Superamas de l'Hydre-Centaure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Amas de l'Hydre ou Amas du Centaure.

Superamas de l'Hydre-Centaure
Image illustrative de l’article Superamas de l'Hydre-Centaure
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Hydre et Centaure
Ascension droite (α) 13h 13m 35,3s
Déclinaison (δ) −33° 21′ 53″
Distance
(~ 54 Mpc pc)

Localisation dans la constellation : Hydre

(Voir situation dans la constellation : Hydre)
Hydra IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Superamas
Magnitude absolue ?
Découverte
Désignation(s) SCI 128
Liste des objets célestes

Le superamas de l'Hydre-Centaure, ou superamas de l'Hydre et du Centaure, est un superamas, le plus proche voisin du superamas de la Vierge (dont fait partie la Voie lactée).

Membres[modifier | modifier le code]

Le superamas de l'Hydre-Centaure est divisé en plusieurs parties :

En dehors de ces amas centraux, qui se trouvent à une distance comprise entre 150 et 200 millions d'années-lumière, plusieurs amas plus petits appartiennent à cet ensemble.

Un seul superamas ou deux superamas distincts ?[modifier | modifier le code]

Le superamas de l'Hydre et celui du Centaure sont aujourd'hui de plus en plus souvent considérés comme des superamas distincts et traités comme tels (bien que souvent étudiés ensemble) en lieu et place de ce rassemblement. Cependant ces deux superamas ne sont pas totalement disjoints gravitationnellement : avec le superamas de la Vierge, ils forment un ensemble encore plus grand appelé le superamas de la Vierge-Hydre-Centaure[1],[3].

Objets particuliers à proximité[modifier | modifier le code]

À proximité du superamas se trouve le Grand attracteur, dominé par l'amas de la Règle. Cet amas massif de galaxies exerce une importante force de gravitation qui mène toute la matière dans un rayon de 50 mégaparsecs à « s'écouler » à la vitesse de 600 kilomètres par seconde vers l'amas de la Règle[4]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Description détaillée du superamas du Centaure sur atlasoftheuniverse.com.
  2. Description détaillée du superamas de l'Hydre sur atlasoftheuniverse.com.
  3. « Virgo-Hydra-Centaurus Supercluster » sur The Taxonomicon.
  4. Plionis, Manolis; Valdarnini, Riccardo, « Evidence for large-scale structure on scales about 300/h MPC », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 249, no March 1, 1991,‎ , p. 46–61 (Bibcode 1991MNRAS.249...46P)

Lien externe[modifier | modifier le code]