Chah-e-Zindeh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue générale de Chah-e-Zindeh

Chah-e-Zindeh (en ouzbek : Shohizinda ; en persan : شاه زنده, ce qui signifie "Le roi vivant") est une nécropole au nord-est de Samarcande en Ouzbékistan. La nécropole est constituée de nombreux mausolées ; les plus anciens datent du XIe siècle. On y trouve en particulier les mausolées de Touman Aka (1405) et de Koutloug Aka (1361), deux des épouses de Tamerlan. L'entrée principale de la nécropole fut construite en 1435 sous Ulugh Beg.

Histoire[modifier | modifier le code]

La nécropole Chah e Zindeh aurait été construite sur le site du tombeau de Koussam Ibn Abbas, cousin du prophète Mahomet. Des personnalités importantes ont voulu se faire enterrer près du tombeau de ce personnage afin de bénéficier de sa bénédiction. Une destruction du site, à l’exception du tombeau de Koussam Ibn Abbas, eut lieu lors des invasions mongoles. L'aristocratie timouride poursuivit la tradition et édifia des mausolées sur ce site, souvent sur des ruines d'anciens monuments. Les façades des portails des mausolées sont généralement richement décorées : céramiques émaillées et sculptées, briques émaillées, inscriptions calligraphiques en arabe et en persan, dessins floraux et géométriques.

Ulugh Beg fit construire un grand pishtak à l'extrémité sud de la nécropole ; à cette entrée se trouvent également une mosquée et la medresa Davlet Kouchbegi (1813). On trouve plus loin le vaste mausolée de Qadi-Zadeh Roumi (1420-1425), comprenant deux pièces, surmontées de hautes coupoles bleues. La plus grande des deux pièces est carrée, avec quatre iwans en croix. Le nom attribué à ce mausolée est lié au fait qu'il pouvait s'agir du tombeau de Qadi-Zadeh Roumi, astronome. On n'y a découvert, en fait, que les ossements de deux femmes.

Deux mausolées sont en suite disposés face à face : le mausolée de l'émir Hussein (1376), et le mausolée de l'émir Zadé (1386) avant de laisser place à deux autres mausolées à la décoration particulièrement riche : le mausolée Chadi Moulk Aka, premier édifice timouride de Samarcande, et le mausolée Chirin Bika Aka. Le mausolée Chadi Moulk Aka est celui d'une nièce de Tamerlan. Le mausolée Chirin Bika Aka est celui d'une sœur de Tamerlan ; il possède une coupole dont la base (tambour) compte 16 côtés. Les ouvertures situées sous la coupole sont fermées par un assemblage en stuc, complété par des verres de différentes couleurs. Les murs intérieurs sont finement décorés. Derrière ce mausolée se trouve le mausolée octogonal, datant du XVe siècle, dont la forme renvoie à une tradition peu usitée dans la région.

Plus loin, après des mausolées restés anonymes, sur la gauche, on peut observer le mausolée Ali Nassafi (vers 1385), du nom de son architecte, avec des décors de motifs étoilés à l'extérieur, des ornements en stalactites à l'intérieur. Viennent ensuite le mausolée Ouloug Sultan Begoum (vers 1385), puis le mausolée de l'émir Bourondouk, général de Tamerlan.

Sur le même côté, on trouve la mosquée et le mausolée de Touman Aka (1404-1405), épouse de Tamerlan, le mausolée Khodja Ahmed (vers 1350, donc l'un des plus anciens, qui a pu servir de modèle pour le reste de la nécropole) et le mausolée de Koutloug Aka (1361), autre épouse de Tamerlan. Tous ces édifices sont de forme cubique, portant une coupole sphéro-conique posée sur de hauts tambours, avec des façades à portails décorés de muqarnas, revêtus de céramiques finement décorées.

Enfin, la voûte d'un portique conduit à la mosquée Koussam Ibn Abbas, composé d'un rectangle à trois coupoles. Le mihrab est décoré d'une mosaïque de faïence bleue. La chambre des pèlerins, décorée de carreaux vernissés, est surmonté d'une coupole divisée en huit panneaux différents ; la tombe de Koussam Ibn Abbas dans la chambre mortuaire, est couverte de majolique colorée.

Galerie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]