Chapelle de Marie-la-Misérable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapelle de Marie-la-Misérable
Marie la misérable 01.JPG
Présentation
Type
Chapelle
Style
Gothique brabançon
Construction
XIVe siècle
Géographie
Pays
Commune
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg

La chapelle de Marie la Misérable (en néerlandais: Kapel van Lenneke Mare) est un édifice de style gothique brabançon du XIVe siècle situé à Woluwe-Saint-Lambert, commune de Bruxelles.

La légende de Marie la Misérable[modifier | modifier le code]

Au début du XIVe siècle sous le règne du duc Jean II de Brabant vivait la belle Marie, au village de Woluwe-Saint-Pierre non loin de la ville de Bruxelles. Elle avait décidé de vivre recluse et de renoncer au monde. Un jour qu'elle traversait le bois de Lindthout, un riche seigneur de Bruxelles la trouvant jolie, l'accosta et voulu la séduire, mais Marie le repoussa avec indignation. Celui-ci revint peu après et, profitant de son absence pour cacher dans sa cellule une coupe de valeur, la fit alors accuser de vol pour la faire céder, ce qu’elle refusa. Plein de rage, il l’a fit alors juger pour vol, vagabondage et sorcellerie. Elle fut condamnée, malgré ses protestations, à être enterrée vivante. On enfonça à coup de maillet dans son corps un pieu aiguisé. Des miracles s'étant produits sur le lieu de son exécution, un pèlerinage se développa nécessitant l’édification de la chapelle.

Le dramaturge belge Michel de Ghelderode s’inspira de l’histoire de Marie la Misérable pour son mystère médiéval créé en 1952. Marie la Misérable fut la dernière de ses pièces.

Historique[modifier | modifier le code]

La chapelle est mentionnée dans un document du pape Urbain V datant de 1363. Elle aurait été édifiée à l'emplacement de l'exécution d'une recluse injustement condamnée.

Elle a sans doute appartenu à la même seigneurie que le Slot et le moulin de Lindekemale. Elle fut ensuite longtemps la propriété des seigneurs de Stockel, Georges III Kieffelt s'y fit inhumer au XVIIe siècle.

En 1922, le marquis de la Boïssière-Thiennes en fit don aux Assomptionnistes qui la desservent encore aujourd'hui.

La chapelle et le petit ermitage voisin ont été classés en 1959 et restaurés en 1972.

Description[modifier | modifier le code]

L’arcade séparant le chœur de la nef retombe sur des chapiteaux dont l’un est encore orné de feuilles de choux frisés. Le chœur, la balustrade et la chaire de vérité forment un ensemble baroque du XVIIe siècle.

La pièce la plus précieuse est sans doute le triptyque datant de 1609 qui relate six épisodes de la vie de Marie la Misérable (Lenneke Mare). D'après l'historien d'art Hans Vlieghe, ce tableau serait de David Teniers le vieux[1].

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par la station de métro : Vandervelde.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Source: article de 1974, cité à la page David Teniers le vieux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]