Michael Praetorius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Praetorius.
Michael Praetorius
Description de l'image Michael Praetorius.png.
Naissance
Creuzburg, Thuringe, Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Décès (à 50 ans)
Wolfenbüttel, Basse-Saxe,
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Activité principale Compositeur, théoricien de la musique

Œuvres principales

Michael Praetorius est un compositeur et théoricien de la musique allemand, né à Creuzburg le et mort à Wolfenbüttel le .

Une gravure représentant des instruments de musique dans le Syntagma musicum publié en 1619.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né Michael Schultze (Praetorius étant la version latine de son nom) à Creuzburg an der Werra, en Thuringe, dans le centre de l'Allemagne, le 15 février 1571. Son père est pasteur luthérien. Il suit des études en théologie et en philosophie à l'université de Francfort-sur-l'Oder et apprend à parler couramment plusieurs langues. Après des études en musique, il devient organiste à Francfort en 1587. Après avoir été maître de chapelle (Kapellmeister) à Lunebourg, il devient, en 1592 ou 1593, secrétaire du duc Henri-Jules de Brunswick-Wolfenbüttel à la cour de Wolfenbüttel, où il est aussi organiste, puis nommé Kapellmeister en 1604. À partir de 1613, il est également au service de Jean-Georges Ier, prince-électeur de Saxe, à la cour de Dresde, où il est responsable de la musique des festivités.

Praetorius est considéré comme l'un des meilleurs compositeurs luthériens, et il a laissé une œuvre considérable. Pour la seule musique religieuse, il compose plus de mille pièces vocales et instrumentales[1]. De plus, Praetorius transcrit de nombreuses œuvres dites « populaires » issues depuis des siècle du folklore allemand. Il a également publié Terpsichore musarum (1612), un imposant recueil de 300 compositions associées à la danse qui constitue son plus important legs de musique profane.

Ses compositions sacrées sont largement inspirées par la musique italienne, plus particulièrement par l'école vénitienne, mais également par son jeune contemporain allemand Heinrich Schütz avec qui il collabore à la cour de Dresde. Il emprunte à l'école vénitienne la forme du grand motet à double chœur avec accompagnement de cuivres qu'il emploie régulièrement pendant sa carrière. Ses premières compositions, écrites vers 1602, sont suivies de ses Musæ Sioniæ (1605-1610) et, en 1611, d'un recueil de chants liturgiques contenant des messes, des hymnes et des magnificats. En 1609, il signe l'arrangement de Dans une étable obscure (Es ist ein Ros entsprungen), un chant de Noël traditionnel allemand du XVIe siècle qui est aujourd'hui sa composition la plus universellement connue. L'ensemble de son œuvre et son style unique se sont transmis grâce aux centaines d'élèves qu'il forme à l'orgue et au chant au cours de sa vie.

Il est également célèbre pour avoir écrit une remarquable encyclopédie, le Syntagma musicum (1619), un traité de musique qui étudie très précisément les divers genres musicaux utilisés depuis l'Antiquité, ainsi que des instruments de musique, une somme quasi exhaustive qui est encore aujourd'hui d'un intérêt considérable.

Michael Praetorius s'éteint à Wolfenbüttel, à l'âge exact de 50 ans, le 15 février de l'année 1621.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il laisse des milliers d'œuvres derrière lui, parmi lesquelles 16 volumes de Musæ Sioniæ (plus de 1200 motets), 15 volumes de Polyhymnia, 9 volumes de Musa Aonia (profanes), des pièces instrumentales, des danses (Terpsichore musarum, 1612) et le fameux Syntagma musicum.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Mass for Christmas Morning, Gabrieli Consort & Players, direction Paul McCreesh, Archiv Produktion (1994)
  • Terpsichore musarum, Ricercar Consort, direction François Fernandez, Ricercar - RIC 205 (1995)
  • Weinnachtliche Motetten und Choralkonzerte, Hassler Consort, direction Franz Rami, MDG (2002)
  • Puer natus in Bethlehem, Bremer Barock Consort, direction Manfred Cordes, CPO (2007)
  • Ostermesse, Weser-Renaissance, direction Manfred Cordes, CPO (2012)
  • Complete Organ Works, Friedhelm Flamme (orgue), 2 CD, CPO (2014)
  • Praetorius (motets de Michael Praetorius et d'autres compositeurs ayant Praetorius pour nom), Balthasar-Neumann-Chor-und-Ensemble, direction Pablo Heras-Casado, Archiv Produktion (2015).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diapason, janvier 2009, p. 31.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :