Pseudoboas, Elapes, Angues. Amphisbaenas et Caecilias. Frommani, Jena, p. 1-374 (texte intégral).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Référence Reptarium Reptile Database : Crocodylus siamensis 
  2. (th) « นักอนุรักษ์เฮ! กล้องดักถ่ายอุทยานแห่งชาติแก่งกระจานพบจระเข้สายพันธุ์ไทยใกล้สูญพันธุ์ », sur matichon.co.th, Matichon,‎
  3. (en) The Nation, « Area home to near-extinct Siamese crocodile declared protected zone », sur nationthailand.com, The Nation (Thaïlande),
  4. (en) The Nation, « Rare Siamese crocodile spotted in Phetchaburi River », sur nationthailand.com, The Nation (Thailand),
  5. « Biodiversité : un crocodile du Siam, en voie d'extinction, aperçu dans un parc de Thaïlande », sur Franceinfo, (consulté le )
  6. (en) Thanapol (Lamduan) Chadchaidee, Fascinating Folktales of Thailand, , 275 p. (ISBN 978-616-245-055-6, lire en ligne), p. Conte 9 Krai Thong pages 29 à 32
  7. (th + fr) Wanee Pooput et Michèle Conjeaud (préf. Gilles Delouche, ill. Thumwimol Pornthum), Pratique du thaï - Volume 2, L'Asiathèque - maison des langues du monde, , 352 p. (ISBN 978-2-36057-012-6), p. Leçon 4 - Kraithong pages 44 à 49
  8. (th) « หอภาพยนตร์ จัดเทศกาลภาพยนตร์ครั้งพิเศษ เพื่อรำลึกถึงผู้จากไป », sur matichon.co.th, Matichon,‎
  9. (en) Thanapol (Lamduan) Chadchaidee, Fascinating Folktales of Thailand, , 275 p. (ISBN 978-616-245-055-6, lire en ligne), p. Conte 7 Khun Chang and Khun Phaen pages 17 à 24
  10. (fr + th) Collectif, Florilège de la littérature thaïlandaise, Duang Kamol (éditeur), , 470 p. (ISBN 974-210-432-8), p. Chapitre 4 : KHUN CHANG KHUN PHEN pages 165 à 218
  11. Madame J. Kasem SIBUNRUANG (traduit par), "Khun Chang Khun Phèn" ; LA FEMME, LE HEROS ET LE VILAIN ; Poème populaire thaï, Presse Universitaire de France, , 162 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :