Hlothhere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hlothhere
Illustration.
Tombes de quatre rois de Kent à l'abbaye Saint-Augustin de Cantorbéry. Celle de Hlothhere est la seconde en partant de la gauche.
Titre
Roi de Kent
Prédécesseur Ecgberht Ier
Successeur Eadric
Biographie
Dynastie Oiscingas
Date de décès
Sépulture Abbaye Saint-Augustin de Cantorbéry
Père Eorcenberht
Mère Seaxburh
Fratrie Ecgberht Ier
Eorcengota
Ermenilda
Liste des rois de Kent

Hlothhere (mort le ) est roi de Kent de 673 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

La charte de 679 (S 8).

Hlothhere est l'un des deux fils connus du roi de Kent Eorcenberht et de Seaxburh, la fille du roi Anna d'Est-Anglie. Son nom est l'équivalent anglo-saxon du nom franc Clotaire ou Lothaire, ce qui rappelle les liens importants qui unissent la famille royale du Kent et les Mérovingiens[1].

Hlothhere succède à son frère Ecgberht après sa mort, survenue le . Une charte suggère que son règne ne débute qu'en 674, après un interrègne de plusieurs mois[2], mais il s'agit d'un document d'authenticité douteuse[3],[4]. Une autre charte de Hlothhere, datant de 679, est la plus ancienne qui subsiste sous sa forme originale. Il est possible que ce type de document ait été introduit en Angleterre par l'archevêque Théodore, dont l'épiscopat (668-690) est contemporain du règne de Hlothhere[5].

Le début du règne de Hlothhere est marqué par un affaiblissement du Kent vis-à-vis de la Mercie. Le roi Wulfhere étend son influence sur le Surrey avant 674, et son successeur Æthelred envahit le Kent en 676 et ravage la ville de Rochester[3],[6].

Il subsiste un code de lois attribué conjointement à Hlothhere et à son neveu Eadric, l'un des fils d'Ecgberht. Il est possible qu'oncle et neveu ait régné ensemble, à moins que le second se soit contenté de confirmer des lois émises par le premier[7]. Eadric finit par se révolter contre Hlothhere avec l'aide des Saxons du Sud. Une bataille les oppose, durant laquelle Hlothhere est mortellement blessé. Il meurt le et est inhumé en l'abbaye Saint-Augustin de Cantorbéry[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yorke 1990, p. 39.
  2. Kirby 2000, p. 94.
  3. a, b et c Kelly 2004.
  4. (en) « S 7 », sur anglo-saxons.net (consulté le 23 février 2018).
  5. Yorke 1990, p. 21.
  6. Yorke 1990, p. 29-30.
  7. Kirby 2000, p. 99.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]