Charles Plumet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel particulier construit à Paris en 1901, ancien accès au Musée Dapper

Charles Plumet est un architecte, décorateur et céramiste français né à Cirey-sur-Vezouze, Meurthe-et-Moselle le , mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Plumet est, avec Tony Selmersheim, l'un des fondateurs en 1896 du Groupe des cinq, qui devint ensuite L'Art dans Tout, et qui eut sa part dans l'élaboration de l'Art nouveau[1]. Céramiste et décorateur, il aménage à Paris de nombreuses boutiques, livre des hôtels particuliers et réalise plusieurs immeubles collectifs.

En 1925, il est nommé architecte en chef de l’exposition des Arts décoratifs. Ce lui est l'occasion de s'opposer fermement aux interventions du Corbusier.

Fait chevalier de la Légion d'honneur en 1900, promu officier en 1912, il est élevé à la dignité de commandeur en 1926.

Il est inhumé auprès de sa femme Marie, de ses beaux-parents, F.-G. et Marie Obrecht, et probablement de son beau-frère, Carl Obrecht, au cimetière de Puteaux, sous un cube de béton brut, particulièrement sobre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Charles Plumet réalise les gares des stations Pelleport, Saint-Fargeau et Porte des Lilas de la ligne 3 du métro de Paris, actuelle ligne 3 bis. Elles sont construites en surface en béton armé et en ciment de Grenoble, et sont ornées de céramiques de Gentil & Bourdet.

Il édifie également un atelier pour le sculpteur Joseph Bernard dans un style tendant plus vers le classicisme que le modernisme. Le bâtiment est doté d’une corniche dans laquelle est enchâssée La Frise de la Danse, une de ses œuvres maîtresses de Joseph Bernard, commencée en 1912. L'édifice appartient aujourd'hui à la ville de Boulogne-Billancourt à la suite d'une donation de la famille.

31-33, rue du Louvre et 10, rue d'Aboukir à Paris, Maison Reifenberg et Cie. 1914. Ateliers, bureaux et boutiques. La Famille Reifenberg a un passé immobilier des plus intéressant (Hôtel Reifenberg et Villa Reifenberg)

Exposition[modifier | modifier le code]

  • Au sein du Salon d'automne de 1928, eut lieu une exposition rétrospective des travaux de cet architecte.

Du no 2465 au no 2479, p. 402-403.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alix de La Chapelle[2] « Un Art Nouveau pour le peuple. De l'Art dans tout à l'art pour tous. » Histoire de l'Art - Architecture- no 31 octobre 1995 -p. 59-69
  • Rossella Froissart-Pezone, « Charles Plumet (1861-1928), Tony Selmersheim (1871-1971) et l'Art dans Tout : un mobilier rationnel pour un "art social" », Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français, 2001, p. 351-387.

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rosselle Froissart Pezone, Jean-Paul Bouillon, Le groupe de l'Art dans tout (1896-1901) : un art nouveau au seuil du XXe siècle, Thèse de doctorat, Clermont Ferrand 2, 2000.
  2. Alix de La Chapelle a soutenu en 1994 un mémoire de DEA sur l'architecte Charles Plumet (1861-1928) à l'Université de Paris IV sous la direction de Bruno Foucart et de Françoise Hamon.