Grand Mur d'Hercule-Couronne boréale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Grand Mur d'Hercule-Couronne boréale ou Grand Mur d'Hercule et de la Couronne boréale (Her–CrB GW pour Hercules-Corona Borealis Great Wall) est un immense filament galactique situé dans les constellations d'Hercule et de la Couronne boréale[1]. S'étendant sur plus de 10 milliards d'années-lumière[2],[3], c'est la plus grande et la plus massive structure connue de l'univers observable.

Ce grand mur a été découvert en à partir d'une cartographie de sursauts gamma réalisée à l'aide d'observations des télescopes SWIFT et GLAST[2],[3],[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La structure forme un filament galactique[3] ou un immense superamas lié par la gravité. Elle fait environ 10 milliards par 7,2 milliards d'années-lumière pour une « épaisseur » de 900 millions d'années-lumière. Son décalage vers le rouge est situé entre 1,6 et 2,1, ce qui correspondrait à une distance d'environ 10 milliards d'années-lumière[2],[3].

L'observation de cette superstructure pourrait entrer en contradiction avec le principe cosmologique[1].

Désignation[modifier | modifier le code]

Le grand mur a été ainsi désigné pour la première fois lors de la création d'un article encyclopédique à son sujet, par un wikipédien anglophone des Philippines[4], le [5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hercules–Corona Borealis Great Wall » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b et c (en) Irene Klotz, « Universe's Largest Structure is a Cosmic Conundrum », Discovery,
  2. a, b et c (en) Istvan Horvath, Jon Hakkila et Zsolt Bagoly, « Possible structure in the GRB sky distribution at redshift two », Astronomy and Astrophysics, vol. 561,‎ , id. L12 (DOI 10.1051/0004-6361/201323020, Bibcode 2014A&A...561L..12H, arXiv 1401.0533, résumé, lire en ligne [PDF])
    L'article a été reçu par la revue le , accepté par son comité de lecture le et mis en ligne le .
  3. a, b, c et d (en) Istvan Horvath, Jon Hakkila et Zsolt Bagoly, « The largest structure of the Universe, defined by gamma-ray bursts », 7th Huntsville Gamma-Ray Burst Symposium, GRB 2013: paper 33 in eConf Proceedings C1304143,‎ (Bibcode 2013arXiv1311.1104H, arXiv 1311.1104)
  4. (en) Mark Berry, « Starstruck » [html], sur College of Charleston Magazine, College of Charleston (en), (consulté le 17 juin 2015)
  5. (en) Article « NQ2-NQ4 GRB overdensity », sur Wikipédia en anglais, première version, à 11 h 45 (consulté le 17 juin 2015)