Centre historique de Rome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Centre historique de Rome, les biens du Saint-Siège situés dans cette ville bénéficiant des droits d'extra-territorialité et Saint-Paul-hors-les-Murs *
Rom Petersdom und Tiberbruecke.jpg
Coordonnées 41° 53′ 53″ nord, 12° 28′ 19″ est
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau du Vatican Vatican
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iii) (iv) (vi)
Superficie 1 485 ha
Numéro
d’identification
91
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1980 (4e session)
Année d’extension 1990 (14e session)

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Centre historique de Rome, les biens du Saint-Siège situés dans cette ville bénéficiant des droits d'extra-territorialité et Saint-Paul-hors-les-Murs

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Centre historique de Rome, les biens du Saint-Siège situés dans cette ville bénéficiant des droits d'extra-territorialité et Saint-Paul-hors-les-Murs
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le centre historique de Rome est un espace urbain qui représente un ensemble de monuments de valeur exceptionnelle universellement reconnu. Administrativement, ce territoire inscrit correspond aux 22 rioni de la capitale, soit les 20 rioni du municipio I (centre historique) auquel on ajoute ceux de Borgo et Prati. Depuis 1977, le nom italien de Centro Storico désigne également la zone urbanistique comprenant 8 rioni de cet espace.

Fondée selon la légende en -753 sur les bords du Tibre, Rome a été constamment associée à l'histoire de l'humanité. D'abord centre de la République romaine, elle domine le monde pendant cinq siècles comme capitale de l'Empire, pour devenir ensuite celle du monde chrétien jusqu'à nos jours.

Le centre historique de Rome est une première fois classé en 1980 dans un espace limité à l'enceinte fortifiée dite du mur d'Aurélien construit de 272 à 282.

En concertation avec le Saint-Siège et l'Italie, le comité de l'Unesco dans un esprit de cohérence élargit, en 1990, l'inscription à l'enceinte de 1643 d'Urbain VIII pour y inclure trois monuments (extra-territoriaux)[1] essentiels de la capitale chrétienne que sont les basiliques de Sainte-Marie-Majeure, de Saint-Jean-de-Latran et de Saint-Paul-hors-les-Murs mais aussi des édifices remarquables comme le palais de San Callisto à Trastevere, le palais de la Chancellerie, le palais de Propaganda Fide situé Piazza di Spagna, le palais Maffei (Palazzo della Pigna), palais des Convertendi, palais du Santo Uffizio, palais Pio et le palais dit des Propilei.

Les quartiers de la ville[modifier | modifier le code]

Le territoire est divisé en 22 quartiers, listés ci dessous. Tous se trouvent à l'intérieur des Mura aureliane, à l'exception de Borgo et Prati[2].

I. Monti[modifier | modifier le code]

Son nom dérive de ses collines ou montagnes : il Celio, il Cispio, l'Esquilino, l'Oppio, il Quirinale et il Vitinale. Là bas, se trouve il Foro di Cesare, il Foro di Nerva, il Foro di Traiano, la Domus Aurea, la Basilica di Santa Maria Maggiore, le Terme di Traiano, la Torre della Milizie et la Piazza San Giovanni avec la Fontana dell'obelisco Lateranense. Son emblème est constitué de trois montagnes vertes sur un fond argenté.

II. Trevi[modifier | modifier le code]

L'origine de son nom n'est pas certaine. Toutefois, l'hypothèse la plus crédible est qu'il provient de l'antique trejo, qui indique la confluence de trois rues sur la petite place des Crociferi, située sur le côté de la moderne Fontana di Trevi. On y retrouve la Fontana di Trevi, la Fontana del Tritone, il Palazzo Barberini et il Palazzo del Quirinale.

III. Colonna[modifier | modifier le code]

Son nom dérive de la colonne dédiée à Marco Aurelio, appelée Antonina, qui se trouve sur la place du même nom. Il s'y trouve, la Piazza della Rotondo, il Palazzo Montecitorio, le siège de la Camera dei deputati et il Palazzo Chigi, le siège del Governo della Repubblica Italiana. Son emblème est une colonne d'argent sur un fond rouge.

IV. Campo Marzio[modifier | modifier le code]

Le Campo Marzio (Campus Martis) était une zone de la Rome antique d'environ 2km², initialement externe aux conflits citadins. Il a pris le nom de l'autel dédié à Mars, dieu de la guerre, élevé après la chute de Tarquinius le Superbe. On y retrouve la Piazza di Spagna et la Piazza del Popolo, la Fontana del porto di Ripetta, il museo dell'Ara Pacis et l'Orologio ad acqua. L'emblème est une demi-lune argentée dans un champ bleu; l'origine du symbole est inconnu.

V. Ponte[modifier | modifier le code]

Son nom dérive de la représentation du Ponte San'Angelo, ou Ponte Elio, qui a appartenu au quartier quand le pape Sisto V ne la pas incorporer dans le nouveau quartier Borgo. On y trouve la Pizza dei Coronari, il Palazzo Taverna et il Palazzo Alberini. Son symbole est un pont.

VI. Parione[modifier | modifier le code]

Son nom dérive de la présence dans le quartier d'un édifice antique, ou d'un mur qui pris le nom du peuple Parietone. Le centre de ce petit quartier est Piazza Navona. On y retrouve la Piazza della Chiesa Nuova et il Teatro di Pompeo. Son cymbole est un griffon, créature mythologique grecque avec la tête de l'aigle et le corps du lion, symbole de la fierté et de la noblesse.

VII. Regola[modifier | modifier le code]

Son nom dérive de arenula (repris dans la Via Arenula moderne) ou de ce sable mou qui encore aujourd'hui se dépose du fleuve il Tevere lors des inondations, et dont les plages formées ont disparu après la construction du Lungotevere. On y trouve il Campo de'Fiori, la Piazza Farnese, la Galleria Spada, il Palazzo Farnese et il Palazzo Falconieri. L'emblème du quartier est un cerf rampant dans un champ turquoise.

VIII. Sant'Eustachio[modifier | modifier le code]

Son nom dérive de l'église du même nom. On y retrouve la Piazza Sant'Agostino, il Palazzo Madama, le siège du Senato della Repubblica, il Palazzo Vidoni Caffarelli et il Largo di Torre Argentina. Son symbole est formé de la tête d'un cerf (symbole de S.Eustachio) et du buste de Jésus; les chiffres sont en or et le fond est rouge.

IX. Pigna[modifier | modifier le code]

L'emblème du quartier est constitué d'une pomme de pin : la légende veut que son nom dérive de la gigantesque pomme de pin de bronze retrouvée dans le quartier et en signe déposée au Vatican dans le Cortile della Pigna. Toutefois, au XIIe siècle, la pomme de pin se trouva déjà devant l'antique Basilica di San Pietro, quand le quartier n'avait encore pas loué ce nom. Une autre hypothèse veut que son nom dérive de la Vigna di Tedemario (un romain qui possédait des terres dans la zone du Circo Flaminio). On y retrouve il Pantheon, l'Altare della Patria et la Piazza Venezia.

X. Campitelli[modifier | modifier le code]

Il y a deux versions sur l'origine du nom de ce quartier : d'après la première, il dérive de Campus telluris, c'est à dire le "champ ou place de la terre", d'après l'autre hypothèse plutôt de Aedes telluris, où "temple de la Terre divine". On y retrouve la Piazza del Campidoglio, il Foro Romano, il Campidoglio, i Musei capitolini, il Carcere Mamertino, la Casa delle Vestali, l'Insula dell'Ara Coeli. L'emblème de ce quartier est constitué de la tête noire d'un dragon sur fond blanc. Son symbole dérive de la légende selon laquelle un dragon qui infesta le forum romain, fut traqué par le papa Silvestro I.

XI. Sant'Angelo[modifier | modifier le code]

C'est le plus petit des quartiers. Son nom dérive de l'église de Saint-Ange à Pescheria. On y trouve la Piazza dei Calcarari, il Ghetto, il Teatro di Marcello, la Fontana delle Tartarughe et il Portico di Ottavia. Son emblème est un ange sur fond rouge, avec une épée dans la main droite et une balance dans la gauche. La balance ne se réfère pas à la justice mais plutôt à la découpe et à la pesée du poisson, puisque le commerce antique du poisson se trouvait dans le Ghetto.

XII. Ripa[modifier | modifier le code]

Son nom a pour origine la zone du Tevere appelé Ripa Grande, où il y avait le port fluviale. Il est considéré comme le quartier le plus antique, par la présence d'un règlement pré-romain. Aujourd'hui il comprend aussi il Monte Aventino, situé sur ses épaules. On y retrouve la Piazza della Bocca della Verità, la Porta San Sebastiano, l'Area di Sant'Omobono et il Foro Olitotio. L'emblème de ce quartier est une roue de gouvernail blanche sur fond rouge, rappelant le port antique.

XIII. Trastevere[modifier | modifier le code]

Il se trouve sur la rive occidentale (rive droite) du Tevere, au sud de la Città del Vaticano. Son nom dérive du latin trans Tiberim (au delà du Tibre) qui était aussi le nom d'une région augustéenne. On y trouve la Fontana dell'Acqua Paola, la Fontana di Piazza Mastai, la Fontana di Ponte Sisto et la Casa della Farnesina, la Piazza di Santa Maria in Trastevere, la Basilica di Santa Cecilia in Trastevere et la Basilica di San Crisogno et il Tempietto di San Pietro in Montorio. C'est le quartier symbolique du "Popolo Romano". Son symbole est une tête de lion en or sur fond rouge.

XIV. Borgo[modifier | modifier le code]

Son nom dérive du mot allemand Burg (village fortifié), donné à la zone des pèlerins saxons qui sont allés à Rome dans le Haut Moyen-Age. On y trouve il Castel Sant'Angelo et la Via della Conciliazione.

XV. Esquilino[modifier | modifier le code]

On pense que son nom dérive des aexculi, massifs d'arbutes de chênes verts desquels le sommet de la colline était recouvert. On y trouve la Piazza Vittorio Emanuele II, la Porta Maggiore, il Ninfeo di Alessandro, il Sepolcro di Eurisace et il Temio di Minerva Medica. Entre les architectures religieuses, nous y trouvons la Basilica di Sante Croce in Gerusalemme. Son emblème est formé d'un arbre et d'une montagne dans un champ argenté.

XVI. Ludovisi[modifier | modifier le code]

Son nom dérive de la Villa Ludovisi, un des plus beau parc de la ville détruite à la fin du XIXe siècle pour faire de la place au quartier. On y trouve la Porta Pinciana, la Fontana della Api et la Via Vittorio Veneto. L'emblème du quartier possède trois bandes en or et un dragon, également en or, sur un fond rouge.

XVII. Sallustiano[modifier | modifier le code]

Son nom dérive des plus beaux jardins de la Rome antique, les Horti Sallustiani. On y retrouve la Via XX Settembre et la Porta Salaria.

XVIII. Castro Pretorio[modifier | modifier le code]

Son nom se réfère aux Castra Praetoria, les antiques casernes remontant au temps de l'empereur Tiberio, dans lequel la garde prétorienne avait un logement. On y trouve il Teatro dell'Opera, il Museo nazionale romano, la Porta Pia, la Fontana delle Naiadi, la fontana dell'Acqua Felice, le Terme di Diocleziano, la Piazza della Repubblica, la Basilica di Santa Maria degli Angeli e dei Martiri et la Basilica del Sacro Cuore di Gesù. L'emblème est le labar de la garde prétorienne en or sur fond rouge.

XIX. Celio[modifier | modifier le code]

Son nom dérive de la montagne Celio. On y trouve il Colosseo, l'Arco di Constantino, il Ldus Magnus; entre les édifices de culte religieux, on y trouve la Basilica dei Santi Giovanni e Paolo et la Basilica dei Santi Qauttro Coronati. L'emblème représente le buste d'un homme africain vêtu de reliques d'éléphants et de pointes d'or sur un fond argenté, en mémoire du buste africain retrouvé dans la Via Capo d'Africa.

XX. Testaccio[modifier | modifier le code]

Il prend son nom des soi-disant "Monte dei Cocci" (Mons Testaceus), haut de 35 mètres et formé de tessons (testae, in latino) et divers détritus accumulés au cours des siècles comme vestige du transport qui a conduit au port de Ripa Grande. Né comme quartier ouvrier à la fin du XIXe siècle, aujourd'hui il rivalise en terme de "romanité" avec le Trastevere. On y trouve la Piramide Cestia, la Fontana delle Anfore, il Cimitero acattolico et la Porticus Aemilia.

XXI. San Saba[modifier | modifier le code]

Appelé populairement le "petit Aventin", San Saba est un quartier d'institution récente (bien qu'étant d'une urbanisation antique), au bord du grand poumon vert et archéologique du complexe qui comprend la Piazza Albania, le Terme di Caracalla, il Circo Massimo, le Capanne del Palatino et la Casa di Augusto. Dans ce territoire sont présents la Basilica di San Saba, duquel le quartier prend son nom, et la Basilica di Santa Balbina all'Aventino.

XXII. Prati[modifier | modifier le code]

Il prend son nom des disparus Prata Neronis, appelés dans le Moyen-Age aussi Prata Sancti Petri, supprimé après 1870 de l'édifice du quartier. Son symbole est la forme du mausoleo di Adriano en turquoise sur fond argenté; il faut cependant se rappeler que le mausolée d'Adrien (Castel Sant'Angelo) n'appartient pas à ce quartier mais au quartier de Borgo. On y trouve la Piazza dei Quiriti, la Piazza Cavour, il Museo storico dell'Arma dei carabinieri, la Piazza della Libertà et la fameuse Via Germanico, considérée comme une des plus belles rues de Rome.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'article 13 des accords du Latran signés en 1929 stipule que certains biens situés sur le sol italien, restent exclusivement propriété de l'État de la Cité du Vatican.
  2. (it) « La popolazione di Roma », (consulté le 16 octobre 2018)

Sources[modifier | modifier le code]