Château de Thuré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thuré.

Château de Thuré
image illustrative de l’article Château de Thuré
Coordonnées 48° 11′ 26″ nord, 0° 35′ 18″ ouest
Pays
Région historique Pays de la Loire
Subdivision administrative Mayenne
Localité La Bazouge-des-Alleux

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

(Voir situation sur carte : Mayenne)
Château de Thuré

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Thuré

Le château de Thuré à la Bazouge-des-Alleux en Mayenne est un château situé à 1 500 m au Nord-Est du bourg.

Désignation[modifier | modifier le code]

  • Tuiré, apud Montorterium, 1235[1] ;
  • La dame de Turé, 1407[2] ;
  • Dominus de Thuré, 1561[3]
  • Turé, château, chapelle fondée, étang, moulin[4] ;
  • Thuré, château, étang, moulin[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fief mouvant de Montsûrs, sous le devoir d'une paire d'éperons dorés. Quoiqu'on lui conteste même la haute justice en 1460, aux assises du comté du Maine, il est certain que le seigneur, titré fondateur de la paroisse, exerçait les droits de châtelain, nommant des notaires de sa cour de 1400 à 1464, en 1558 ou encore au XVIIIe siècle. Au chartrier du château, un beau sceau aux armes de Feschal, XVe siècle, porte cette légende facile à compléter : [S]ceau des Co[ntrats de la cour de Thuré]. Pour racheter le droit d'usage dans sa forêt de Bourgon, le seigneur de Bourgon concéda à celui de Thuré 94 arpents qui furent nommés le triage de Thuré. Une partie de la forêt d'Alloué appartenait aussi au domaine, avec la basse justice rachetée du comte de Laval.

La seigneurie de Monceaux et le fief volant du Boisgat furent encore unis à Thuré, dont le domaine comprenait en 1778 : les landes de Thuré, du Ligneul, de la Vannerie, du Bourgneuf, des Boullais, de la Rosselle ; les métairies de la rainière, de la Bardoulière, de l'Oisillère, de l'Eturie, de la Courtillerie, de la Rocoulière, les closeries de la Malherbière, du Genetay et de la Maison-Neuve.

Après la guerre de Cent-Ans, qui avait sans doute dévasté le château, 1458, on rebâtit les étables, une cuisine couverte de genêts, on refait les huis et fenêtres, on fait blanchir et carreler la chambre. Une cheminée demande 7 semaines de travail. Il ne resta rien de cet édifice. Le château actuel, qui n'est pas antérieur à 1500, se compose de deux parties distinctes, presque du même âge ; leur ensemble présente un grand développement, des angles, des retraits multiples, une tourelle en encorbellement, une tour à l'angle du principal corps, et comme seul ornements deux jolies lucarnes de bon style renaissance, mais qui sont là isolées, ne reliant par aucune sculpture aux fenêtres et portes inférieures. Une grande pièce, ayant la hauteur de deux étages, avec tribune, servit, dit-on de prêche protestant. Il n'y a plus trace du pont-levis ni des fossés signalés en 1670.

La chapelle du XVIIe siècle, fort simple est dans la cour, en avant du château, dédié à Saint Sébastien. S'y desservirent : la chapelle de Burdé et celle de la Genderie[6]. On en demanda la conservation en l'an XIII, mais pour la livrer à des usages profanes. M. Daudier la fit bénir de nouveau le 13 novembre 1853.

Le 28 mai 1790 à cinq heures du soir, sur l'avis qu'une bande armée se portait sur le château de Thuré pour le piller, la municipalité et la milice bourgeoise de Martigné partent contre les brigands, les atteignent, leur font déposer les armes à la troisième sommation, avec promesse de payer le grain qu'ils avaient enlevé. Le fils de la concierge du château le jeune Huneau fut tué inhumainement par les révolutionnaires. C'est dans les bois de Thuré que se retirait un brigand, ancien domestique à La Bazouge-des-Alleux, qui se faisait appeler Tranche-Montagne.

Les seigneurs de Thuré[modifier | modifier le code]

Famille de Feschal[modifier | modifier le code]

Armes des Feschal : Vairé et contrevairé d'argent et d'azur, chargé d'une croix étroite de gueules
  • Brandelis de Champagné, marquis de Vilaines, épouse le 25 novembre 1558, à Saint-Ouën-des-Vallons, Anne de Feschal, qui veuve, convole vers 1620 avec Blason Famille de Bouillé.svg Urbain de Bouillé, et meurt à Thuré en 1652, trois avant son second mari ;
  • Hubert de Champagné, 1652 ; la terre était saisie en 1670 sur lui ;
  • François Le Clerc du Boisjousse, par acquisition sur le précédent, pour 40 000 livres, en 1682, 1703 ;
  • Jean Le Clerc des Emereaux, premier président au présidial d'Angers, 1705, 1729 ;
  • Pierre-Jacques-Louis-Auguste Ferron, marquis de la Ferronays, épousa le 14 décembre 1722, Françoise-Renée Le Clerc des Emereaux, mort en 1753[7]. ;
  • Pierre-Jacques-François-Louis-Auguste Ferron de la Ferronays, après avoir fait toutes les campagnes de 1742 à 1748, leva en 1749 un régiment de dragons, fut gouverneur de Dole, après le comte de Vercel, son beau-père, 1754, et commanda son régiment de 1755 à 1760 ;
  • Louis-Gabriel Carré de la Chevronnière, contrôleur des guerres, mari de Louise-Perrine Picard-Dugrez, acheta le 20 août 1778, et revendit le 1er février 1792 à Louise Turpin, veuve de Jean-Baptiste Piquois. Joseph ou Joso, Piquois fit à Thuré des essais originaux qu'infructueux d'élevage du cheval et du mouton.
  • Anselme Marie Legouis, acquéreur (1804)
  • le comte Michel Ordener et Marie-Françoise-Pauline Legouis, son épouse (1829) ;
  • Jean-Marie Perdrigeon, acquéreur (1833) ;
  • Daniel-Louis Daudier, acquéreur à titre d'échange (1847) ;
  • Jules-Marie Daudier, militaire ;
  • Jules du Pontavice (1848-1928) achète le domaine à Jules-Marie Daudier en 1902.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire de Fontaine-Daniel, p. 151.
  2. Archives départementales de la Mayenne, E. 126.
  3. Cartulaire d'Evron.
  4. Hubert Jaillot.
  5. Carte de Cassini.
  6. Dont furent pourvus : André Gineau, de Nevers, mort en 1667 ; François-Brice Ponthault, 1722 ; Jean Pichon, vicaire à Martigné, 1790.
  7. Un de leurs fils est Jules-Basile Ferron de La Ferronnays, évêque.

Source[modifier | modifier le code]

« Château de Thuré », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne), t. III, p. 773-774.