Cette page est semi-protégée.

Clémence Boulouque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulouque.
Clémence Boulouque
Description de cette image, également commentée ci-après
Clémence Boulouque en 2017.
Naissance (41 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Mort d'un silence

Clémence Boulouque, née le à Paris, est un écrivain, journaliste et critique littéraire française.

Biographie

Fille du magistrat Gilles Boulouque, la vie de Clémence Boulouque bascule lorsque son père est nommé juge antiterroriste au lendemain de la vague de quatorze attentats de 1986, mettant en cause l'Iran. Elle n'a que treize ans lorsque son père, confronté à une terrible pression politico-médiatique, se suicide le 13 décembre 1990[1].

Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1997)[2] et de l'ESSEC, elle travaille quelque temps dans un cabinet de recrutement[3] avant de partir une première fois à New York afin de faire un master en relations internationales à l'université Columbia en 2001-2002[4].

De retour en France, elle se consacre à l'écriture, au journalisme et à la critique littéraire de 2002 à 2007. Elle a écrit notamment dans Le Figaro littéraire, Transfuge ou encore Lire. Elle est intervenue régulièrement en tant que chroniqueuse dans l'émission Tout arrive d'Arnaud Laporte sur France Culture. Elle a été productrice des séries d'émissions À voix nue avec Toni Morrison ou Amos Oz, ainsi que d'une série d'été sur Marguerite Yourcenar.[réf. nécessaire]

En 2003, elle signe son premier récit, Mort d'un silence, dans lequel elle raconte le long calvaire qu'elle et sa famille vécurent dans cette sombre période. En 2005, William Karel en réalise l'adaptation cinématographique, La Fille du juge. Ce documentaire mêle :

  • des images d'archives d'émissions et de journaux télévisés ;
  • des photos et des films de famille tournés en super 8 par le juge Boulouque ;
  • des scènes tournées à New York et mettant en scène la jeune romancière en personne (à 28 ans). La voix-off qui « exprime », avec une grande sensibilité, les mots de Clémence, est celle de la comédienne Elsa Zylberstein (que Karel avait rencontrée sur le tournage de Van Gogh de Maurice Pialat).

En 2014, Clémence Boulouque obtient un doctorat en études juives de l'Université de New York et entame un postdoctorat à l'Université de Pennsylvanie. Elle enseigne depuis à l'Université de Columbia[4].

Principaux ouvrages

Notes et références

Notes

Références

  1. Jean-Luc Douin, « "La Fille du juge" : la petite musique douloureuse de Clémence Boulouque », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Alumni Sciences Po, « l'Association des Sciences-Po - Fiche profil », sur www.sciences-po.asso.fr (consulté le 23 juillet 2018)
  3. Le Point, magazine, « Clémence Boulouque : Au nom du père », sur Le Point.fr (consulté le 23 juillet 2018)
  4. a et b (en) « Department of Religion », sur religion.columbia.edu (consulté le 23 juillet 2018)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :