Citadel Investment Group

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Citadel LLC (précédemment connu sous le nom de Citadel Investment Group, L.L.C.) est un fonds d'investissement alternatif basé à Chicago, Illinois. Fondé en 1990 par le trader Kenneth C. Griffin, le fonds propose des services d'investissement au travers de différentes stratégies et classes d'actifs. Le fonds exploite deux activités principales: Citadel, l'un des plus grands gestionnaires d'actifs alternatifs au monde avec plus de 234 milliards de dollars d'actifs sous gestion (au 1er octobre 2020)[1]; et Citadel Securities, l'un des principaux teneurs de marché dans le monde, dont les produits de négociation comprennent des actions, des options sur actions et des swaps de taux d'intérêt pour les clients particuliers et institutionnels.

L'entreprise compte plus de 1 400 employés, son siège social à Chicago, son siège opérationnel à Manhattan et des bureaux en Amérique du Nord, en Asie et en Europe.

Sociétés du groupe Citadel[modifier | modifier le code]

Il existe trois sociétés: Citadel (un gestionnaire d'actifs), Citadel Securities (un teneur de marché) et Citadel Technology.

Citadel[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2016, Citadel est l'un des plus grands gestionnaires d'actifs au monde[2]. Citadel était le deuxième plus grand fonds spéculatif multi-stratégies au monde en 2006[3]. Le groupe de hedge funds de Citadel se classe parmi les hedge funds les plus importants et les plus performants au monde[4].

En 2014, Citadel est devenu le premier fonds spéculatif étranger à réaliser une levée de fonds en yuan dans le cadre d'un programme permettant aux investisseurs chinois d'investir dans des fonds spéculatifs étrangers.[5]

Stratégies d'investissement[modifier | modifier le code]

Citadel gère des fonds selon cinq stratégies d'investissement différentes, y compris les actions, les matières premières, les titres à revenu fixe, les stratégies quantitatives et le crédit[6].

Produits de base - Griffin a commencé à recruter des négociants en énergie d'Enron le lendemain de son effondrement, pour une nouvelle entreprise comprenant «une équipe de négociants, de météorologues et de chercheurs» créant l'un des plus grands groupes de commerce d'énergie en 2011[7].

Réassurance - Citadel voulait allouer le capital d'investissement avec ses deux fonds, Kensington Global Strategies Fund Ltd et Citadel Wellington LLC, à des investissements que la société pensait être non corrélés avec leurs autres stratégies d'investissement[8]. Pour ce faire, Citadel, par capitalisation via ses fonds, est entré dans le secteur de la réassurance, qui fournit aux compagnies d'assurance leurs propres polices d'assurance, pour répartir le risque de pertes des clients, en 2004[9]. Citadel a fondé CIG Reinsurance Ltd (CIG Re), un réassureur contre les catastrophes basé aux Bermudes fournit un capital de 450 millions de dollars. Citadel a également fondé le réassureur de 500 millions de dollars New Castle Re en 2005, cherchant à capitaliser sur la hausse des prix de la réassurance à la suite des dommages causés par l'ouragan Katrina aux coûts de couverture des biens.[10],[11] En 2006, les deux fonds de Citadel avaient investi environ 10 pour cent de ses actifs dans la réassurance[12].

Citadel a mis fin à CIG Re en novembre 2008 parce que la société ne pouvait pas obtenir une note de solidité financière et ne pouvait donc pas rivaliser par rapport aux autres sociétés du secteur[8]. En janvier 2009, New Castle RE a été dissoute[13].

Gestion des risques - La philosophie de gestion des risques de l'entreprise se concentre sur trois domaines principaux: l'allocation du capital-risque, l'exposition au stress et la gestion des liquidités.[14]

En avril 2015, Ben S. Bernanke, qui a été président de la Réserve fédérale américaine pendant huit ans, a rejoint Citadel en tant que conseiller principal sur les questions économiques et financières mondiales.[15]

Citadel Securities[modifier | modifier le code]

Teneur de marché[modifier | modifier le code]

Citadel Securities a été créée en 2001 et est un teneur de marché, fournissant des liquidités et des transactions à des clients de détail et institutionnels.[16] Le trading automatique de Citadel Securities a abouti à un trading plus fiable à moindre coût, avec des spreads plus serrés.[17] Barron's a récemment classé Citadel Securities n°1 pour ce qui est de l'amélioration des prix des investisseurs en actions S&P 500 et non S&P.[5] En 2009, Citadel Investment Group et le Chicago Mercantile Exchange se sont associés pour créer une plate-forme de trading automatique de swaps de crédit sur défaut[18].

Citadel Securities est le plus grand teneur de marché d'options aux États-Unis, exécutant environ 25% du volume d'options sur actions cotées aux États-Unis.[19] Selon le Wall Street Journal, environ un tiers des commandes d'actions des investisseurs individuels sont exécutées via Citadel, qui représente environ 10% des revenus de l'entreprise[20]. Citadel Securities exécute également environ 13% du volume consolidé des actions américaines et 28% du volume des actions américaines de détail[21]. En 2014, Citadel Securities a élargi son offre de tenue de marché aux swaps de taux d'intérêt, l'un des dérivés les plus couramment négociés.[22] En 2015, Citadel Securities était devenu le plus grand négociant de swaps de taux d'intérêt au monde en nombre de transactions remplaçant les banques de Wall Street[23].

Pendant la pandémie de coronavirus de 2020, Citadel Securities a doublé son bénéfice, gagnant 4 milliards de dollars de revenus au cours du premier semestre 2020 en raison d'une augmentation de la volatilité et du commerce de détail[24].

En octobre 2020, Citadel Securities a annoncé qu'elle acquerrait l'unité de tenue de marché NYSE de l'IMC.[25] Ce mois-là également, Citadel Securities a intenté une action en justice contre la Securities and Exchange Commission au sujet de la décision de la SEC d'approuver un nouveau type d'ordre «D-Limit» pour IEX (en)[26].

Problèmes réglementaires[modifier | modifier le code]

Sur une période de deux ans jusqu'en septembre 2014, des centaines de milliers d'ordres de gré à gré importants ont été supprimés de son système de négociation automatique, rendant les ordres «inactifs» de sorte qu'ils devaient être traités manuellement par des commerçants humains. Citadel Securities a alors "négocié pour son propre compte du même côté du marché à des prix qui auraient satisfait les ordres", sans exécuter immédiatement les ordres inactifs à des prix identiques ou meilleurs comme l'exigent les règles de la FINRA[27].

En 2014, Citadel a été condamnée à une amende de $800,000 USD pour des irrégularités dans ses pratiques trading entre le 18 mars 2010 et le 8 janvier 2013[28].

En 2017, Citadel a été condamnée à une amende de 22 millions de dollars par la SEC pour avoir induit des clients en erreur quant à la façon dont elle fixait le prix des transactions.[29]

En 2018, Citadel a été contraint par la SEC de payer 3.5 millions de dollars pour des violations résultant de rapports incorrects pour près de 80 millions de transactions entre 2012 et 2016[30].

En 2018, Bloomberg a signalé que 40% des revenus de Robinhood provenaient de la vente d'ordres de clients à des entreprises telles que Citadel Securities et Two Sigma Securities[31].

En janvier 2020, Citadel a payé un règlement de 670 millions de yuans (97 millions de dollars) pour des irrégularités commerciales présumées datant de 2015[32].

Citadel Securities a été condamné à une amende de $700,000 par la FINRA en juillet 2020 pour avoir négocié avant les commandes des clients.[33] Ils ont retardé certains ordres d'achat d'actions de clients pour acheter ou vendre des actions tout en continuant à négocier les mêmes actions pour son propre compte, dans le cadre de ses activités de tenue de marché, selon la FINRA.

En septembre 2020, Robinhood a été interrogé par la SEC pour savoir s'il avait correctement informé ses clients qu'ils vendaient des ordres de clients à des sociétés de trading haute fréquence et à d'autres sociétés de Wall Street[34].

Affaires corporatives[modifier | modifier le code]

Des employés[modifier | modifier le code]

Le fonds est devenu connu pour avoir l'un des plus gros taux de rotation de personnel à Chicago, gagnant le surnom de «porte tournante de Chicago»[35].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « CITADEL ADVISORS LLC Top 13F Holdings », sur whalewisdom.com (consulté le 11 mars 2021)
  2. « Opening up the Citadel »
  3. (en-GB) William Hutchings, « Citadel leads the way in financial self-sufficiency », sur www.fnlondon.com (consulté le 11 mars 2021)
  4. (en) « Two new members elected to University of Chicago Board of Trustees », sur University of Chicago News (consulté le 11 mars 2021)
  5. a et b (en-US) Bill Alpert, « Exclusive: Who Makes Money on Your Stock Trades », sur www.barrons.com (consulté le 11 mars 2021)
  6. (en) Michael J. de la Merced, « Citadel Posted 25% Return Last Year, Beating Industry Again », sur DealBook, (consulté le 11 mars 2021)
  7. (en) Azam Ahmed and Susanne Craig, « Citadel Chief Gives Up Dream for Investment Bank », sur DealBook, (consulté le 11 mars 2021)
  8. a et b (en) Lilla Zuill, « EXCLUSIVE: Hedge fund Citadel shuttering Bermuda reinsurer », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  9. (en-US) Shefali AnandStaff Reporter of THE WALL STREET JOURNAL, « Looking Afield, Hedge Funds Launch Reinsurance Firms », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  10. (en-US) Alistair Barr MarketWatch, « Citadel forms new reinsurer », sur MarketWatch (consulté le 11 mars 2021)
  11. (en-US) Jenny Anderson, « Hedge Funds Place Big Bets on Hurricane Season (Published 2006) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  12. (en) « Citadel sells bonds »
  13. (en) « "Chris McKeown, the founder of Bermuda reinsurers CIG Reinsurance Ltd. and New Castle Reinsurance Co., has been named chief executive officer of global analytical and specialty practices" »
  14. (en-GB) « Institutional Investor », sur Institutional Investor (consulté le 11 mars 2021)
  15. (en-US) Andrew Ross Sorkin et Alexandra Stevenson, « Ben Bernanke Will Work With Citadel, a Hedge Fund, as an Adviser (Published 2015) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  16. (en) « Citadel gets slow start in i-banking », sur Crain's Chicago Business, (consulté le 11 mars 2021)
  17. (en) « Citadel's big move into the markets », sur Crain's Chicago Business, (consulté le 11 mars 2021)
  18. (en-US) Sarah N. Lynch and Serena Ng, « U.S. Moves to Regulate Derivatives Trade », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  19. (en) « Citadel wants to shape the rules of the game », sur Crain's Chicago Business, (consulté le 11 mars 2021)
  20. (en-US) Rob Copeland, « Citadel’s Ken Griffin Leaves 2008 Tumble Far Behind », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  21. (en) « Citadel Fund Said to Quadruple With High-Frequency Trades », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  22. (en-US) Chiara Albanese, « Citadel to Offer Trading in Interest-Rate Swaps », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  23. (en-US) Gregory Zuckerman, Justin Baer and Mike Cherney, « Wall Street Goes Short on Bond Traders », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  24. (en) « Citadel Securities Doubled Profit as Dominance Grew in 2020 », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  25. (en-US) Alexander Osipovich, « WSJ News Exclusive | Citadel Securities to Buy NYSE Market-Making Unit of Smaller Rival IMC », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  26. (en-US) Alexander Osipovich, « Citadel Securities Sues SEC for Approving New Stock-Order Type », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  27. « Subscribe to read | Financial Times », sur www.ft.com (consulté le 11 mars 2021)
  28. (en) John McCrank, « Citadel fined $800,000 by U.S. regulators for trading violations », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021)
  29. « SEC.gov | Citadel Securities Paying $22 Million for Misleading Clients About Pricing Trades », sur www.sec.gov (consulté le 12 mars 2021)
  30. « Citadel Securities Among Firms Fined Over Trading Data Errors », sur www.bloombergquint.com (consulté le 12 mars 2021)
  31. (en) « Robinhood Gets Almost Half Its Revenue in Controversial Bargain With High-Speed Traders », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021)
  32. (en) « Citadel Securities Agrees to $97 Million Settlement in China », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021)
  33. (en) « Citadel Securities Fined by Finra for Trading Ahead of Clients », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021)
  34. (en) Rich Duprey, « Why Is National Beverage Surging 27% Higher Today? », sur The Motley Fool, (consulté le 12 mars 2021)
  35. « Ken Griffin has high ambitions for his hedge fund, Citadel - April 16, 2007 », sur archive.fortune.com (consulté le 12 mars 2021)