Claudine Blanchard-Laville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanchard.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laville.
Claudine Blanchard-Laville
Portrait de Claudine Blanchard-Laville

2010

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à Lot
Nationalité Française
Thématique
Formation Habilitation universitaire en sciences de l'éducation
Profession Professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Approche Clinique psychanalytique
Intérêts Analyses de pratiques professionnelles
Œuvres principales
  • Les enseignants entre plaisir et souffrance, 2001.
  • Au risque d'enseigner, 2013.

Claudine Blanchard-Laville, née en 1942 dans le Lot, est professeure émérite de sciences de l'éducation à l’université Paris-Nanterre et membre de l'équipe de recherche Savoir, rapport au savoir et processus de transmission (CREF EA 1589).

Biographie[modifier | modifier le code]

Née au sein d’une famille d’enseignants, Claudine Blanchard-Laville a fait ses études secondaires à Cahors, au lycée Clément Marot, puis au lycée Gambetta où elle obtient les baccalauréats de mathématiques et de philosophie en 1959, avant d'entreprendre des études de mathématiques à Toulouse[1].

Claudine Blanchard-Laville est l’épouse de Pierre Laville, auteur dramatique et metteur en scène[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière d’enseignante à l’université en devenant assistante de mathématiques à la faculté de sciences de Toulouse (1963), puis elle enseigne à la faculté de sciences de Dakar (1964-1966) et de Reims (1966-1968). Elle est nommée à l’université Paris X Nanterre en 1968, d'abord comme assistante, puis comme maître de conférences en mathématiques, ce qui la conduit à enseigner, notamment, les statistiques, à des étudiants de l'UFR de psychologie[3]. Elle complète sa formation par une maîtrise et un DEA de sciences de l'éducation, et assure également des charges de cours dans cette discipline. Elle soutient en 1980 une thèse de doctorat en didactique des mathématiques[4].

Didactique[modifier | modifier le code]

Elle contribue à la définition épistémologique de cette discipline récente, notamment en publiant avec Yves Chevallard et Maria-Luisa Schubauer-Leoni, Regards croisés sur le didactique. Un colloque épistolaire de chercheurs (1996). Elle poursuit cet échange avec les didacticiens, tout en prenant ses distances sur le plan épistémologique, dans deux articles notamment, «Questions à la didactique des mathématiques»[5] (1989), dans la Revue française de pédagogie, et «L’enseignant et la transmission dans l’espace psychique de la classe» (1997), dans la revue Recherches en Didactique des mathématiques[6].

Psychanalyse, éducation et formation[modifier | modifier le code]

Son intérêt pour la psychanalyse, dont elle témoigne dans un entretien en 2009, dans la revue Cliopsy (cf. sources), la pousse à s'orienter progressivement vers les recherches cliniques en sciences de l'éducation. Elle soutient en octobre 1990 à Nanterre une habilitation à diriger des recherches dans cette discipline, intitulée Éléments épistémologiques et méthodologiques à propos de recherches cliniques en Sciences de l'Éducation sur l'enseignement des mathématiques puis elle est recrutée comme professeure des universités en 1991.

En 2005, Claudine Blanchard-Laville contribue à la mise en place du master professionnel de sciences de l'éducation Formation à l'intervention et à l'analyse de pratiques[7], à Paris Ouest Nanterre.

Elle devient professeure émérite de l'université Paris-Nanterre en 2010.

Savoirs et rapport au savoir : une équipe de recherche et des ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

Lorsque Jacky Beillerot fonde en 1987 l'équipe Savoirs et rapport au savoir, composante à orientation clinique du CREF (Centre de Recherche Éducation et Formation - équipe d'accueil 1589)[8], il propose à Claudine Blanchard-Laville et à Nicole Mosconi de le rejoindre. Leur trio dirige trois ouvrages collectifs qui rassemblent les travaux de l’équipe de recherche nanterroise, centrés sur des approfondissements théorico-cliniques de la notion de rapport au savoir considérée dans sa dimension anthropologique et psychanalytique[9] :

  • Savoir et rapport au savoir (1989)[10] ;
  • Pour une clinique du rapport au savoir (1996)[11] ;
  • Formes et formation du rapport au savoir (2000)[12].

En 2003, l'équipe élargie publie un nouvel ouvrage collectif, Autobiographie de Carl Rogers. Lectures plurielles[13], auquel Claudine Blanchard-Laville contribue[14]. Cet ouvrage constitue une relecture d'un texte de Carl Rogers, Autobiographie, écrit en 1967.

Sciences de l’éducation et clinique d’orientation psychanalytique[modifier | modifier le code]

Les travaux de recherche de Claudine Blanchard-Laville se situent principalement selon trois axes :

  • L’étude des pratiques enseignantes. En 2001, elle publie aux PUF Les enseignants entre plaisir et souffrance[15]. Elle mène des recherches sur les enseignants de mathématiques, publiant plusieurs articles avec Pierre Berdot, psychologue et mathématicien à Paris VI (cf. bibliographie). Elle conceptualise le transfert didactique pour définir la façon dont l'enseignant, en situation d'enseignement, se relie doublement, à la fois au savoir qu'il transmet et aux élèves. Claudine Blanchard-Laville théorise la «codisciplinarité» dans laquelle une coconstruction de sens se fait, avec des chercheurs de plusieurs disciplines, à propos d’un même objet d’étude. Elle dirige plusieurs équipes successives de chercheurs, cliniciens, didacticiens des mathématiques et sociologues engagés dans des recherches codisciplinaires autour de l’observation de séquences de classe vidéoscopées. Deux ouvrages collectifs rendent compte de ces recherches : Variations sur une leçon de mathématiques. Analyse d'une séquence : L’écriture des grands nombres (1997) et Une séance de cours ordinaire. Mélanie tiens passe au tableau (2003). Elle publie un article consacré à la notion de codisciplinarité dans la Revue française de pédagogie[16].
  • L’analyse des pratiques professionnelles enseignantes. Son ouvrage Au risque d'enseigner (PUF, 2013) réunit dans une perspective théorico-clinique des propositions d'élaboration de la pratique enseignante, à partir du travail qu'elle conduit dans des groupes d'analyse de pratiques pour des enseignants et des formateurs. Encouragés par Jacky Beillerot[17], Claudine Blanchard-Laville et Dominique Fablet ont coordonné huit ouvrages dans la collection Savoir et Formation (L'Harmattan) (cf.bibliographie), ainsi que le no 39 de la revue Recherche et formation, « Analyse de pratiques : approches psychosociologique et clinique ». Claudine Blanchard-Laville développe une théorisation sur l'analyse de pratiques dans le cadre de l'enseignement en sciences de l'éducation, dans l'inspiration des travaux des psychanalystes Michael Balint, Wilfred R. Bion et Salomon Resnik et publie des articles dans des revues scientifiques[18].
  • Les recherches cliniques d'orientation psychanalytique en sciences de l'éducation. Elle coordonne en 1999 dans la Revue française de pédagogie un dossier intitulé Approches cliniques d’inspiration psychanalytique en éducation et en formation[19]. En 2005, elle fait le point sur les travaux de recherche cliniques dans le champ de l'éducation et de la formation depuis 1987 dans une note de synthèse de la Revue française de pédagogie publiée avec Philippe Chaussecourte, Françoise Hatchuel et Bernard Pechberty[20]. En 2003, elle participe aux symposiums cliniques coordonnés par Mireille Cifali et des collègues universitaires et cliniciens, dans le cadre des rencontres bisannuelles du réseau francophone international REF, Recherche en éducation et formation[21], et aux publications qui en résultent.

Les colloques et la revue Cliopsy[modifier | modifier le code]

L’équipe Savoirs et rapport au savoir du CREF est partie prenante de l’organisation du premier colloque Cliopsy (Clinique d'orientation psychanalytique en sciences de l'éducation), à Nanterre, en 2003[22]. Ce congrès vise à établir des liens entre les enseignants-chercheurs cliniciens de différentes universités françaises et étrangères. Un deuxième colloque, Cliopsy 2 (Université Paris V, 2006) s’attache à définir les thématiques et les enjeux épistémologiques des recherches cliniques d'orientation psychanalytique. Cliopsy 3 (université de Paris Ouest Nanterre, 2009) débat de questions liées à l’analyse des pratiques professionnelles. Cliopsy 4 (université Paris 8-Saint-Denis, 2013) s'intitule De la psychanalyse en sciences de l’éducation : ruptures et continuités dans la transmission[22]. Les organisateurs des colloques Cliopsy sont à l'initiative de la publication de la revue Cliopsy[23], dont Claudine Blanchard-Laville devient directrice de publication[24].

L'observation des pratiques éducatives et enseignantes : d'OPEN à OPÉEN & Reform[modifier | modifier le code]

Le CREF (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) est, avec le CREN (Université de Nantes) et le CREFI (Université de Toulouse Le Mirail), l'une des trois équipes fondatrices de l'Observatoire des pratiques enseignantes (OPEN). Il s'agissait de rassembler des équipes de recherche qui étudiaient les pratiques enseignantes, en privilégiant l'observation de ces pratiques selon une approche pluridisciplinaire : didactique des sciences, sociologie, clinique d'orientation psychanalytique... Le réseau OPÉEN & Reform[25], Observation des pratiques éducatives et enseignantes, de la recherche à la formation, mis en place en janvier 2012, en est le prolongement.

Marguerite Altet, Claudine Blanchard-Laville et Marc Bru ont cosigné un article intitulé « À la recherche des processus caractéristiques des pratiques enseignantes dans leurs rapports aux apprentissages » dans la Revue française de pédagogie (no 148, p. 75-87) en 2004[26] et dirigé l'ouvrage collectif Observer les pratiques enseignantes, aux éditions L'Harmattan en 2012[27].

Publications et édition[modifier | modifier le code]

Claudine Blanchard-Laville dirige la série Psychanalyse et Éducation (collection Savoir et Formation) aux éditions L’Harmattan.

Elle a fondé et préside l’Association de recherche sur l'analyse des pratiques professionnelles (ARAPP).

Bibliographie raisonnée[modifier | modifier le code]

Une bibliographie récente (2007-2012) est consultable en ligne (cf. liens externes - Notice sur le site de l'équipe de recherche universitaire)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Entretien avec Claudine Blanchard-Laville, Philippe Chaussecourte, Cliopsy, 1, 2009, 7-24 Numéro en ligne

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (2017) Je t'écris dans le train. Correspondance littéraire, avec Frédéric Teillard, Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2343107172)
  • (2013) Au risque d'enseigner, Paris : PUF.
  • (2001, rééd. numérique 2013) Les enseignants entre plaisir et souffrance, collection Éducation et formation, Paris : PUF.

Ouvrages collectifs de l'équipe Savoirs et rapport au savoir - CREF Université Paris X Nanterre[modifier | modifier le code]

  • (1989) Savoir et rapport au savoir, J. Beillerot, A. Bouillet, C. Blanchard-Laville, N. Mosconi, P. Obertelli (dir.). Paris : Éditions Universitaires.
  • (1996) Pour une clinique du rapport au savoir, J. Beillerot, C. Blanchard-Laville, N. Mosconi (dir). Paris : L'Harmattan.
  • (2000) Formes et formation du rapport au savoir, N. Mosconi, J. Beillerot, C. Blanchard-Laville (dir). Paris : L'Harmattan.
  • (2003) Autobiographie de Carl Rogers. Lectures plurielles, Collectif «Savoirs et rapport au savoir». Paris : L’Harmattan.

Ouvrages codirigés et coordonnés (sélection)[modifier | modifier le code]

  • (2009) Processus inconscients et pratiques enseignantes, C. Blanchard-Laville, P. Geffard (coord.). Paris : L'Harmattan.
  • (2000) Malaise dans la formation des enseignants, C. Blanchard-Laville, S. Nadot (dir.). Paris : L'Harmattan.
  • (1998) Analyser les pratiques professionnelles, C. Blanchard-Laville, D. Fablet (coord.). Paris : L'Harmattan.
  • (1998) Sources théoriques et techniques de l’analyse des pratiques professionnelles, C. Blanchard-Laville, D. Fablet (coord.). Paris : L'Harmattan.

Ouvrages dirigés[modifier | modifier le code]

  • (2003) Une séance de cours ordinaire. Mélanie tiens passe au tableau. Paris : L'Harmattan.
  • (1997) Variations sur une leçon de mathématiques. Analyse d'une séquence : L'écriture des grands nombres. Paris : L'Harmattan.

Articles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • (2013) Écrire pour rendre compte des « résultats » des recherches cliniques d’orientation psychanalytique, communication, AREF 2013 - Montpellier[28]
  • (2013) Entretien avec Jean-François Chiantaretto, C. Blanchard-Laville & A. Dubois, Cliopsy, 10, 141-155, « Clinique et écriture ».
  • (2013) Accompagnement clinique et capacité négative, Cahiers de psychologie clinique, 41, 2013/2, 63-80.
  • (2013) Du rapport au savoir des enseignants, Journal de la psychanalyse de l'enfant, 1 (nouvelle série), 123-154
  • (2012) Pour une clinique groupale du travail enseignant, Cliopsy, 8, 47-71.
  • (2011) Pour un accompagnement clinique groupal du travail enseignant, Nouvelle revue de psychosociologie, 11, 131-147, 2011/1.
  • (2010) À l’écoute des enseignants. Violence dans le lien didactique. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, 55, 147-162, 2010/4.
  • (2008) Vers une professionnalisation des analystes de la pratique professionnelle, La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, 41, 135-144, «Dossier Comment faire ? Le défi de l’analyse de pratiques».
  • (2008) Du soin psychique aux enseignants, Cliniques méditerranéennes, 77, 159-176, 2008/1.
  • (2006) Potentialités sado-masochistes chez l’enseignant dans sa pratique, Connexions, 86, 103-119, «Clinique et pédagogie».
  • (2004) L’analyse clinique des pratiques professionnelles : un espace de transitionnalité, Éducation Permanente, 161, 16-30.
  • (1999) L'approche clinique d'inspiration psychanalytique : enjeux théoriques et méthodologiques, Revue française de pédagogie, 127, 9-22.
  • (1989) Questions à la didactique des mathématiques, Revue française de pédagogie, 89, 63-70.
  • (1985) « Ce que nous a appris Jocelyne, ou Du jeu au je en mathématiques », avec Pierre Berdot, Revue Pratiques des mots, 53, 23-30, décembre 1985.
  • (1981) Les dimensions affectives de l'apprentissage des statistiques, Éducation Permanente, 61, 41-62, «Apprentissages scientifiques et techniques».

Chapitres de livres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • (2015) L'évolution du Je enseignant de Benoît : entre « permanence et changement », avec L.-M. Bossard et C. Verdier-Gioanni, chap.3, in Philippe Chaussecourte, Enseigner à l'école primaire, Paris, L'Harmattan (ISBN 978-2343044538).
  • (2013) Psychanalyse, éducation et formation. Évolution d'un champ de recherche, in B. Pechberty, F. Houssier & P. Chaussecourte (dir.), Existe-t-il une éducation suffisamment bonne ? (p. 25-45). Paris : Éditions In Press.
  • (2012) De la transmission à la professionnalisation, in M. Cifali, T. Périlleux (dir), Les métiers de la relation malmenés (p. 85-100). Paris : L'Harmattan.
  • (2010) Penser un accompagnement de chercheurs en groupe, in M. Cifali, M. Bourassa, M. Théberge (dir.), Cliniques actuelles de l’accompagnement p. 67-86. Paris : L’Harmattan, coll. Savoir et formation, série Psychanalyse et éducation.
  • (2009) Un élève a été humilié, in A. Sirota (ed.), Violence à l’école. Des violences vécues aux violences agies (p. 79-91). Bréal : Rosny s/ Bois.
  • (2008) Effet d’un cadre clinique groupal sur le travail du penser des participants. Approche psychanalytique, in M. Cifali, F. Giust-Desprairies (coord.), Formation clinique et travail de la pensée (p. 87-105). Bruxelles : De Boeck.
  • (2006) Ce que «je sais» : de la dette au don. Des mathématiques à la clinique, in M. Cifali, F. Giust-Desprairies (dir), De la clinique. Un engagement pour la formation et la recherche (p. 43-66). Bruxelles : De Boeck.
  • (2006) Psychanalyse et enseignement, in J. Beillerot & N. Mosconi (dir.) Traité des sciences et pratiques de l’éducation (p. 121-133). Paris : Dunod.
  • (2015) De l’écriture mathématique à l’écriture clinique, in M. Cifali, F. Giust-Desprairies, T. Périlleux, Processus de création et processus cliniques, (p. 194-214). Paris : PUF, coll. « Formation et pratiques professionnelles ».

Entretiens & conférences en ligne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les enseignants entre plaisir et souffrance (cf. bibliographie), chap. 1-2.
  2. Site de Pierre Laville
  3. Cf. Blanchard-Laville, C & Obertelli, P. (1989). Rapport au savoir mathématique et médiation didactique. Étude clinique d’une situation didactique (p. 17-46). Dans Savoir et rapport au savoir. Élaborations théoriques et cliniques, (cf. bibliographie).
  4. Blanchard-Laville, C (1980). Les étudiants de psychologie face à l'enseignement de statistiques. Analyse des réponses à un test de mathématiques et à des questionnaires d'opinion (thèse de doctorat non publiée). Université Paris 7. Notice Worldcat
  5. Revue française de pédagogie, no 89 en accès libre
  6. Blanchard-Laville, C. (1997). L’enseignant et la transmission dans l’espace psychique de la classe. Recherches en Didactique des mathématiques, Vol. 17/3, 151-175, Grenoble : La Pensée Sauvage.
  7. Page du master FIAP sur le site de l’équipe Clinique du rapport au savoir
  8. Page de l'équipe Clinique du rapport au savoir CREF, université de Paris-Nanterre
  9. Cf. Nicole Mosconi (2000). Préface (p. 5-11). Dans N. Mosconi, J. Beillerot, C. Blanchard-Laville (dir.). Formes et formations du rapport au savoir, coll. Savoir et formation, Paris : L'Harmattan. Cette préface reprend notamment l'historique des échanges épistémologiques en ce qui concerne le rapport au savoir, avec Bernard Charlot et l'équipe ESCOL de l'université Paris 8.
  10. Beillerot J., Bouillet A., Blanchard-Laville C., Mosconi N., Obertelli P.(dir.) (1989). Savoir et rapport au savoir. Élaborations théoriques et cliniques. Paris : Ed. Universitaires.
  11. Beillerot J., Blanchard-Laville C., Mosconi N. (dir.) (1996). Pour une clinique du rapport au savoir, Paris : L’Harmattan.
  12. Mosconi N., Beillerot J., Blanchard-Laville C. (dir.) (2000). Formes et formations du rapport au savoir. Paris : L’Harmattan.
  13. Collectif Savoirs et rapport au savoir, Paris, L’Harmattan, 2003
  14. Blanchard-Laville, C. (2003). Carl Rogers psychothérapeute p. 95-114. Dans Autobiographie de Carl Rogers. Lectures plurielles. Paris : L’Harmattan cf. bibliographie).
  15. Cf. recension critique de Régine Prat, Revue française de psychanalyse, 2002/4.
  16. Blanchard-Laville, C. (2000). De la codisciplinarité en sciences de l’éducation p. . Revue française de pédagogie, 132, 55-66. Revue française de pédagogie, 132, en accès libre
  17. «Entretien avec Jacky Beillerot», C. Blanchard-Laville & D. Fablet, Savoirs, 10, 44-47, 2006/1 (article initialement publié par la revue Recherche & formation, en 2002).
  18. «L'enseignant, ses élèves et le savoir.Le dispositif Balint à l'épreuve des enseignants», C.Blanchard-Laville, G. Pestre, in C. Blanchard-Laville & Dominique Fablet (dir). Sources théoriques et techniques de l'analyse des pratiques professionnelles, Paris : L'Harmattan, 2001, p. 35-63. Les conceptualisations en ce qui concerne la transposition de la clinique et la théorisation de l'analyse de pratiques en sciences de l'éducation sont particulièrement développées dans les pages 58-62 de ce chapitre.
  19. Revue française de pédagogie, no 127 en accès libre
  20. Revue française de pédagogie, no 151 en accès libre
  21. Voir l'historique du réseau REF consulté en ligne le 22 juin 2013.
  22. a et b Annonce et programme du colloque sur la transmission
  23. Revue Cliopsy en accès libre
  24. © Copyright - Revue Cliopsy - Comités
  25. Réseau OPEÉN & Reform
  26. Revue française de pédagogie, no 148 en accès libre
  27. Altet M., Bru M., Blanchard-Laville C. (2012) Observer les pratiques enseignantes, L'Harmattan, 2012.
  28. en ligne sur le site de l'AREF, consulté le 15 décembre 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]