Colette Yver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yver.
Colette Yver
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Antoinette de BergevinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Distinctions
Prononciation
Œuvres principales

Colette Yver, née Antoinette de Bergevin le 28 juillet 1874 à Segré et morte le 17 mars 1953 à Rouen, est une écrivaine catholique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d’un fonctionnaire muté à Rouen peu après sa naissance, Colette Yver est une écrivaine prolifique qui commence à publier, dès l’âge de dix-huit ans, des romans pour la Bibliothèque morale de la jeunesse chez Mégard à Rouen. Elle publiera environ un ouvrage (romans, essais ou hagiographies) par an pendant les cinquante prochaines années de sa vie. Ses ouvrages sont représentatifs des fictions antiféministes qui abondent sous la IIIe République. Destinés à un public féminin, ces types de romans mettent en scène des femmes émancipées confrontées à de multiples malheurs qu'elles n'auraient pas subis si elles avaient choisi la vie au foyer.

En 1907, elle reçoit le prix Femina (à l'époque prix Vie Heureuse, présidé par Mme Daniel Lesueur) pour Princesses de science, un ouvrage évoquant les difficultés rencontrées par les femmes pour concilier vie familiale et carrière scientifique. En 1913, elle entrera au jury de ce prix, dont elle sera longtemps la doyenne, jusqu’en 1951. En 1917, elle est admise à l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen.

Sa sœur Marguerite (1869-1961) , épouse du docteur Guillaume, jeune veuve avec deux enfants en 1896, professeure de français jusqu'à un âge avancé dans l'enseignement libre, donne au Journal de Rouen des contes pour enfants sous le pseudonyme d'« Hélène Avril ».

Elle repose au cimetière monumental de Rouen à côté de son frère, le peintre Édouard de Bergevin.

Une rue à Rouen, à Segré (Maine-et Loire) et à Barentin portent aujourd’hui son nom.

Elle est chevalier de la Légion d'honneur (décret du 11 août 1931).

Essais,Romans[modifier | modifier le code]

  • Cervelines, 1903.
  • Princesses de science, 1907 (couronné par le Prix Vie Heureuse, ancêtre du Prix Femina)
  • Les Cervelines, Calmann-Lévy , 1908
  • Les Dames du Palais, 1909
  • Le Métier de Roi, Calmann-Lévy, 1911
  • Un coin du voile, 1912
  • Les sables mouvants, 1913
  • Comment s'en vont les Reines, Calmann-Lévy, 1916 ?
  • Mirabelle de Pampelune, 1917
  • Les cousins riches, 1919
  • Dans le jardin du féminisme, 1920
  • Aujourd’hui..., 1926
  • La Bergerie, 1928
  • Femmes d’aujourd’hui, 1929
  • Vincent ou La Solitude, 1931
  • Le Vote des femmes, 1932
  • Le mystère des béatitudes, <1928
  • Le festin des autres, 1928
  • L'homme et le dieu, 1928
  • Vous serez comme des dieux, 1928
  • Haudequin de Lyon, 1928

Référence[modifier | modifier le code]