Centre historique de Rome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Centre historique de Rome, les biens du Saint-Siège situés dans cette ville bénéficiant des droits d'extra-territorialité et Saint-Paul-hors-les-Murs *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Rom Petersdom und Tiberbruecke.jpg
Coordonnées 41° 53′ 53″ nord, 12° 28′ 19″ est
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau du Vatican Vatican
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iii) (iv) (vi)
Superficie 1 485 ha
Numéro
d’identification
91
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1980 (4e session)
Année d’extension 1990 (14e session)

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Centre historique de Rome, les biens du Saint-Siège situés dans cette ville bénéficiant des droits d'extra-territorialité et Saint-Paul-hors-les-Murs

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Centre historique de Rome, les biens du Saint-Siège situés dans cette ville bénéficiant des droits d'extra-territorialité et Saint-Paul-hors-les-Murs
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le centre historique de Rome est un espace urbain qui représente un ensemble de monuments de valeur exceptionnelle universellement reconnu. Administrativement, ce territoire inscrit correspond aux 22 rioni de la capitale, soit les 20 rioni du municipio I (centre historique) auquel on ajoute ceux de Borgo et Prati. Depuis 1977, le nom italien de Centro Storico désigne également la zone urbanistique comprenant 8 rioni de cet espace.

Fondée selon la légende en -753 sur les bords du Tibre, Rome a été constamment associée à l'histoire de l'humanité. D'abord centre de la République romaine, elle domine le monde pendant cinq siècles comme capitale de l'Empire, pour devenir ensuite celle du monde chrétien jusqu'à nos jours.

Le centre historique de Rome est une première fois classé en 1980 dans un espace limité à l'enceinte fortifiée dite du mur d'Aurélien construit de 272 à 282.

En concertation avec le Saint-Siège et l'Italie, le comité de l'Unesco dans un esprit de cohérence élargit, en 1990, l'inscription à l'enceinte de 1643 d'Urbain VIII pour y inclure trois monuments (extra-territoriaux)[1] essentiels de la capitale chrétienne que sont les basiliques de Sainte-Marie-Majeure, de Saint-Jean-de-Latran et de Saint-Paul-hors-les-Mur mais aussi des édifices remarquables comme le palais de San Callisto à Trastevere, le palais de la Chancellerie, le palais de Propaganda Fide situé Piazza di Spagna, le palais Maffei (Palazzo della Pigna), palais des Convertendi, palais du Santo Uffizio, palais Pio et le palais dit des Propilei.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'article 13 des accords du Latran signés en 1929 stipule que certains biens situés sur le sol italien, restent exclusivement propriété de l'État de la Cité du Vatican.

Sources[modifier | modifier le code]