Charif Majdalani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charif Majdalani
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Écrivain, professeur d'université, chroniqueur de presseVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Charif Majdalani, né à Beyrouth en 1960, est un écrivain libanais de langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charif Majdalani quitte son pays en 1980 à destination de la France pour suivre des études de lettres modernes à l'université d'Aix-en-Provence. Il revient au Liban en 1993 après avoir soutenu sa thèse sur Antonin Artaud. Dans un premier temps, il occupe un poste d'enseignant à l'université de Balamand puis à l'université Saint-Joseph de Beyrouth où il est professeur de lettres.

À partir de 1995, il participe à la revue d'opposition L'Orient-Express, chargé de la rubrique littéraire. Cette collaboration s'achèvera en 1998 année de la cessation de publication de ce journal.

En 1999, Charif Majdalani revient à l'enseignement à l'université Saint-Joseph de Beyrouth où il est responsable du département de lettres françaises. Ce poste lui permet d'accueillir des romanciers français et libanais. Lors du sommet de la francophonie 2002, il publie un livre Le petit traité des mélanges[1]. Parallèlement à l'enseignement, on peut lire sous sa plume des articles d'opinion dans divers journaux français et libanais (L'Orient-Le Jour, An Nahar, Le Monde, Libération). Il a tenu pendant un an, entre 2007 et 2008, une chronique dans le journal La Montagne et est, depuis 2006, membre du comité de rédaction de L'Orient littéraire. Depuis 2012, Charif Majdalani est président de la Maison internationale des écrivains à Beyrouth[2].

Charif Majdalani est l’auteur de cinq romans, traduits dans six langues.

Influence[modifier | modifier le code]

À propos des influences, Charif Majdalani s’exprime ainsi :

« Les livres qui m’ont marqués sont autant les romans de Garcia Marquez que ceux de Proust ou de Stendhal, autant les grandes chevauchées épiques de Guimaraes Rosa ou de T. H. Lawrence que les errances solitaires des personnages de Cormac Mac Carthy, ce sont les grandes odes de Claudel, les Anabases de Xenophon et de Saint-John Perse, L'invention du monde de Rolin, les épopées homériques, Chateaubriand, Patrick Deville ou les géorgiques virgiliennes. »

— in Écrivains et lettres du monde, Bordeaux, 2013

« Écrire en français pour parler du Liban ne se pose jamais comme un problème. En tout cas pas pour moi […] Certes, le français est imprégné de codes et de sens implicites, il est préformé par l’histoire et par la culture françaises, et il est parfois nécessaire pour un écrivain d’une autre nationalité de déjouer ces significations. Mais c’est là un travail équivalent à celui de tout écrivain, dont le souci est de se réapproprier sa langue, de lui imposer son vouloir, son rythme et son tempérament au lieu de la laisser parler à travers lui. Finalement, poser le problème de l’écriture en français, ce n’est rien d’autre que poser celui de l’écriture elle-même. »

— in Le Monde des livres, 16 novembre 2007

« Une de mes activités favorites est de chercher des exemples des "mélanges" les plus inattendus ou les moins connus (minarets dans les alpages d'Europe centrale, architecture viennoise du grand souk de Damas, rococo dans l'architecture ottomane tardive). (...) Je collectionne ces petites raretés comme d'autres les timbres ou les papillons. »

— Charif Majdalani, cité dans Libération du jeudi 6 octobre 2005

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Petit traité des mélanges : du métissage culturel considéré comme un des beaux-arts, Éditions Layali, 2002.
  • Histoire de la Grande Maison, roman, Éditions du Seuil, 2005
  • Caravanserail, Éditions du Seuil, 2007
prix Tropiques 2008, prix François Mauriac de l'Académie française.
  • Nos si brèves années de gloire, Éditions du Seuil, 2012
  • Le Dernier Seigneur de Marsad, roman, Éditions du Seuil, 2013
  • Villa des femmes, roman, Éditions du Seuil, 2015
prix Jean-Giono 2015[3]
  • L'empereur à pied, roman, Éditions du Seuil, 2017

Texte radiophonique[modifier | modifier le code]

  • Un rendez-vous dans la montagne, fiction commandée par Radio France, diffusée sur France Culture (Fictions/Perspectives contemporaines), le 17 novembre 2007 et le 17 octobre 2008.

Textes divers[modifier | modifier le code]

  • Monologue de Jamilé, l'Humanité, 20 août 2015.
  • Chambre 11, hôtel Al-Mansour, King Fayçal street, Amman, Jordanie, collaboration à l’ouvrage de Olivier Rolin et Cie, Rooms, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », Paris, 2006.
  • Beyrouth 79, dans l’ouvrage collectif Avoir vingt ans, Meet, Maison des écrivains étrangers et des traducteurs, Saint-Nazaire, 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]