Château de Freundstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Freundstein
Image illustrative de l’article Château de Freundstein
Protection Logo monument historique Classé MH (1922, ruines)
Coordonnées 47° 51′ 37″ nord, 7° 07′ 11″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Commune Goldbach-Altenbach

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Château de Freundstein

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Freundstein

Le château de Freundstein est un monument historique situé à Goldbach-Altenbach, dans le département français du Haut-Rhin. Il est un point culminant, très apprécié des randonneurs. Se trouve à proximité, la ferme auberge du Freundstein.

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce bâtiment est situé à Goldbach-Altenbach à 927 m d'altitude, sur la route allant du Vieil-Armand au col Amic.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château fut bâti dans la seconde moitié du XIIIe siècle avec la particularité d'appartenir à deux suzerains, l'abbaye de Murbach et l'évêque de Strasbourg. Il est dit qu'en 1927 le château fut offert en fief à la famille de Waldner von Freundstein, à laquelle il appartiendrait toujours encore de nos jours, quoiqu'en ruine (restes d’un donjon qui a aussi servi de logis, escalier très endommagé et périlleux d'accès), abandonné et dont la destination fut maintes fois modifiée au cours de l'histoire[1].

Son état s'est progressivement altéré depuis le début du XIVe siècle, et s'est gravement dégradé suite au Séisme de 1356 à Bâle.

En 1457 les Waldner de Freundstein achètent aux Nobles de Wattwiller, le château de Weckenthal (situé à l’extrême sud du ban de Berrwiller. Seize années plus tard, en 1473, les Soultziens en guerre avec les Waldner, pillent le village de Berrwiller et assiègent le château de Weckenthal, mais sans parvenir à y entrer. En 1490, ces mêmes Soultziens mettent à sac le château de Freundstein, propriété des Waldner. Cette seconde vague du pillage du Château intervient après celle des Mulhousiens en 1441[2] en conflit avec la Famille Waldner de Freundstein[3].

En 1525 au cours de la guerre des Paysans allemands, un incendie causé par un soulèvement et le siège par les rustauds venus du Sundgau (nota: les paysans veulent conserver le « vieux droit » transmis oralement et n'acceptent pas le droit romain que les seigneurs souhaitent introduire), ravage à nouveau le château [4], plus tard l'édifice sera détruit par la foudre en 1562.

Il fut partiellement restauré au cours du XIVe siècle mais sera définitivement abandonné au début du XVIIe siècle.

Rappelons que le château faisant face au Vieil-Armand et situé non loin de la ligne de front[5], fut reconverti à partir de fin 1915, en observatoire militaire par l'armée française durant la Seconde Guerre mondiale[6].

L'édifice fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1922[7].

Architecture[modifier | modifier le code]

Fortifié de manière à pouvoir résister aussi bien à une attaque directe qu'à un siège, le logis du Château de Freundstein fut construit selon un plan quadrangulaire sur du rocher granitique plutôt difficile à distinguer sur place, car recouvert et dont l'état de ruine ne facilite pas le constat[2]. Les murs du château sont construits en moellons de grauwacke, roche sédimentaire détritique tendre à travailler. Les ouvertures à chambranles plus résistantes sont en granit. Bâti en tant que château fort, c'est-à-dire résidence fortifiée du détenteur du droit de ban, le château du Freunstein même dans sa période la plus faste, demeure un ouvrage très sommaire sur le plan architectural[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Goldbach, p. 578
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, , 663 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Goldbach-Altenbach, p.139

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.chateaux-forts-de-france.fr/chateau-de-freundstein
  2. a et b http://gertrude.region-alsace.eu/gertrude-diffusion/dossier/chateau-fort-dit-chateau-de-freundstein/7ee209d8-2dfa-408f-ae12-795cc87b881f
  3. http://berrwiller.fr/histoire.html
  4. (cité dans J. Lefebvre, Luther et l'autorité temporelle, 1521-1525, Paris, Aubier, 1973, p. 247, 253, 257)
  5. http://kastel.elsass.free.fr/chateaux/freundstein.htm
  6. www.crdp-strasbourg.fr/data/albums/album_hwk1/index.php?parent=62
  7. « Château de Freundstein », notice no PA00085432, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. (en) Charles Coulson, Castles in Medieval Society : Fortresses in England, France, and Ireland in the Central Middle Ages, Oxford University Press, , p. 15