Circus Krone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Entrée du cirque Krone.
Menagerie continental 1884
Menagerie Circus Charles 1898
Christel Sembach Krone (1959)
Arrivée des éléphants du Circus Krone à Amsterdam en 1980
Maître d’écurie Dan Koehl, et Mala et Delhi, deux éléphants d'Asie, à Circus Krone à Kronebau, Munich
Mala, Dan Koehl, Delhi et Bara

Le Circus Krone est un cirque allemand, le plus grand d'Europe. Il s'agit d'une entreprise familiale traditionnelle, qui a été fondée en 1905 dans le Harz par Carl Krone sous le nom de « Circus Charles » à partir d'une ménagerie. Ensuite, la direction du cirque fut assurée par sa fille Frieda Sembach-Krone dont le mari est Carl Sembach-Krone.

La famille Krone[modifier | modifier le code]

Le père Carl Krone senior (* le à Questenberg en Harz ; † 1900) épousa Frederike Philadelphia.

Carl Krone junior (* le à Osnabrück ; † le à Salzbourg) épousa en 1902 Ida Ahlers (1876-1957). Leur fille Frieda Krone (1915-1995) épousa en 1935 le dompteur de fauves Carl Sembach (1908-1984). Leur petite-fille Christel Sembach-Krone (née en 1936-2017) était directrice-propriétaire de l'entreprise Krone.

La naissance du cirque[modifier | modifier le code]

À l'origine, Carl Krone sénior crée une ménagerie foraine la « Menagerie Continental » en février 1872. En 1883, les parents de Carl Krone junior se produisent en spectacle pour la première fois lors d'une exhibition zoologique à Brême. À cette époque, la famille Krone possédait une ménagerie constituée d'une roulotte et de cinq voitures-cages.

Après la mort de son père, Carl Krone junior prend en charge l'entreprise familiale. Il changea le nom de la ménagerie paternelle en 1902 pour l'appeler ménagerie du dompteur Charles.

Le , Carl Krone junior fonde à Brême le Cirque Krone sous l'enseigne du « Circus Charles » en transformant sa ménagerie en un spectacle de cirque.

En 1913, le cirque est renommé « Circus Krone ».

En 1924, le cirque est transformé en chapiteau à trois pistes pendant quelques saisons à l'américaine.

Le cirque actuel[modifier | modifier le code]

Lors du jubilé de l'année 2005 (pour les 100 ans du cirque), c'est Christel Sembach-Krone qui dirige le cirque et qui est connue depuis 1956 pour son dressage en liberté de chevaux. Elle est considérée comme créatrice du « Festival Krone », qui présente beaucoup d'attractions artistiques et circassiennes. En tant que successeur, elle a choisi la jeune Jana Mandana, sa filleule.

Le Cirque Krone dispose d'un chapiteau de 5000 places assises, 64 mètres sur 48 et sous un chapiteau de 14 mètres de hauteur. Il recouvre une superficie d'environ 3000 mètres carrés. Depuis 1919, le Cirque a également un bâtiment en dur, le Kronebau (3000 places assises) dans la rue Mars à Munich et est donc le seul cirque européen avec un siège fixe. La rue adjacente à la rue Mars où est construit le Kronebau a été renommée en 1967, à l'initiative du maire Hans-Jochen Vogel, rue du Cirque Krone.

Le Cirque Krone dispose d'une infrastructure semblable à une ville : une école, des ateliers, une cuisine du personnel, une sellerie, un atelier de tailleur, des sapeurs-pompiers, une centrale d'électricité et bien plus encore.

Animaux : environ 12 lions (dont un lion blanc, King Tonga), 6 éléphants d'Asie et 2 éléphants d'Afrique (y compris le plus grand des éléphants mâles asiatique du monde, Colonel Joe, décédé en 2013), 1 rhinoceros, des macaques à queue de cochon, des chèvres, des porcs-épics, 1 sanglier, environ 60 chevaux, des poneys, 4 chameaux, des perroquets, 4 zèbres et des lamas. Depuis 1999, il n'y a plus de tigres lors de la saison d'été du Cirque Krone.

Une solide institution est aussi l'événement caritatif « Stars sur la Piste », organisé à Noël pour la télévision allemande avec la participation de beaucoup de personnalités importantes.

Critique[modifier | modifier le code]

À plusieurs égards, on a reproché au Cirque Krone de ne pas respecter les besoins des animaux[1],[2] . Les critiques concernaient les conditions d’hébergement, la détention des animaux sauvages en général, certains de leurs numéros présentés en spectacle et la façon dont ils étaient nourris[3],[4],[5]. C’est pourquoi de petites manifestations ont eu lieu devant les installations du Crique Krone au cours de la saison hivernale 2008-2009. Conséquemment, les contrôles ont été multipliés par les autorités de Munich lors de la saison 2009-2010. Au début de 2009, le cirque Krone a été condamné par le tribunal de Darmstadt à payer une amende en raison de deux infractions à la loi 18 sur la protection des animaux[6].

Pour sa part, le Cirque Krone se sent harcelé par les organisations défenderesses des droits des animaux, comme la PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) qui désapprouve toutes formes de détention d’animaux par les humains[7]. Après que des reproches leur aient été adressés à la suite de contrôles sur les conditions des animaux, le Cirque Krone a dit s’être amélioré[8], par exemple, en gardant les animaux dans des enclos extérieurs, afin qu’aucun ne reste enfermé la nuit dans les camions de transport, et en organisant des répétitions ouvertes au public et des visites guidées des enclos et des bâtiments où les animaux sont logés[9].

En novembre 2019, le Cirque Krone s’est de nouveau retrouvé à la une des journaux. Des vidéos, sur lesquelles le dompteur de fauves Martin Lacey junior forçait un de ses tigres à faire une prouesse au moyen d’un fouet et d’un bâton, ont été sévèrement critiquées. Le groupe de défense pour les droits des animaux de Bavière a porté plainte auprès du ministère public de Munich. Lacey a démenti ces présumés « harcèlements »[10].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Modèle:Webarchiv (PDF; 5,5 MB). Auf: european-elephant-group.com am 27. Juli 2008, abgerufen am 7. September 2017.
  2. B. Stuhlweissenburg, S. Rieber, C. Wörmann, « Tierquälerei im Circus Krone? », Merkur.de, (consulté le )
  3. « Tierquälerei beim Zirkus Krone », SWR.de (Report Mainz), (consulté le )
  4. Katharina Fuhrin, « « Tierquälerei »: Neue alte Vorwürfe gegen Circus Krone », Merkur.de, (consulté le )
  5. Angelika Wölke, « Wildtier-Verbot im Zirkus gefordert », DerWesten.de, (consulté le )
  6. « Urteil des Amtsgerichts Darmstadt vom 10. Februar 2009 » [PDF], PETA.de (consulté le )
  7. Johannes Patzig, « Circus Krone wehrt sich gegen militante Tierschützer », Merkur.de, (consulté le )
  8. Kreisverwaltungsreferat München: Sitzungsprotokoll vom 23. Juni 2009, abgerufen am 2. November 2018.
  9. Barbara Hordych: Direktorin im größten Zirkus der Welt. In: sueddeutsche.de. 2018, ISSN 0174-4917 (sueddeutsche.de [abgerufen am 4. Januar 2019])
  10. (de) « Video zeigt angeblich Schläge: Tierschützer zeigen Circus Krone an - Dompteur spricht von Verleumdung », (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frieda Sembach-Krone; Hellmuth Schramek, Circus Krone : eure Gunst - unser Streben, München : Ehrenwirth, 1989. (OCLC 75126226)
  • Klaus-Dieter Kürschner, Von der Menagerie zum grössten Circus Europas : Krone : ein dokumentarischer Bericht, Berlin : Ullstein, 1998. (OCLC 47176733)

Liens externes[modifier | modifier le code]