Cimetière de Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cimetière de Saint-Denis
Portail entrée Cimetière St Denis Seine St Denis 1.jpg
Portail d'entrée du cimetière.
Pays
Département
Commune
Superficie
11,5 hectares
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Seine-Saint-Denis
voir sur la carte de la Seine-Saint-Denis
Red pog.svg

Le cimetière de Saint-Denis, situé 32 boulevard de la Commune de Paris, est le cimetière communal de la ville[1].

Historique[modifier | modifier le code]

François de Belleforest, Cosmographie universelle, ville de Saint-Denis, 1575. Au nord-est, on y voit l'église Saint-Rémy hors-les-murs (no 13), entourée de son cimetière.

La Convention nationale décida en 1793 la vente comme bien national de tous les cimetières qui, depuis des temps immémoriaux, étaient accolés aux églises paroissiales de la ville, soit, à cette époque, cinq lieux de sépulture.

Seul en réchappa celui de l'église Saint-Rémy, fort ancienne car mentionnée dès 898 par le roi Charles III le Simple. À la fin du XVIIIe siècle, on y enterrait les mendiants du dépôt de mendicité (située à l'emplacement actuel du marché de Saint-Denis[2]), devenue maison de répression à la Révolution[3]. Il devint alors le cimetière unique de la ville.

L'église, semble-t-il déjà en ruine, se serait écroulée en 1808 et, la même année, le cimetière fut agrandi de terrains appartenant à la famille Dezobry[4],[5], puis en 1841 (terrains Beaufort), 1863 et 1898 (terrain Lorget).

Description[modifier | modifier le code]

Ce cimetière de 11,5 hectares a compté plus de 25 000 concessions où étaient inhumés 90 000 corps. Ce nombre a chuté à moins de 13 500 concessions en 2006, à la suite de la décision prise en 1973 et en 1978 de ne plus y attribuer de nouvelles concessions. Les défunts non rattachés à une concession existante sont depuis enterrés au cimetière intercommunal des Joncherolles, commun avec les villes de Saint-Ouen-sur-Seine, Épinay-sur-Seine, Villetaneuse et Pierrefitte-sur-Seine, situé 95, rue Marcel Sembat à Villetaneuse[6].

Il s'y trouve un monument à la mémoire des combattants de la guerre franco-prussienne de 1870, construit par délibérations du Conseil municipal des 2 décembre 1870 et 23 décembre 1871[7]. Y est adjoint un Carré de corps restitués des résistants, un Carré de corps restitués AFN ainsi que des tombes de l'hôpital militaire de Saint-Denis[8].

La Vieille Mer, formation hydrographique locale canalisée dès 1957, et qui passe sous le nord du cimetière, amène la nappe phréatique à une profondeur de 2,50 mètres et semble créer des contraintes géologiques relatives au creusement des tombes.

Personnalités[modifier | modifier le code]

La tombe de Pierre de Geyter.

Parmi les personnalités enterrées dans l'ancien cimetière, on peut citer :

Accès[modifier | modifier le code]

Station Cimetière de Saint-Denis

L'accès principal du cimetière se trouve face à la station Cimetière de Saint-Denis de la station de tramway du même nom. Deux autres accès piétons se trouvent avenue Jean-Moulin et avenue Lénine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :