Cristina Hoyos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoyos.
Cristina Hoyos
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
SévilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Cristina Hoyos Panadero, née à Séville le , est une actrice, chorégraphe et danseuse de flamenco espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née à Séville en 1946, et commence à danser à douze ans, avec l'accord de son père : « Les religieuses chez qui j'étais au collège m'ont renvoyée quand j'ai avoué vouloir devenir danseuse », raconte-t-elle, « alors mon père m'a dit : tu veux danser, eh bien, tu danseras même si tu n'es pas la plus belle »[1].

Elle devient professionnelle à 16 ans. Elle est remarquée par le danseur et chorégraphe Antonio Gades, qui l'engage en 1969. Elle joue notamment dans sa Suite flamenca. Elle devient une de ses principales partenaires, sur scène et quelquefois dans les films réalisés par Carlos Saura à partir de ses spectacles, de 1974 à 1988, notamment dans des pièces telles que Noces de sang ou Carmen[2],[3].

Après plusieurs succès internationaux, elle crée sa compagnie de danse[3], qui fait sa première à Paris au Grand Rex en 1988. Elle incarne le renouveau d'un flamenco féminin authentique[3]. Elle est mise à contribution sur plusieurs événements espagnols, tels que l'Exposition universelle de 1992 à Séville, et est un personnage capital pendant les cérémonies d'inaugurations et de clôture des Jeux olympiques d'été de 1992 à Barcelone[3].

En 1993, elle reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports[4].

Elle se sort d'un cancer du sein découvert au milieu des années 1990[5]. Elle fait ses adieux comme interpète en 2009 dans un spectacle dédié à Federico García Lorca, Romancero Gitano[1],[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ariane Bavelier, « Les adieux de Cristina Hoyos », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. Jean-Marc Adolphe, « Hoyos Cristina », dans Philippe Le Moal (dir.), Dictionnaire de la danse, Éditions Larousse, , p. 218
  3. a b c d et e Virginie Garandeau, « Hoyos, Cristina [Séville 1946] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (lire en ligne), p. 1843
  4. (es) Juan Carlos Ier et Carmen Alborch Bataller, « 2408/1993 de 29 de diciembre por el que se concede la Medalla al Mérito en las Bellas Artes, en su categoria de Oro, a las personas que se citan », Boletin de Estado, Madrid, no 4,‎ , p. 300 (lire en ligne).
  5. (en-GB) « Flamenco - Cristina Hoyos | Andalucia.com », sur www.andalucia.com (consulté le 19 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]