Chapelle du Très-Saint-Sacrement d'Anvers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chapelle du Très-Saint-Sacrement
Image illustrative de l’article Chapelle du Très-Saint-Sacrement d'Anvers
Présentation
Culte Catholique
Rattachement District (de la FSSPX) de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg
Début de la construction 1890
Fin des travaux 1892
Architecte Ernest Stordiau
Style dominant néo-gothique brabançon sobre
Protection Patrimoine classé
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Région flamande (Province d'Anvers)
Ville Anvers
Coordonnées 51° 12′ 33″ nord, 4° 24′ 35″ est

La chapelle du Très-Saint-Sacrement est une chapelle néo-gothique, située dans la rue du Ciel (en néerlandais : Hemelstraat) à Anvers[1], et construite à la fin du XIXe siècle sous la supervision de l'architecte Ernest Stordiau. Ancienne chapelle semi-publique d'un couvent de religieuses contemplatives, c'est aujourd'hui un lieu de culte de catholiques traditionalistes.

Historique et architecture[modifier | modifier le code]

Façade de la chapelle du Très-Saint-Sacrement

L'adoration du Saint Sacrement, la paramentique, les activités charitables et le catéchisme ont été quelques unes des activités des Sœurs de l'adoration perpétuelle du Très Saint Sacrement, une congrégation fondée par Mère Anna de Meeûs. La chapelle semi-publique et la communauté des religieuses contemplatives ont bénéficié du soutien financier des marchands et des catholiques locaux. Pour ces fidèles, contribuer aux besoins de la communauté était un devoir, mais aussi une manière de rendre grâce à Dieu avec le fruit de leur travail. Les religieuses les assuraient de leur prière.

En 1987, à la suite de la chute des vocations religieuses, les Sœurs de l'adoration perpétuelle du Très Saint Sacrement vendirent la chapelle, le couvent et la maisonnette voisine (anciennement destinée à leur aumônier) à la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX), fondée par Mgr Marcel Lefebvre.

La chapelle est depuis utilisée pour la messe et d'autres offices célébrés selon le rite tridentin. La FSSPX y a ensuite établi son prieuré pour la Région flamande. Son fonctionnement est similaire à la vie d'une paroisse habituelle; deux prêtres et un frère y résidant en permanence.

Patrimoine classé[modifier | modifier le code]

La Charte de Venise incite les propriétaires à veiller à leurs bâtiments si ceux-ci ont un caractère particulier vis-à-vis de l'histoire de l'art ou un aspect patrimonial avéré. Ainsi, à la demande des propriétaires, la chapelle a été classée monument protégée en 1992, pour son architecture extérieure et son intérieur aux caractéristiques exemplaires néo-gothiques.

Selon le décret ministériel du , la chapelle a été placée sur la liste du patrimoine classé avec la mention supplémentaire: "Monument qui, par sa valeur artistique y compris son décor et son mobilier, doit être protégé pour le bien de l'intérêt public. Le caractère néo-gothique, déjà remarquable, est accentué par une nature décorative particulière relevant de l'exception dans l'œuvre préservée de l'architecte Ernest Stordiau."
Le , après de nouveaux travaux de restauration, un autre décret ministériel étend la protection sur les peintures, les vitraux et la toiture de l'ensemble. La chapelle et la "partie couvent" sont construits en briques rouges et, trônant à droite du tympan du portail, se trouve une statue de la Vierge à l'Enfant.

Activités spécifiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reportage « In Nomine Patris », par Pascale Mertens et Katrien Van der Slycken pour la VRT, première diffusion le jeudi 22 octobre 2009 dans le magazine Koppen sur la Één

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]