Aller au contenu

Pelleport (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pelleport
L'édicule d'entrée de la station sur la place Paul-Signac.
L'édicule d'entrée de la station sur la place Paul-Signac.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 20e
Coordonnées
géographiques
48° 52′ 07″ nord, 2° 24′ 06″ est

Carte

Caractéristiques
Position par
rapport au sol
Souterraine
Voies 2
Quais 2
Nombre d'accès 1
Accessibilité Non
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Transit annuel 229 524 (2021)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code(s) de la station 24-09
Ligne(s) (M)(3bis)
Correspondances
Bus RATP (BUS)RATP606164
(3bis)

Pelleport est une station de la ligne 3 bis du métro de Paris, située dans le 20e arrondissement de Paris.

La station est implantée à la limite administrative entre le quartier Saint-Fargeau au nord-est et le quartier du Père-Lachaise au sud-ouest, sous l'avenue Gambetta au droit de la place Paul-Signac, à l'intersection avec la rue Pelleport, la rue Orfila et la rue du Surmelin. Approximativement orientée selon un axe nord-ouest/sud-ouest, elle s'intercale entre les stations Saint-Fargeau et le terminus sud de Gambetta, ce dernier étant précédé d'un raccordement de service avec la ligne 3 via son ancienne boucle de retournement, s'embranchant en talon sur la voie en direction de Porte des Lilas.

La station est ouverte le avec la mise en service du prolongement de la ligne 3 depuis Gambetta jusqu'à Porte des Lilas.

Elle doit sa dénomination à sa proximité avec la rue Pelleport, laquelle rend hommage au vicomte Pierre de Pelleport (1773-1855), général d'Empire et défenseur du quartier en 1814.

À partir de 1940, sous l'Occupation allemande, le chef-surveillant de la station Lucien Noël met en place un réseau de résistants. Il est arrêté par les Allemands en octobre de l'année suivante et fusillé le à la forteresse du Mont-Valérien[1]. Une plaque commémorative en son hommage est inaugurée ultérieurement sur le quai de la station en direction de Gambetta.

Le , la station est cédée à la ligne 3 bis, dont la création à cette même date résulte du débranchement du tronçon entre Gambetta et Porte des Lilas de la ligne 3 sous la forme d'une navette autonome, afin de prolonger la ligne initiale depuis Gambetta jusqu'à son terminus actuel de Gallieni le 2 avril suivant. Ce remaniement est décidé afin d'irriguer le secteur de la porte de Bagnolet, jusqu'alors insuffisamment desservi par les transports en commun malgré une forte demande, tout en évitant une exploitation en fourche compte tenu du déséquilibre de trafic escompté entre les deux branches.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, les couloirs de la station et l'éclairage des quais ont été rénovés le [2].

Fréquentation

[modifier | modifier le code]

Selon les estimations de la RATP, la station a vu entrer 329 597 voyageurs, ce qui la place à la 301e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[3],[4]. Cette année-là, il s'agit de la seconde station la moins fréquentée du réseau, devant Église d'Auteuil sur la ligne 10. En 2013, elle supplantait également la station Pré-Saint-Gervais sur la ligne 7 bis, mais demeure dans les deux cas la station à disposition classique la moins empruntée (Église d'Auteuil et Pré-Saint-Gervais étant de simples demi-stations unidirectionnelles). En 2020, avec la crise du Covid-19, son trafic annuel tombe à 178 325 voyageurs, la classant à nouveau au 301e rang mais sur 304[5],[6], avant de remonter progressivement avec 229 524 entrants comptabilisés, ce qui la place à la 303e position des stations de métro pour sa fréquentation, toujours sur 304[7].

Services aux voyageurs

[modifier | modifier le code]

La station dispose d'un unique accès intitulé « Place Paul-Signac », débouchant sur ladite place face à l'avenue Gambetta sous la forme d'un édicule original avec bas reliefs et décoration de faïences, dessiné en 1922 par Charles Plumet, particularité qu'elle ne partage qu'avec les stations Saint-Fargeau et Porte des Lilas sur la même ligne. Du fait de l'importante profondeur des quais, il comporte deux ascenseurs entourés d'une série de sept escaliers fixes.

Pelleport est une station de configuration standard : elle possède deux quais, d'une longueur conventionnelle de 75 mètres, séparés par les voies du métro situées au centre et la voûte est elliptique. Cette dernière se distingue cependant par sa hauteur et son profil plus élancé en raison de la profondeur importante des quais, particularité que l'on retrouve aux stations suivantes de la ligne, Saint-Fargeau et Porte des Lilas, ainsi qu'aux stations Pyrénées, Jourdain et Place des Fêtes sur la ligne 11, également enfouies à grande profondeur, ou encore à Pont-Neuf et Châtelet sur la ligne 7.

La décoration est du style utilisé pour la majorité des stations du métro : les bandeaux d'éclairage sont blancs et arrondis dans le style « Gaudin » du renouveau du métro des années 2000, et les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les pieds-droits, la voûte ainsi que les tympans. Les cadres publicitaires sont en faïence de couleur miel à motifs végétaux et le nom de la station est également incorporé dans la céramique murale, selon le style décoratif d'entre-deux-guerres de la CMP d'origine. Les sièges sont de style « Motte » de couleur jaune.

À l'exception de la teinte des assises, cette décoration est totalement identique à celle de la station voisine, Saint-Fargeau.

Intermodalité

[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 60, 61 et 64 du réseau de bus RATP.

À proximité

[modifier | modifier le code]
L'hôpital Tenon, derrière l'édicule d'accès à la station.

Filmographie

[modifier | modifier le code]

Un épisode de la série télévisée Un gars, une fille fut tourné à bord d'une rame MF 67 dans la station[8].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Valérie Antelmi, « Les incidents dans le métro parisien sous l’Occupation », in Noëlle Gérôme et Michel Margairaz (dir.), Métro, dépôt, réseaux, Éditions de la Sorbonne, 2016, p. 83-91.
  2. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le ).
  3. « Trafic annuel entrant par station du réseau ferré 2019 : Métro PELLEPORT », sur data.ratp.fr, traitement du 16 mars 2020 (onglet informations) (consulté le ).
  4. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2019.
  5. « Trafic annuel entrant 2020 », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  6. Le nombre de 304 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 305 stations et non 304 en 2020.
  7. « Trafic annuel entrant 2021 », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  8. « Un gars une fille - le métro », sur YouTube.

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe

[modifier | modifier le code]