Claudius Forestier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Forestier (homonymie).
Claudius Forestier
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Aix-les-Bains, Drapeau de la Savoie Duché de Savoie[1]
Décès (à 80 ans)
Lyon, Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de France Français
Conjoint
Agathe Comberry (fille de David Comberry)
Famille
Hyacinthe Forestier (frère)

Claudius Forestier est l'un des militants sourds de France avant de la Belle Époque, né le à Aix-les-Bains et mort le à Lyon. Il est le directeur de l'institution des sourds-muets de Lyon en 1852 jusqu'en 1891 et un des fondateurs de Société centrale des sourds-muets en 1838.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son professeur Auguste Bébian

Claudius Forestier est issu d'une famille bourgeoise de sept enfants[2]. Selon Yann Cantin, le frère de Claudius, Hyacinthe, est aussi sourd[2]. En 1819, ses parents envoient Claudius à l'Institut National des Jeunes Sourds à Paris où il rencontre les éleves Ferdinand Berthier et Lucien-François Guillemont (dit Benjamin)[3] et il a comme professeur Auguste Bébian[4].

Il est l'un des plus brillants élèves de Bébian à l'Institution de Paris, où il fut élève de 1820 à 1826. Il se fait remarquer, à huit ans, pour son érudition sur les guerres d'Italie. Le Docteur Blanchet dit de lui que sa douceur et son bon sens en font "l'ange de l'Institution de Paris". Entre 1826 et 1929, il s'occupe le poste de moniteur et répétiteur puis enseignant et surveillant de l'Institut National des Jeunes Sourds malgré ses nombreuses demandes pour obtenir le poste de professeur, qu'il n'a jamais eu. En 1833, il quitte l'Institut National des Jeunes Sourds.

Il est un des fondateurs de Société centrale des sourds-muets en 1838 avec Ferdinand Berthier[5].

En 1840, il devient professeur à l'institution mixte de sourds-muets de Lyon, fondé par un Sourd David Comberry, son beau-père, décédé en 1834[2]. Puis il devient le directeur en conservant son poste de professeur, il est ensuite propriétaire d'un immeuble afin de créer une institution des garçons sourds de Lyon, Claudius s'occupe la direction de celle-ci et sa femme Agathe Comberry, la direction des filles sourdes.

Claudius a participé le Congrès de Milan en septembre 1880[6].

Il est décédé le à Lyon en léguant son institution aux abbés Lemann-Lévy, frères jumeaux qui ont échoué le mission: relever l'institution.

Le buste[modifier | modifier le code]

La généalogiste Angélique Cantin, la femme de Yann Cantin, dans le cadre d’une recherche généalogique de Claudius Forestier, découvre le buste. Ensuite, Yann Cantin confirme que ce buste est bien Claudius Forestier[2]. Le buste est réalisé dans les années 1830, avant son départ pour Lyon et il est oublié dans de la collection Dumoutier, du Muséum national d'histoire naturelle. Aujourd'hui, on le trouve dans le Musée d’Histoire et culture des Sourds à Louhans.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Cours complet et méthodique d'enseignement pratique des sourds-muets, L. Hachette, , 526 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À savoir que l'Annexion de la Savoie à la France est à lieu de l'année en 1860.
  2. a, b, c et d « Claudius Forestier, le buste », sur www.clsfb.fr (consulté le 30 juin 2015).
  3. Patrice Gicquel, Il était une fois... les sourds français, éd. Books on Demand, 2011, Page 62
  4. https://books.google.co.uk/books?id=-rTj19jgjWIC&pg=PA282&dq=Forestier+Claude+deaf&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjbt57W2PjQAhULCiwKHX6uAEMQ6AEIJjAB#v=onepage&q=Forestier%20Claude&f=false
  5. « L’hommage du musée des sourds à Claudius Forestier », sur www.lejsl.com, (consulté le 30 juin 2015).
  6. « L’inconnue du Congrès de Paris de 1889 », sur noetomalalie.hypotheses.org (consulté le 30 juin 2015).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]