Chambre de commerce et d'industrie française au Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Chambre de commerce et d'industrie française du Japon (CCIFJ) est une chambre de commerce française installée à Tōkyō qui a pour objectif de développer les échanges commerciaux entre le Japon et la France et d'aider les entreprises françaises à exporter au Japon. Depuis le 1er janvier 2015, la CCI France Japon est devenue la CCI France Japon.

1918 - Création de la CCFJ[modifier | modifier le code]

En 1918, Léon Barmont fonde la chambre de commerce française du Japon (CCFJ). À l'époque, la communauté française ne compte que 59 personnes à Kobe et 56 à Yokohama. La chambre de commerce étrangère rassemblait les entrepreneurs étrangers, sans distinction de nationalité. Cet organisme avait été créé en 1866 à Yokohama. Mais à partir de 1917, les Français, exaspérés de devoir côtoyer leurs homologues allemands commencent à effectuer des démarches dans le but de fonder leur propre chambre de commerce. Cette initiative fait de la CCFJ (qui deviendra la CCIFJ dans les années 1970) la première chambre nationale étrangère dans l'Archipel.

Le , le ministère de l'Agriculture et du Commerce japonais autorise officiellement l'établissement de la CCFJ au Japon. Ce décret est publié dans le journal officiel le , deux jours après l'armistice du 11 novembre. Le , le ministre français Étienne Clémentel, chargé du Commerce, de l'Industrie, des Postes et Télégraphes, signe à son tour un arrêté reconnaissant la CCFJ.

La CCFJ est alors divisée en deux sections : une basée à Yokohama, l'autre à Kobe. Le comité central est basé à Yokohama. Il est situé dans les locaux de la Maison de commerce Barmont, au Sise 183, Yamashita-chō, Yokohama-shi.

Les fondateurs de la chambre sont en partie issus du commerce de la soie. Léon Barmont avait créé son entreprise d'importation de soie à la fin du XIXe siècle. Charles Eymard, premier secrétaire de la CCFJ est lui aussi un soyeux, tout comme Joël Reynaud, importateur et exportateur de soie, qui participera pendant plusieurs années aux activités de la Chambre[1].

Évolution du nombre de membres de la CCI France Japon[modifier | modifier le code]

  • 1918 : 27 membres
  • 1950 : 26 membres
  • 1958 : 36 membres
  • 1964 : 43 membres
  • 1968 : 74 membres
  • 1978 : 108 membres
  • 1987 : 207 membres
  • 1992 : 295 membres
  • 1998 : 450 membres
  • 2008 : 550 membres
  • 2010 : 539 membres
  • 2014 : 479 membres
  • 2015 : 500 membres
  • 2016 : 550 membres
  • 2017 : 586 membres

Les invités de la CCI France Japon[modifier | modifier le code]

Français :

Japonais :

Les présidents de la CCFJ/CCI France Japon[modifier | modifier le code]

  • 1919 : Paul Adrien Dourille
  • 1920 : Isidore Bickart, chef de la Maison Oppenheimer et Cie
  • 1925 : Georges Audoyer, représentant de la société industrielle pour la Schappe
  • 1937 : Edouard Depaty
  • 1940-1942 : G. Barbé
  • 1942-1948 : Interruption de l'activité de la CCFJ
  • 1948 : Roger Aubrun, Banque d’Indochine
  • 1949 : Roger Péricat, Société Denis Frères
  • 1950 : Roger Aubrun, Banque d’Indochine
  • 1951 : Georges Veron, Banque d’Indochine
  • 1952 : Raymond Veil
  • 1953 : André Chevallier, Comptoir de produits métallurgiques, tubulaires et miniers
  • 1955 : Roger Péricat, Société Denis Frères
  • 1956 : Lucien Elmaleh, Louis Dreyfus et Cie
  • 1958 : Roger Péricat, Société Denis Frères
  • 1965 : André Aiby
  • 1966 : Roger Péricat, Société Denis Frères
  • 1968 : André Aiby
  • 1969 : Georges Huguenot, Sofimex/Société générale
  • 1971 : C. Economou, Teikoku Sanso (Air liquide)
  • 1972 : Georges Huguenot, Sofimex/Société générale
  • 1973 : Jean Revol, Nippon Rhodia
  • 1975 : Jacques Conseil, Teikoku Sanso (Air liquide)
  • 1977 : Xavier de Gouyon Matignon, Pechiney Ugine Kuhlmann
  • 1978 : Claude Rossignol, Air France
  • 1979 : Alain Streichenberger, Total
  • 1980 : Bob Legeay, UTA
  • 1982 : François Berger, Pechiney
  • 1985 : Jean-Claude Baumgarten, Air France
  • 1986 : Dunoyer, Roussel Uclaf
  • 1988 : Robert Dahan, BSN
  • 1990 : Emmanuel Prat, LVMH
  • 1992 : Alain Coine, Rhône-Poulenc
  • 1994 : Laurent Dubois, Gide Loyrette Nouel
  • 1996 : Gaël Austin, PMC
  • 1999 : Richard Collasse, Chanel
  • 2002 : Bernard Anquez, Air France
  • 2004 : Hubert de Mestier du Bourg, Total
  • 2007 : Michel Lachaussée, Merial
  • 2010 : Bernard Delmas, Michelin
  • 2018 : Armel Cahierre, B4F KK

Les publications de la CCI France Japon[modifier | modifier le code]

La première publication de la CCIFJ, le Bulletin officiel de la chambre de commerce française du Japon, a été publiée de janvier 1919 à 1963 (interruption pendant huit ans pendant la deuxième guerre mondiale). La chambre enjoint à l'origine les entreprises françaises à conquérir le marché japonais. Et à contribuer à la prospérité de la CCFJ :

« APPEL À NOS LECTEURS.
Nous devons travailler pour être prêts.
La lutte militaire est finie.
La guerre commerciale commence.
DÈS MAINTENANT.
Préparez vos débouchés
Faites connaître vos produits
Préparez les marchés de l'étranger
Choisissez vos représentants FRANÇAIS
Commencez votre réclame sans tarder »

Le Bulletin est d'abord trimestriel, puis mensuel. Ce bulletin va vite se classer parmi les meilleurs de ceux que font paraître les chambres de commerce françaises à l'étranger. Les articles sont souvent repris par le Bulletin commercial d'Extrême-Orient, l’Éveil économique de l'Indochine, le Moniteur d'Indochine, etc[1].

En 1963, la CCFJ crée la revue mensuelle Japon Économie et Marché. Cette publication est très technique, peu illustrée, mais très riche. Peu à peu, des photographies apparaissent sur la couverture. La publication de Japon Économie et Marché correspond à la montée en puissance du Japon de l'après 1964 (Jeux olympiques de Tokyo). Il accompagne le développement des affaires françaises dans l'Archipel : entre 1964 et 1978 (année de la fin de Japon Économie et Marché et du début de France Japon Éco), la CCFJ puis CCI France Japon passe de 43 à 108 membres.

En 1978, la CCI France Japon lance le magazine trimestriel[2] France Japon Eco. Le premier numéro traite du prêt-à-porter. Son rédacteur en chef actuel est Régis Arnaud, journaliste français en poste à Tokyo depuis 1995. En 2017, France Japon Éco a fait paraître son 150ème numéro. Le magazine traite de l'économie et de la société japonaise. Les thèmes traités[3] y sont variés :

FJE 152 : Nous, histoires de partenariats ; FJE 151 : Accords de libre-échange ; FJE 150 : Pays de références ; FJE 149 : Luxe ; FJE 148 : Innovation ; FJE 147 : Sports ; FJE 146 : Idées jeunes sur la démographie japonaise ; FJE 145 : Energie et climat ; FJE 144 : Innovation ; FJE 143 : Tourisme ; FJE 142 : Distribution ; FJE 141 : Emploi, les grands travaux ; FJE140 : Les entrepreneurs ; FJE 139 : Automobile : les pièces maîtresses ; FJE 138 : Le secret de la Jeunesse ; FJE 137 : Dans les cuisines de l'agro-alimentaire

La newsletter La Lettre Mensuelle - affaires au Japon paraît à partir de 1979. D'abord sous format papier, elle passe sur Internet en 2003. Elle s’appelle aujourd’hui France Japon Express. Ses contenus sont variés : comptes rendus d'événements, de missions de prospection commerciale, actualités juridiques et comptables, portraits, etc.

La CCI France Japon publie également de manière occasionnelle des ouvrages exceptionnels[4]. Ils guident les hommes d'affaires dans un monde codifié et apportent des clés pour développer et entretenir avec ses collègues et partenaires nippons des relations durables.

  • Le guide du savoir-vivre dans l'entreprise japonaise en 1990
  • Soie et Lumière, l'âge d'or des échanges franco-japonais en 2001
  • Logomania, l'extraordinaire aventure de 50 marques françaises en 2003
  • Sabre et Pinceau, par d'autres français au Japon, 1872-1960 en 2005
  • Lys et Canon, images et correspondances retrouvées en 2014

L'organisation de la CCI France Japon[modifier | modifier le code]

Conseil d’administration[5][modifier | modifier le code]

  • Président : M. Armel CAHIERRE - B4F KK
  • 1er Vice-Président : M. Hisataka NOBUMOTO - AKEBONO BRAKE INDUSTRY CO., LTD.
  • 2e Vice-Président : M. Norbert LEURET - LVMH MOËT HENNESSY-LOUIS VUITTON JAPAN KK
  • 3e Vice-Président : M. Guy BONAUD - SAFRAN HELICOPTER ENGINES JAPAN K.K.
  • 4e Vice-Président : M. Anthony GOURMEL - BARON PHILIPPE DE ROTHSCHILD ORIENT
  • 5e Vice-Président : M. Denis VERGNEAU - VALRHONA JAPON SA
  • Secrétaire Général : M. Arnaud RASTOUL - BOLLORE LOGISTICS JAPAN KK
  • Trésorier : M. Serban CANTACUZÈNE - AIR LIQUIDE JAPAN LTD.

Administrateurs

  • M. Philippe AVRIL - BNP PARIBAS SECURITIES (JAPAN) LIMITED
  • M. Jérôme BRUHAT - NIHON L’ORÉAL KK
  • M. Philippe DALPAYRAT - DALPAYRAT FOREIGN LAW OFFICE, TOKYO
  • M. Bernard DELMAS - NIHON MICHELIN TIRE CO., LTD.
  • M. Yoshikazu Yann GAHIER - BACCARAT PACIFIC KK
  • M. Philippe KLEIN - NISSAN MOTOR CO., LTD.
  • M. Davy LE DOUSSAL - TMI ASSOCIATES
  • M. François-Xavier LIENHART - BUFFET CRAMPON JAPAN
  • Mme Maïa MANIGLIER - EXPRIME INC.
  • M. Christophe MAQUET - VEOLIA JAPAN KK
  • M. Emmanuel MENANTEAU (administrateur hors Kanto) - VINCI AIRPORTS JAPAN K.K.
  • M. Hitoshi MIKI - RICHEMONT JAPAN LIMITED
  • M. Ali ORDOOBADI - VALEO JAPAN CO., LTD
  • M. Christian POLAK - KK SÉRIC
  • M. Jean Michel SERRE - ORANGE JAPAN CO., LTD.
  • M. Stefan VANOVERMEIR - AIR FRANCE
  • M. Lionel VINCENT - LPA

Auditeurs

  • M. Emmanuel ANGUIS - KPMG JAPAN
  • M. Thierry de GENNES - DELOITTE TOHMATSU
  • M. Michaël LAFARGE - EY

Équipe permanente

La CCI France Japon est actuellement dirigée par Nicolas Bonnardel.

La CCI France Japon est installée à Tōkyō[6] et est divisée en plusieurs services :

  • Le service d'appui aux entreprises propose des missions de prospection commerciale pour les entreprises françaises qui souhaitent exporter vers le Japon. Ses conseillers sont japonais et français, trilingues, et disposent d'un réseau de contacts issus du tissu économique japonais. La CCI France Japon organise régulièrement des missions sur l'agroalimentaire, la santé, les biotechnologies, l'aéronautique, entre autres.
  • Le service emploi-formation aide les entreprises membres de la CCI France Japon à recruter. Les conseillers emploi ne pratiquent pas la chasse de tête mais mettent en relation des candidats et les sociétés. Le service emploi-formation donne par ailleurs des conférences dans les universités japonaises afin de présenter des entreprises françaises implantées dans l'Archipel. Chaque mois, ce service publie un Bulletin emploi pour les membres de la CCI France Japon[7]. Le Bulletin emploi met en regard les candidatures et les offres d'emploi.
  • Le service communication a la charge des publications, notamment France Japon Eco et les publications exceptionnelles de la CCI France Japon, ainsi que de l’animation de la présence de la CCI France Japon sur internet.
  • Les 120 événements annuels de la CCI France Japon sont organisés par le service éponyme. Ils couvrent des champs très divers comme le marketing, l'implantation de PME au Japon, les réglementations, la fiscalité… Ces événements sont aussi l'occasion d'échanger quelques cartes de visite, élément très important des relations professionnelles et le networking au Japon. À la fin du mois de novembre, le gala annuel rassemble près de neuf cents participants tous les ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Échanges, l'opuscule dédié aux 90e anniversaire de la CCIFJ
  2. « France Japon Eco »
  3. « Magazine "France Japon Eco" | CCI FRANCE JAPON », sur www.ccifj.or.jp (consulté le 26 mars 2018)
  4. « CCIFJ-Publications exceptionnelles »
  5. « Le Conseil d'administration | CCI FRANCE JAPON », sur www.ccifj.or.jp (consulté le 26 mars 2018)
  6. Présentation, site officiel
  7. Bulletin emploi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]