Ceolwulf Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ceolwulf.

Ceolwulf Ier
Illustration.
Un penny d'argent frappé sous le règne de Ceolwulf.
Titre
Roi de Mercie
Prédécesseur Cenwulf
Successeur Beornwulf
Biographie
Date de décès après 823
Père Cuthberht
Fratrie Cenwulf
Cuthred
Enfants Ælfflæd
Liste des rois de Mercie

Ceolwulf Ier est roi de Mercie de 821 à 823.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ceolwulf Ier est le frère de Cenwulf, à qui il succède sur le trône de Mercie à sa mort, en 821. Son autorité s'étend également sur les royaumes voisins d'Est-Anglie et de Kent. Il est sacré roi de Mercie le par l'archevêque de Cantorbéry Wulfred. Cet événement, qui marque la réconciliation entre la royauté mercienne et le siège de Cantorbéry après plusieurs années de lutte entre Cenwulf et Wulfred, est connu grâce à une charte promulguée le même jour par Ceolwulf[1],[2].

Le règne de Ceolwulf ne dure que deux ans : il est déposé en 823 pour des raisons inconnues et remplacé par Beornwulf[3]. Son seul enfant connu est une fille, Ælfflæd, qui devient la femme de Wigmund, le fils du roi Wiglaf, et la mère de Wigstan ainsi que peut-être de Ceolwulf II[4].

Les Annales Cambriae enregistrent une campagne des « Saxons », c'est-à-dire des Merciens, au pays de Galles vers 822. Durant cette campagne, la forteresse de Deganwy est détruite et le royaume de Powys conquis par les envahisseurs. Si l'on accepte la date donnée par les Annales, ce succès serait à porter au crédit de Ceolwulf[5]. Cependant, l'historien D. P. Kirby considère peu plausible qu'il ait pu être déposé après une telle victoire et préfère attribuer la conquête du Powys à son successeur Beornwulf[3].

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique des rois de Mercie au IXe siècle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kirby 2000, p. 153.
  2. (en) « S 186 », sur The Electronic Sawyer (consulté le 23 avril 2019).
  3. a et b Kirby 2000, p. 154.
  4. Williams, Smyth et Kirby 1991, p. 77-78.
  5. Yorke 1990, p. 122.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) D. P. Kirby, The Earliest English Kings, Londres, Routledge, (ISBN 0-415-24211-8).
  • (en) Ann Williams, Alfred P. Smyth et D. P. Kirby, A Bibliographical Dictionary of Dark Age Britain (England, Scotland and Wales c.500-c.1050), Seaby, (ISBN 1 852640472).
  • (en) Barbara Yorke, Kings and Kingdoms of Early Anglo-Saxon England, Londres, Seaby, (ISBN 978-1-85264-027-9).

Lien externe[modifier | modifier le code]