Chetaïbi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Algérie
Cet article est une ébauche concernant l’Algérie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Chetaïbi
Image illustrative de l'article Chetaïbi
Noms
Nom arabe شطايبي
Nom berbère ⵛⴻⵜⵜⴰⵢⴱⵉ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Annaba
Daïra Chetaïbi
Président de l'APC Layachi Allaoua
2012-2017
Code postal 23014
Code ONS 2310
Indicatif 030.80.22.22
Démographie
Population 8 035 hab. (2008[1])
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 03′ 58″ Nord 7° 22′ 49″ Est / 37.0661, 7.3803
Superficie 134 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya d'Annaba.
Localisation de la commune dans la wilaya d'Annaba.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Chetaïbi

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Chetaïbi
Chetaibi, vue aérienne

La presque île de Chetaïbi est une commune de la wilaya d'Annaba ( c'est aussi le nom de la Daïra), village côtière au nord-ouest de l'Algerie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Chetaïbi est située à environ 62 Km au nord-ouest de la wilaya d'Annaba, elle comporte un port de pêche.

Les plages principales sont : Chétaibi, Les sables d'or, Oued Leghnem, Fontaine Romaine, La Baie Ouest et Sidi Akkacha.

Communes limitrophes de Chetaïbi
Mer Méditerranée
 ? (wilaya de Skikda) Chetaïbi Oued El Aneb
Treat

Histoire[modifier | modifier le code]

Chétaibi s’appelait autrefois, au temps de l’Africa ca romana : TACUATA et il semble bien, en présence des vestiges que l’on a pu en retrouver, que ce fut une ville relativement importante. C’était, à l’époque romaine, le point de départ d’une route vers l’Ouest, jalonnée par Muharur (Sidi akkacha), zacca (Cape de fer) ou on extrait du porphyre rouge et exporté vers Rome par le port de la Seybouse ; culucitanis (la Marsa) et paratienis (Guerbès).

Les arabes avaient fait de Tacuata; Tekkouch dérivant du berbère Teccuche et qui en fut le nom arabe. Il subsiste aussi, le long du rivage, des lieux où les gens du voisinage ont créé des légendes aux fins culturelles et effectuer  des stages mystiques. La forés est l’objet d’une vive admiration avec un ascétisme très rigoureux dans lequel c’est encore la floraison d’un nombre plus important de mausolées qui sont des lieux de toutes sortes de réjouissances avec la participation de brillante fantasia comme à Sidi Boufernana chaque année ; pour illustres ses mérites et laisser place à une détente familiale.

Il en demeure que les Grand-mères persistent à continuer leur attachement à ces lieux de culte, leur vénération, leurs bonnes œuvres et leur vie ascétique et contemplative. Jouissant ainsi d’une réputation qui  consiste à répondre aux appels de leurs vœux exaucés. Ces mausolées et cénotaphes, par leur fort nombreuse multitude, subsistent toujours. Chacune d’entre elles a ses légendes et ses propres miracles. Leur sépulture placée en peine forêt, tout près des magnifiques sources abondamment arborisées, dans un décor de couleur et de lumière, et les arbres qui les entourent sont géants.

En 1830, lors du siège autour de Bouna (Annaba) ; durant les deux années d’incertitude des premières  batailles, un mouvement clandestin d’une flottille venait chaque nuit de Tekouch ravitailler, en toutes sortes de provisions, les habitants de la ville. A cette  époque, un événement historique de taille, ne manqua pas lui aussi d’intérêt certain et mérite une précision : puisque c’est là, à même l’Edough, ou son maquis a conservé dans  les montagnes le souvenir de la révolte de si Zeghdoud. Issu d’une famille de lettrés portant le nom de Oued Jemaoune, il était né à Souk el had (ou Ain oum elrakha actuellement) contre l’occupant bien que datant du premier jour pris de l’ampleur au mois de Juin 1841 réfugié à Sidi Akkacha.

À la fin du 19e siècle, Tekouch prit le nom du général français Herbillon et à l’époque ou le bateau le Caramy faisait le transport des voyageurs entrent Bône et Herbillon, les premiers médecins à y avoir exercé était les Drs Bendjelloul et Monpére.

Après l’indépendance nationale, Chétaibi, ce nom évocateur auquel s’ajoute une couleur berbère du sol et la fraîcheur des embruns méditerranéens, fut donné à ce splendide village en le baptisant de ce nom glorieux de note fervent et respectueux martyr. Alors nous comprenons très vite que ces lieux ont été bénis pour l’éternité par le combat des « Hommes libres » du camp d’honneur[2].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le joli golfe, sur le bord duquel il était nonchalant, assis là, depuis des millénaires dans sa même splendeur, s’ouvrant  largement vers l’Est, comme pour mieux capter, sans risque d’en prendre un seul, les premiers rayons du soleil qu’on glorifiait encore en appelant le coin charment sur lequel il épand l’or de ses rayons en sortant de la nuit.

Le village est beau, sans le moindre artifice ; le ciel, les montagnes, les arbres et la mer s’étaient accordés pour lui faire une séduisante parure qui faisait aimer. Ses lieux pleins de poésie, calmes et tranquilles, toujours pareils  dans une beauté immuable et éternelle. Sans la moindre atteinte fut portée à leur intégrité  et leur harmonie naturelle, jamais ou l’agréable triomphait toujours de l’utile en envahissant les cœurs et les esprits ; et la vie devient plus brillante.

Cependant ; il faut se pencher sur les possibilités de l’avenir de ce village d’un passé délicieux, qui comme «  la belle au bois dormant », va se réveiller entre ses deux enfants aux noms symboliques : Sidi B’noud  et Sidi Akkacha. Toutes les prémices font croire à un avenir superbe et plus prometteur encore.

Pays de pèche, Chétaibi est également un pays de chasse très giboyeux. Les plages et les bains de mer ont certainement plus d’attrait à Chétaibi que nulle part ailleurs. Même au point de vue touristique, il pourrait être un village d’avenir certain et peut être, plus proche qu’on ne le croit. Au pied de la montagne, il y a des plages superbes qui bordent le rivage et des coins ravissants : la fontaine romaine, Oued Ghnem, la baie Ouest, les sables d’or, Kef Omar (ile sainte piastre) ; . . . ; qui sont des lieux très poissonneux.

Il y a aussi le port de Chétaibi (ex. Herbillion) qui semble sommeiller au fond d’une petite baie entrée de hautes montagnes de granit merveilleux, le plus beau et le plus dur que l’on puisse voir. L’exploitation des carrières de Chétaibi firent pendant longtemps la fortune de ce centre qui semblait ne pouvoir avoir d’autre activité  que celle de la pêche. Maintes grandes villes de France (Paris, Marseille,…) et même d’ailleurs (Rome, les pavés dont elles ont garni les chaussées de leurs rues)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]