Château des Outards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château des Outards
Image illustrative de l’article Château des Outards
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Pierre de Beaufort
Destination initiale Résidence seigneuriale
Destination actuelle Propriété privée
Coordonnées 45° 43′ 23″ nord, 6° 34′ 33″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Tarentaise
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Commune Beaufort
Géolocalisation sur la carte : Savoie
(Voir situation sur carte : Savoie)
Château des Outards
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château des Outards

Le château des Outards est une ancienne maison forte, du XIIIe siècle, dont les vestiges se dressent sur la commune de Beaufort dans le département de Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges du château des Outards sont situés dans le département français de Savoie sur la commune Beaufort, en face de la colline des Vanches et du château de Beaufort, sur la rive gauche du Dorinet, au sommet de la colline des Curtillets, à 1,2 kilomètre au nord-est du bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château est édifiée, après 1246[2], par Pierre, seigneur de Beaufort, à la suite du partage intervenu entre lui et son frère dans la succession de leur père Guillaume de Beaufort ; l'ainé, Guillaume, ayant hérité du château ancestral.

Les deux frères de Beaufort sont dans le besoin et ils contractent auprès du seigneur de Faucigny, Pierre de Savoie, un emprunt de 1 500 livres. En 1277[3],[4], ne pouvant honorer cette dette, Pierre, vend en 1277[5] son château des Outards à Béatrice de Faucigny. Ses descendants, obtiendront le droit de faire construire un nouveau château à Beaufort, le château de La Sallaz.

On le trouve sous la forme castrum de Altaribus, en 1297.

En 1320, deux frères, Pierre et Jacques, dits de Altaribus, damoiseaux, fils de Raymond de Beaufort, demandent le droit de dresser des fourches patibulaires[2].

L'histoire du château s'inscrit dès lors dans la mouvance des États relevant du Faucigny et ne fera plus l'objet de faits notables.

Description[modifier | modifier le code]

À son emplacement, se dresse une maison d'habitation moderne. Il ne subsiste du château médiéval que quelques murs ruinés et un blason pratiquement illisible.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. a et b Michèle Brocard 1995, p. 55.
  3. Michèle Brocard 1995, p. 54.
  4. Georges Chapier 2005, p. 115-116.
  5. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 120.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Michèle Brocard 1995] Michèle Brocard (ill. Edmond Brocard), Les châteaux de Savoie, Yens-sur-Morges, Éditions Cabédita, coll. « Sites et Villages », , 328 p. (ISBN 978-2-88295-142-7), p. 55.
  • [Georges Chapier 2005] Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-84265-326-2), p. 115-116.

Articles connexes[modifier | modifier le code]