Joseph Bernard (sculpteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Bernard.
Joseph Bernard
Maison de Joseph Bernard.jpg
L'atelier de Joseph Bernard à Boulogne-Billancourt.
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Joseph Bernard est un sculpteur, dessinateur et graveur français, né à Vienne (Isère) le et mort à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un tailleur de pierre, Joseph Bernard apprend à travailler la pierre et le marbre dans sa jeunesse. Il acquiert une formation classique à l'École des beaux-arts de Lyon, puis à l'École des beaux-arts de Paris où il entre en 1887 dans l'atelier de Jules Cavelier. Il négligea quelque peu l'enseignement, travaillant dans une imprimerie la nuit et sculptant le jour. Il admire Auguste Rodin, son travail de jeunesse en fait foi, mais ne travaille pas pour lui. Il se consacre un temps aux sculptures en terre glaise : L'Espoir vaincu en 1891, Le Fardeau de la vie, Monument à la Paix dont il ne reste que des fragments. Sa première commande publique est le Monument à Michel Servet pour sa ville natale de Vienne, réalisé entre 1905 et 1911. Pendant cette période très productive naissent des figures de jeunes filles modelées dans le plâtre puis polies. Il réalise des statues stylisées, lisses, au modelé synthétique, représentatives de l'éclosion du style Art déco. En 1913, il participe à l'Armory Show à New York où il envoie sa Jeune Fille à la cruche. La même année, il sculpte un bas-relief de marbre, une de ses œuvres maîtresses : La Frise de la Danse, mais il est victime d'une congestion cérébrale qui le laisse hémiplégique et ralentit son activité.

Il ne recommence à dessiner qu'en 1917 et à sculpter en 1918. Il s'installe en 1921 à Boulogne-sur-Seine dans l'atelier qu'il possède dans le jardin de sa maison. Il est présent en 1925 à l'Exposition internationale des Arts décoratifs aux côtés de François Pompon et de Roger Reboussin dans le pavillon de Ruhlmann, un ami proche, avec de nombreuses œuvres en bronze ainsi qu'une version agrandie de La Frise de la Danse. Il reçoit des commandes de l'État, et sur la fin de sa vie se consacre au dessin et à l'aquarelle.

Son fils, Jean Bernard (1908-1994), est lui-même un artiste polyvalent (peintre, fresquiste, graveur, sculpteur) et le rénovateur du Compagnonnage du Tour de France. Ami de Paul Claudel, il réalise de nombreuses œuvres religieuses.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Exposition[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Harmonie – Bourges », notice sur e-monumen.net.
  2. Bibliographie du Faune dansant :
    • « Chronique des Musées, Musée des Beaux-Arts, Acquisitions récentes », Bulletin des musées et des monuments lyonnais, 1952, n° 2, p. 41-44 , p. 42.
    • René Jullian, « Joseph Bernard en son temps », Bulletin de la société des Amis de Vienne, n° 77, 1982 , p. 8-18.
    • René Jullian, Joseph Bernard, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Fondation de Coubertin, 1989 , p. 313 et 379.
    • Sylvie Carlier et Dominique Lobstein (dir.), Le Postimpressionnisme et Rhône-Alpes (1886-1914) : La couleur dans la lumière, Villefranche-sur-Saône, Musée Paul-Dini, 11 octobre 2015 - 7 février 2016, Villefranche-sur- Saône, 2015 , Fig. 4, repr. p. 20.
    • Claire Barbillon, Catherine Chevillot, Stéphane Paccoud, Ludmila Virassamynaïken (dir.), Sculptures du XVIIe au XXe siècle, musée des Beaux-Arts de Lyon, Paris, Somogy, 2017 , p. 370-371, cat. 171 ; p. 488.
  3. « L'Effort vers la nature », notice sur musee-orsay.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 117-120

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :