Château du Châtelard (Yenne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château du Châtelard
Image illustrative de l’article Château du Châtelard (Yenne)
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XIVe siècle
Propriétaire initial Famille de Chevelu
Destination initiale Résidence seigneuriale
Destination actuelle Ruiné
Coordonnées 45° 40′ 52″ nord, 5° 46′ 06″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Commune Yenne

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Château du Châtelard

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château du Châtelard

Le château du Châtelard, anciennement Chastellard (Castellarium), est une ancienne maison forte du XIVe siècle, au Moyen Âge, siège de la seigneurie du Châtelard, dont les ruines se dressent sur la commune de Yenne une commune française, dans le département de Savoie et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il ne faut pas le confondre avec la maison forte du Châtelard, maison natale de Charles Dullin, qui se dresse à quelques centaines de mètres au sud des ruines du château du Châtelard.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château se dressait, sur un mamelon dominant la vallée d'Yenne, à 2,8 km, au sud-sud-est du bourg, près du hameau du Châtelard.

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison forte du Châtelard est au XIVe siècle[2] la possession de la famille de Chevelu ; en 1408[2], Galois de Chevelu en fait reconnaissance à Amédée VIII de Savoie. La maison forte passe peu après à la famille de Seyssel, à la suite du mariage d'Élisabeth, fille du seigneur de Chevelu, avec Claude de Seyssel, fils de Pierre de Seyssel, seigneur d'Aiguebelette, Claude de Seyssel devenant seigneur du Châtelard. Le [2], avec les habitants de Chevelu, il passe un contrat de fortification de la maison forte. Toujours par contrat, dressé par noble Pierre-Martin de Crozo, secrétaire du duc, cette même année, Claude fait encore une transaction avec les syndics, bourgeois et habitants d'Yenne : « concernant le guet, la garde et les fortifications de sa maison forte du Châtelard, où des hommes de la paroisse de Chevelu doivent venir faire garde tout armés, le jour de la Saint-Barthélemy, 24 août, ainsi que font les habitants d'Yenne audit lieu d'Yenne ». Un rôle des hommes armés est ensuite dressé. Claude de Seyssel fera hommage du fief du Châtelard lui venant de sa femme au duc Louis Ier de Savoie le [2].

Le fief est pendant une partie des XVe et XVIe siècles la possession d'une famille du Châtelard. Vit, en 1480[2], noble Jean du Châtelard, et vers 1510[2], Claude du Châtelard, son fils[3].

Noble Bernardin de Granier, maître d'hôtel du duc Philippe de Savoie-Nemours, par son mariage, vers 1530[2], avec Antoinette ou Antonie du Châtelard, devient seigneur du Châtelard, et achète, par acte passé en sa maison forte du Châtelard, le [2], des rentes et servis de Chambuet. Un de ces fils, François de Granier, marié, le [2], à Suzanne de Viry, décèdera peu après sans descendance. Son frère, Claude de Granier, sera prieur commendataire de Talloires, puis prince-évêque de Genève.

François-Annibal de Seyssel, gouverneur du château de Miolans et capitaine dans l'escadron de Savoie, né vers 1570[2], fils cadet d'Antoine de Seyssel-Sothonod, marié, par contrat, signé au Clos, le [2], à Pernette du Châtelard, fille de Claude-Charles du Châtelard et de Guillaumette de Fistillieu, mariés, vers 1580[2], devient seigneur du Châtelard, du Clos, de Chambuet et de Fistillieu.

La maison forte fut détruite, au mois d'août 1600[2], par les troupes d'Henri IV lors de la guerre franco-savoyarde de 1600-1601. François-Annibal s'installera, après la guerre, dans le second château du Châtelard, qui se dresse encore de nos jours à quelques centaines de mètres au sud, où il meurt le [2]. Ce second château du Châtelard, qui est plus exactement une maison forte, a été habité par la famille de Seyssel-Châtelard jusqu'à l’extinction de celle-ci au XVIIIe siècle. Le château passe alors dans la famille de Cordon par le mariage de Sébastienne Pétronille de Seyssel avec le son cousin le Général-Comte Joseph de Cordon en 1783. Celui-ci meurt sans enfants en 1839. Il lègue le Châtelard à un de ses amis, Joseph Dullin (oncle de Pierre Dullin, propriétaire du Château de Bornessant), percepteur à Yenne. Après Joseph Dullin, c'est son neveu Jacques qui habite le Châtelard et y élève ses dix-huit enfants, dont le dernier est le célèbre acteur Charles Dullin. Après la mort de Jacques Dullin, la maison-forte est vendue à la famille Dupasquier, qui en est toujours propriétaire.

Description[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, il n'en restait que quelques pans de murs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées du hameau du Châtelard.
  2. a b c d e f g h i j k l m et n Jean Létanche 1907, p. 69-73.
  3. Michèle Brocard, parle du milieu du XIVe siècle ; elle reprend probablement Jean Létanche qui cite : « en 1345, une reconnaissance passée par Antoine du Châtelard et Françoise de Foras, sa femme, par laquelle ils confessent tenir en fief franc, du prince Louis de Savoie, leur maison forte de Chanaz. (Indice Savoja) ». Il s'agit probablement d'une erreur car le prince Louis fut duc de Savoie de 1440 à 1465, donc au XVe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Jean Létanche 1907] Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton de Yenne en Savoie, Paris, Le Livre d'histoire-Lorisse, coll. « Monographie des villes et villages de France » (no 1005), (réimpr. 2007), 2e éd. (1re éd. 1907), 99 p. (ISBN 978-2-84373-813-5), p. 69-73.
  • [Michèle Brocard 1995] Michèle Brocard (ill. Edmond Brocard), Les châteaux de Savoie, Yens-sur-Morges, Éditions Cabédita, coll. « Sites et Villages », , 328 p. (ISBN 978-2-88295-142-7), p. 313-315.

Articles connexes[modifier | modifier le code]