Couvent des Augustins de Cosne-Cours-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Couvent des Augustins
Le couvent au début du XVIIe siècle, eau-forte, archives départementales de la Nièvre.
Le couvent au début du XVIIe siècle, eau-forte, archives départementales de la Nièvre.

Identité du monastère
Diocèse Nevers
Présentation du monastère
Fondateur François de Donadieu évêque d'Auxerre
Type Couvent
Congrégation Augustins
Culte catholique
Date de la fondation 1616
Armes du fondateur
Image illustrative de l’article Couvent des Augustins de Cosne-Cours-sur-Loire
Armoiries du monastère
Historique
Fermeture 1790
Affectation ultérieure Musée
Architecture
Styles rencontrés Renaissance
Classique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1977, Façades, toitures et portail d'entrée)[1]
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Commune Cosne-Cours-sur-Loire
Coordonnées 47° 24′ 37″ nord, 2° 55′ 24″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Couvent des Augustins
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne
(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Couvent des Augustins
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
(Voir situation sur carte : Nièvre)
Couvent des Augustins

Le couvent des Augustins est un ancien établissement religieux situé à Cosne-Cours-sur-Loire, dans la Nièvre. Fondé par l'évêque d’Auxerre François de Donadieu en 1616, c'est aujourd'hui le musée de la Loire[2].

Histoire d'un couvent devenu musée[modifier | modifier le code]

Depuis l'installation des Augustins en 1616 jusqu'à celle du musée de la Loire, le bâtiment a abrité de nombreuses institutions religieuses, administratives, éducatives ou culturelles :

Les Augustins (1616-1790)[modifier | modifier le code]

Les Augustins s’installent en 1616, sous l’épiscopat de François de Donadieu, évêque d’Auxerre, dans des bâtiments déjà existants au bord du Nohain. Leur mission semble être l’instruction de la jeunesse. Deux lettres, signées de François Donadieu, évêque d’Auxerre, les autorisent également « […] à instruire les confessions, faire l’office, donner la communion, hors le temps Pascal […] »[3].

En 1618, ce dernier leur accorde aussi le droit de construire une chapelle[4].

Ils sont généreusement dotés par la population et n’ont de cesse d’étendre leur couvent le long de la rivière. Plusieurs documents, conservés aux archives départementales de la Nièvre, mentionnent des travaux de construction ou de réfection. De nombreux marchés de travaux sont signés entre les moines et différents artisans : Pierre Picard, tailleur de pierre, en 1646[5] ; Edme Millot, peintre de Saulieu, en 1648[6] ; Jean Briant, couvreur de Bourges, en 1651[7] ou Philippe Chereau, menuisier de Cosne, en 1695[8]etc.

Il est aussi question régulièrement de l’acquisition de terrains[9] : « maison et jardin d’Emée Chantereau » en 1632, « maison et jeu de paulme de François Saujot où est à présent bastie l’église du couvent » en 1633, « maison et jardin d’Emée Chantereau » en 1643, « 300 livres employées à faire l’acquisition de la maison et tannerie de Pierre Labre qui fait à présent partie du couvent » en 1652 par exemple.

LE COUVENT DES AUGUSTINS, Reconstitution du rez-de-chaussée, d'après la description donnée avant la vente par les Biens Nationaux, 26 janvier 1798
LE COUVENT DES AUGUSTINS, Reconstitution du rez-de-chaussée, d'après la description donnée avant la vente par les Biens Nationaux, 26 janvier 1798[10]
LE COUVENT DES AUGUSTINS, Reconstitution du 1er étage, d'après la description donnée avant la vente par les Biens Nationaux, 26 janvier 1798[11]

Corps de garde (1791-1848)[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville et Justice de Paix (1806 ?-1851)[modifier | modifier le code]

Sous-préfecture (1806-1837)[modifier | modifier le code]

Tribunal (1806-1864)[modifier | modifier le code]

Théâtre municipal (1806-1922)[modifier | modifier le code]

École de filles (1809-1849)[modifier | modifier le code]

Presbytère Saint-Jacques (1816-1907)[modifier | modifier le code]

Collège et lycée (1816-1966)[modifier | modifier le code]

Salle de bal 1 (1835-1855)[modifier | modifier le code]

École de Garçons (1836-1895)[modifier | modifier le code]

Salle de bal 2 (1864- ?)[modifier | modifier le code]

Musée de la Loire et La Banque postale (à partir de 1980)[modifier | modifier le code]

Frise chronologique du couvent au musée
Frise chronologique du couvent au musée
Plan d'occupation et de destination des lieux à travers les siècles du couvent au musée
Plan d'occupation et de destination des lieux à travers les siècles du couvent au musée

Description[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est inscrit à l'inventaire supplémentaires des monuments historiques le [1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00112865, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « Histoire du musée », sur museedelaloire.fr (consulté le ).
  3. Lettres de François Donadieu, et , archives départementales de la Nièvre, 3 T 12.
  4. Lettre de François Donadieu, , archives départementales de la Nièvre, 3 T 12.
  5. Marché de travaux, , archives départementales de la Nièvre, Notaire Breuzard, 3 E 7 22.
  6. Marché de travaux, , archives départementales de la Nièvre, Notaire Breuzard, 3 E 7 23.
  7. Marché de travaux, , archives départementales de la Nièvre, Notaire Breuzard, 3 E 7 24.
  8. Marché de travaux, , archives départementales de la Nièvre, Notaire Breuzard, 3 E 7 22.
  9. États des fondations du couvent, 1632-1633-1636-1643-1652, archives départementales de la Nièvre, H 688.
  10. Archives départementales de la Nièvre, 1 Q 248
  11. Archives départementales de la Nièvre, 1 Q 1798

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Brocq, Le Couvent des Augustins, histoire mouvementée d'un couvent devenu musée, Cahier des Amis du musée no 17, Cosne-Cours-sur-Loire, 2014, 40 p. (ISSN 2264-1300).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :