Corneille de Pauw

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe
Cet article est une ébauche concernant un philosophe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Corneille de Pauw
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
XantenVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Le chanoine Corneille de Pauw, (, Amsterdam - , Xanten) est un sous-diacre catholique et philosophe néerlandais.

Nommé chanoine du chapitre cathédral de Xanten, il fut ordonné sous-diacre en 1765 et devint bibliothécaire de la bibliothèque abbatiale.

Savant écrivain et philosophe paradoxal, ses ouvrages ont fait grand bruit au XVIIIe siècle par la nouveauté et la hardiesse des aperçus. Il réfute le système de Joseph de Guignes qui fait peupler la Chine par une colonie égyptienne. Il écrit successivement, dans un esprit de critique fort brillant, ses ouvrages sur les Américains, les Égyptiens, les Chinois, les Grecs et les anciens Germains.

Il a également fourni des articles sur les antiquités, l’histoire et la critique au Supplément à l'Encyclopédie.

Il est proclamé citoyen français par l’Assemblée nationale législative le 26 août 1792[1] et un obélisque en son honneur est élevé à titre posthume par Napoléon à Xanten.

Le chanoine de Pauw est le frère d'Alida Jacoba de Pauw, épouse du baron Thomas Franziskus de Cloots, et mère du révolutionnaire et chantre de l'athéisme Anacharsis Cloots.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 26 août 1792.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches philosophiques sur les Égyptiens et les Chinois, Londres, Lausanne et Genève, (réimpr. Nouvelle édition exactement corrigée) — L'auteur y réfute la thèse, très en vogue à l'époque, soutenue par De Guignes, selon laquelle la civilisation chinoise serait issue de la civilisation égyptienne en s'appuyant sur l'analyse des anciens systèmes d'écriture de ces deux civilisations. De nombreux autres aspects sont abordés dans cet ouvrage : de la condition des femmes chez les égyptiens et les chinois, du régime diététique des égyptiens et de la manière de se nourrir des chinois, de l'état de la peinture et de la sculpture chez les égyptiens et les chinois, considérations sur l'état de la chimie chez les égyptiens et les chinois, de la religion et du gouvernement des égyptiens et des chinois. Google Books
  • Recherches philosophiques sur les Grecs, Berlin, Decker & Söhne, 1787-1788 (réimpr. Onfroy, Paris, 1788)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :