Tigres asiatiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tigre.
Les Tigres asiatiques en jaune.

Les Tigres asiatiques sont les États qui sont dits « nouveaux pays exportateurs » (NPE) : la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie, le Viêt Nam[1] et les Philippines. Ces surnoms à la mode posent problème, le tigre faisant référence à un élément culturel des mondes indiens alors que le dragon appartient au monde sinisé, ce qui est le cas du Viêt Nam.

Leur émergence est une composante de la vague de développement touchant les économies émergentes d’Asie.

Les Tigres asiatiques ne doivent pas être confondus avec les Quatre Dragons qui constituaient la première vague des nouveaux pays industrialisés d’Asie (NPI ou NPIA), aujourd'hui des pays développés à part entière : la Corée du Sud, Taïwan, Singapour et Hong Kong.[2]

La raison principale de l’ouverture des pays en développement est le succès des NPI et du Sud-Est asiatique. Les quatre Dragons et les cinq bébés Tigres ont pu apparaître comme des modèles de réussite de croissance économique, malgré la crise financière de fin 1997-début 1998. Grâce notamment aux investissements directs à l’étranger (IDE) qui viennent des pays de la triade (et plus particulièrement du Japon et des quatre Dragons), ces pays ont réduit leur chômage et améliorent petit à petit leur niveau de vie.[3],[4]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vietnam, o Novo Tigre Asiático - Asia Comentada
  2. A ascensão da China à condição de potência econômica : há algo de novo no "modelo asiático"? - UFRGS
  3. O novo norte do sul: emergentes como vetores da globalização no mundo em desenvolvimento - Scielo
  4. Tigres Asiáticos Portal São Francisco

Voir aussi[modifier | modifier le code]