Chloë des Lysses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Chloë des Lysses est le pseudonyme d’une photographe française contemporaine née à Toulon le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Chloë des Lysses commence sa carrière, un prix de piano en poche, en jouant des standards de jazz dans un bar marseillais avant de partir pour la capitale tourner quelques films X et deux sitcoms pour M6. À 20 ans, elle devient pigiste et égérie d’un photographe. À 30 ans, elle abandonne le journalisme écrit et passe de l’autre côté de l’objectif.

Très vite, elle expose de faux billets au musée de l’érotisme de Paris ou ses clichés gonzo réalisés dans le cadre des coulisses du Journal du hard au musée d’Art moderne de Neuchâtel. Catherine Millet lui consacre la couverture et les pages principales du hors série Art press XXL en 2005. Philippe Manœuvre, rédacteur en chef de Rock & Folk, lui confie la réalisation de portraits de musiciens live ou posés. Elle photographie Jack White, Iggy Pop, Patti Smith, Pete Doherty, The Pretty Things, The Brian Jonestown Massacre, The Rolling Stones, George Clinton, Robert Wyatt et beaucoup d’autres artistes rock, soul ou pop. Parallèlement, elle poursuit une recherche plus personnelle sur la chair et la nourriture, sur laquelle elle publie The Pimp Cook Book en 2009.

Frédéric Beigbeder, Bob Guccione, Tomi Ungerer, Giorgio Agamben, Mehdi Belhaj Kacem, le professeur Corcos de l’institut Montsouris, Rémi Boyer et d’autres personnalités se sont penchés sur le cas de cette excentrique.[réf. nécessaire] Le groupe Tanger lui a consacré une chanson, Chloë des Lysses sur l’album La Mémoire insoluble.

Repères[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Chloë des Lysses est membre du jury du premier Prix Sade remis à Catherine Millet.
  • 2004 : elle expose des photographies érotiques dans les jardins du Palais Royal à Paris.
  • 2004 : Exposition Photos à corps variés à la galerie White Elephant.
  • 2005 : le philosophe Giorgio Agamben attaque Chloë des Lysses dans son essai Profanation ; Mehdi Belhaj Kacem prend sa défense dans L'Antiscolastique [1]. En mai paraît un hors série Art Press X-Elles, le sexe par les femmes[2]. Durant l'été, exposition Girls Girls Girls au Centre d'art moderne de Neuchâtel [3].
  • 2009 : elle illustre le livre de Pacôme Thiellement Cabala, Led Zeppelin occulte. Publication du Pimp Cook Book.
  • 2010 : elle réalise le livre Millessence, émotions gastronomiques pour les quarante ans de la société Eurest.
  • 2012 : exposition de photographies et peintures Dirty Harry Vol. 1 au 59, rue Rivoli à Paris [4].
  • 2012 : elle photographie des toiles d'Aurélie Sartres pour son livre J'ai croqué un chef, quatorze chefs, quatorze maions. Textes d'Alain Cohen.
  • 2013 : elle réalise le livre La Pizza des grands chefs[5] ainsi que le livre Mémoires de demain : Saint-Jean-de-Maurienne [6].
  • 2015 : elle est photographe chez Smag, « magazine des acteurs de la sécurité privée ». Elle expose au 59, rue Rivoli à Paris.

De 2005 à 2013, elle a publié des photographies de musiciens, portrait ou live, dans Rock & Folk.

Entre 2008 et 2015, elle réalise des photographies publicitaires gastronomiques et des portraits de chefs pour Étoiles, le magazine du Guide Michelin et YAM.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]