Cervelas (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cervelas.
Cervelas dans Syntagma Musicum Theatrum Instrumentorum seu Sciagraphia (1619) de Michael Praetorius.
Cervelas instrument.jpg
BaroqueRackett.jpg

En musique, le cervelas est un instrument à anche utilisé à la Renaissance et dans la musique baroque. Il est composé d'un long tuyau, relié à une grosse anche double, et replié à l'intérieur d'un petit cylindre de bois percé de nombreux trous cylindriques parallèles, unis deux à deux par des raccords internes. De cette manière, on obtient, dans un volume réduit, une colonne d'air très longue permettant d'obtenir un son grave et bourdonnant. C'est l'ancêtre du basson.

Le cervelas ou le Basson de saucisse est un instrument à vent à double coiffe de l'époque de la Renaissance, introduit à la fin du XVIe siècle et déjà remplacé par des bassons à la fin du XVIIe siècle.

Il existe quatre tailles de cervelast, dans une famille allant de discant (soprano), ténor-alto, basse à grande basse. Par rapport à leur hauteur, les cervelas sont assez petites (le cervelas discant ne mesure que 4 pouces de long, mais sa note la plus basse est G, une octave et un quatrième parfait au-dessous du milieu C). Cela se fait grâce à sa construction ingénieuse; Le corps se compose d'un cylindre en bois massif dans lequel sont percés neuf trous parallèles. Ceux-ci sont reliés alternativement en haut et en bas, ce qui entraîne un long passage de vent cylindrique dans un corps compact afin que l'on puisse porter dans sa poche un instrument qui descendra comme un basson moderne.

Cependant, sa construction inhabituelle exige que son doigté soit quelque peu différent des autres bois de bois de l'époque; Il ressemble à l'avant de sept trous du crumhorn et s'harmonise bien avec les flûtes à bec et les krumhorn, mais avec les mains placées côte à côte. Les trous supplémentaires sont couverts par les pouces et la deuxième articulation de l'index afin d'étendre la gamme un quatrième parfait au-dessous de l'échelle nominale, comme le curtal. Ainsi, le cervelas discant est considéré comme étant en C, mais sa gamme couvre un douzième parfait de d 'à G. Les gammes pour le reste de la famille telles que données par Praetorius sont: ténor alt: g à C; Basse: c à FF; Grande basse: A à DD ou G à CC. La gamme pourrait être étendue vers le haut par plusieurs notes supplémentaires, car la raquette de renaissance overblows au douzième comme une clarinette. Praetorius écrit dans Syntagma Musicum II: "si un cervelas est bien foré et joué par un bon musicien, il peut être fait pour produire quelques tonalités de plus". Les trois cervelas renaissantes existantes sont logées dans deux collections européennes; L'un est dans le Musikinstrumenten Museum à Leipzig, et deux sont au Kunsthistorisches Museum à Vienne.

Le cervelas baroque (développé par le fabricant de Nuremberg J. C. Denner, 1655-1707) a combiné le concept d'alésage plié avec un profil d'alésage conique (ou pseudo-conique); En substance, c'est un basson sous forme de cervelas. Il comporte dix alésages cylindriques parallèles dont les diamètres augmentent successivement pour fonctionner comme un véritable alésage conique et permettent un suralimentation à l'octave. Un certain nombre de tétines ont été ajoutées, qui sont des extensions de métal tubulaires recouvertes par l'articulation intermédiaire des index ainsi que les roses. La condensation reste habituellement dans la bobine du crochet de laiton amovible, donc il est assez simple d'expulser pendant les pauses. Malgré ses idiosyncrasies, la rackerie baroque est un instrument polyvalent avec une large gamme de notes et de dynamiques. Avec un roseau approprié, le racktarien baroque a une gamme chromatique similaire au basson baroque (g 'à BBb) et, avec son agilité, peut effectuer la plupart des répertoires d'instruments de basse à partir du moment où il était en vogue. Des spécimens existants de la raquette baroque se trouvent au Musikinstrumenten-Museum Berlin et au Bayerisches Nationalmuseum à Munich.

Origine[modifier | modifier le code]

L'inventeur du cervelas est inconnu. La première mention historique se trouve dans les inventaires allemands de Wurttemberg de 1576 (listés comme Raggett) et de l’inventaire Graz de 1590 (classé par Rogetten)[1]. Les premières peintures du groupe de la Cour de Munich et un cabinet sculpté par Christof Angermair représentent un seul cervelas joué dans un petit orchestre, mêlé à d’autres instruments. Avant la fin du dix-septième siècle, le cervelas avait un alésage cylindrique et le roseau était entouré d’un bec. Le dernier cervelas baroque avait un alésage pseudo-conique en expansion et a été soufflé à travers une crosse enroulée insérée dans le haut de l‘instrument. Un joint de cloche séparé est ajouté pour prolonger la longueur du tube.

Son[modifier | modifier le code]

Praetorius a noté : « Dans les rafales de renaissance sonore, il est assez doux, presque comme si on soufflait à travers un peigne. Ils n'ont aucune distinction particulière lorsqu'un ensemble complet est utilisé ensemble, mais lorsque les violons da gamba sont utilisés avec eux ou lorsqu'un Un seul cervelas est utilisé avec d'autres instruments à vent ou à cordes, un clavecin ou analogue, et est joué par un bon musicien, c'est vraiment un instrument charmant. C'est particulièrement agréable et agréable à entendre sur les parties de basse. »[2]

Le basset baroque, parfois appelé «basson de poche» ou «basson de saucisse», à l'inverse, ressemble beaucoup à un basson dulcien ou baroque, et peut facilement se fondre avec le même genre d'instruments d'ensemble - les alto de la gamba, le cornetti, les claviers historiques, le baroque Enregistreurs et petits orchestres baroques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sybil Marcuse, Musical Instruments: A Comprehensive Dictionary (New York 1964), p. 433
  2. Syntagma Musicum II. De Organographia (Wolfenbüttel 1619), 40

Liens externes[modifier | modifier le code]