Ghetto de Rome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ghetto de Rome
Ghetto di Roma
ViaRuaInGhettoByRoeslerFranz.jpg

Via Rua in Ghetto, (rione Sant'Angelo), par Ettore Roesler Franz (vers 1880)

Présentation
Architecte
Giovanni Sallustio Peruzzi
Construction
1555
Démolition
1888
Géographie
Pays
Région
Latium
Commune
Rome
Localisation
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Latium

(Voir situation sur carte : Latium)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Point carte.svg

Le ghetto de Rome, en italien : Ghetto di Roma, est un ghetto imposé aux Juifs : le , le pape Paul IV publie sa bulle, Cum nimis absurdum, dans laquelle il impose des restrictions religieuses et économiques aux Juifs et créé le ghetto, qui continue d'exister jusqu'en 1870. Il est créé dans le rione Sant'Angelo à Rome en Italie et se situe à proximité du Tibre et du théâtre de Marcellus. À l'exception de brèves périodes sous Napoléon Ier, de 1808 à 1815 et durant les Républiques romaines de 1798 à 1799 et de 1849, le ghetto de Rome est contrôlé par la papauté. Il est fermé à l'occasion de la prise de Rome en 1870.

Création[modifier | modifier le code]

En 1516, le premier ghetto est créé : il s'agit du ghetto de Venise, dont le nom provient d'un quartier de Cannaregio, divisé en deux : Ghetto Nuovo et Ghetto Vecchio (en français : Ghetto nouveau et Ghetto ancien). Les Juifs sont contraints d'y vivre durant la République de Venise.

Le , le pape Paul IV, dans sa bulle Cum nimis absurdum, révoque tous les droits concédés aux Juifs et ordonne la création du ghetto, exigeant que les Juifs de Rome y soient regroupés : ils forment pourtant une communauté depuis bien avant l' ère chrétienne et compte environ 2 000 personnes. Le quartier ainsi créé s'appelle serraglio degli ebrei : le rione de Sant'Angelo est choisi, car depuis l'antiquité, la communauté juive, vit dans la région de l'Aventin et, surtout, dans le Trastevere dont ils constituent la majorité de la population.

Le ghetto est un quartier clos, avec des portes verrouillées la nuit. Le mur est construit sous la direction de l'architecte Giovanni Sallustio Peruzzi. Le coût de la construction du mur est de 300 écus pontificaux (it), devant être payés par la communauté juive. Le quartier de Rome, choisi pour le ghetto, est l' un des quartiers les plus indésirables de la ville, sujet à de fréquentes inondations causées par le Tibre, mais où les Juifs représentent déjà 80 % de la population[1]. Lors de sa fondation, le quartier forme un trapèze dont les bases (parallèles au fleuve) mesurent respectivement 270 mètres (près du Tibre) et 180 mètres et dont les côtés sont d' environ 150 mètres de long[2]. L'enceinte démarre à partir du pont Fabricius pour atteindre le portique d'Octavie. De là, elle longe l'actuelle via del Portico d'Ottavia, sans englober l'ancien marché au poisson (en italien : La Pescheria). À la piazza Giudea, qu'elle coupe en deux, elle bifurque à nouveau le long de Vicolo Cenci, l'actuelle via del Progresso, jusqu'à atteindre à nouveau le Tibre[1]. Le , le pape Sixte V, par le motu proprio Christiana pietas, le pape Sixte V revoque certaines restrictions imposées au Juifs[Note 1] et permet une petite expansion du quartier qui atteint trois hectares. Sous le pontificat de Sixte V, fin 1580, environ 3 500 habitants vivent dans le ghetto, dans des conditions inhumaines[2].

Carte du rione Sant'Angelo en 1777 : le ghetto est coloré en jaune.

La bulle pontificale révoque également tous les droits de la communauté juive et leur impose une variété de nouvelles restrictions telles que l' interdiction de propriété, celle de pratiquer la médecine sur les Chrétiens[Note 2] et les sermons catholiques obligatoires lors du Chabbat. Le ghetto est bien accueilli, par certains Juifs, qui pensent que ces murs protègeraient la petite communauté juive, d'éventuelles attaques, par des foules chrétiennes, mais aussi qu'il leur permet d'exercer leurs coutumes religieuses sans interférence. Les Juifs ne sont pas autorisés à posséder de biens, même dans le ghetto. Les propriétaires Chrétiens des maisons du ghetto peuvent garder leurs biens, mais en raison du jus cazachà, le droit de possession, ils ne peuvent ni expulser les Juifs, ni augmenter leurs loyers[Note 3].

Des portes sont ajoutées au fil des agrandissement successifs du ghetto[2]. Au début, l'enceinte n'avait que deux portes. Elles passent à trois, au cours du XVIe siècle, à cinq sous le règne de Sixte V et enfin à huit[Note 4] au cours du XIXe siècle. Les portes sont ouvertes à l' aube et fermées tous les soirs, une heure après le coucher du soleil, de novembre à Pâques et deux heures, le reste du temps[2]. La zone ne contient guère de bâtiments remarquables. Toutes les églises qui se trouvent dans le ghetto ont été désacralisées et démolies peu après sa construction.

Comme les autres ghettos italiens, celui de Rome ne s'appelait pas ainsi, initialement : il est cité diversement dans les documents italien : serraglio degli Ebrei ou claustro degli Ebrei, c'est à dire enceinte des Juifs. Diverses formes du mot ghetto entrent en usage, à la fin du XVIe siècle. L'usage moderne juif romain est ghétte[3].

La vie dans le ghetto[modifier | modifier le code]

Vicolo Capocciuto d'Ettore Roesler Franz.

La vie dans le ghetto romain est d'une pauvreté écrasante, en raison des restrictions sévères imposées aux Juifs. Ils ne peuvent exercer que des emplois non qualifiés, comme chiffonniers, brocanteurs[4],[Note 5] ou poissonniers. Ils sont autorisés à être prêteurs sur gage[Note 6], ce qui est interdit aux Chrétiens : cette activité excite la haine de beaucoup de Chrétiens contre eux.

Dans les jeux de loterie, ils sont autorisés à parier uniquement sur les premiers nombres, de 1 à 30, tous appartenant à la même dizaine[Note 7]. En cas de tirage de cinq de ces numéros, les Romains disent que ce jour là, dans le ghetto, se déroule une grande fête[5].

Quand les Juifs sortent du ghetto, les hommes doivent porter une casquette jaune[Note 8], le sciamanno, et les femmes un voile jaune, de la même couleur que celui porté par les prostituées[4]. Pendant les fêtes, ils doivent amuser les Chrétiens, en concurrence entre eux dans des jeux humiliants. Ils doivent courir nus, avec une corde autour du cou, ou les jambes enfermées dans des sacs. Parfois, ils sont également montés par des soldats[Note 9].

Les Juifs doivent demander, chaque année, la permission d'y vivre. Ils paient une taxe annuelle pour ce privilège. Les Juifs de Rome sont tenus annuellement de jurer fidélité au pape, à l' arc de Titus, qui célèbre le siège de Jérusalem (en 70), lors de la première Guerre judéo-romaine. Chaque année, au Campidoglio, le rabbin doit rendre hommage au chef des conseillers municipaux (Caporione). En échange, il reçoit de la part de ce dernier, un coup de pied aux fesses. Cette cérémonie signifie que la communauté juive est autorisée à rester un an de plus à Rome[Note 10].

Chaque samedi, la communauté juive est forcée d'écouter les sermons obligatoires[Note 11], en face de la petite église de San Gregorio a Ponte Quattro Capi (it), juste à l' extérieur du mur[Note 12].

Au moment de sa construction, dans le ghetto - comme presque partout à Rome - il n'y avait pas d'eau fraîche. Quelques années plus tard les papes font construire plusieurs fontaines dans le rione.

La communauté juive dans le ghetto ne cesse de grandir : il y a une forte surpopulation. Étant donné que la zone ne peut s'étendre horizontalement, les Juifs construisent des ajouts verticaux sur leurs maisons, qui empêchent le soleil d'atteindre les rues, déjà humides et étroites. Le grand nombre de personnes qui vit dans un si petit espace, ainsi que la pauvreté de la population, causent des conditions d'hygiène épouvantables.

Le quartier, s'étendant très bas et près du Tibre, est souvent inondé. Au cours de l'épidémie de peste de 1656, 800 des 4 000 habitants en meurent[2]. Sant'Angelo, qui est le rione avec la plus petite superficie, est également, en raison de la présence du ghetto, celui qui a la plus forte densité de population.

Abolition du ghetto[modifier | modifier le code]

La piazza Giudia, montrant la porte du ghetto (à droite), le poste de police et la potence - Gravure de : Giuseppe Vasi, Delle Magnificenze di Roma antica e moderna : Tome II, Le Piazze principali di Roma, con obelischi, ed altri colonne ornamenti. Roma: Stamperia degli eredi Barbiellini (1752).

Le , les troupes françaises, commandées par le général Louis-Alexandre Berthier, entrent dans la ville. Le , la première République romaine est proclamée, le 17 du même mois dans le ghetto, sur la Piazza delle Cinque Scole (en français : place des Cinq Synagogues), un arbre de la liberté est planté. Le , le pape Pie VI est contraint de quitter Rome et le lendemain, à Monte Cavallo[Note 13], le commandant français proclame l'égalité des droits des Juifs et leur pleine citoyenneté.

Toutefois, lorsque les États pontificaux sont restaurés en 1799, le ghetto est rétabli et les Juifs qui l'avaient quitté sont contraints de retourner dans le ghetto.

En 1825, sous le pontificat de Léon XII, le ghetto, dont la population a considérablement augmenté[Note 14], est encore agrandi.

Le , un groupe de jeunes du Trastevere brise les portes du ghetto après y avoir été enfermé pour la nuit[6].

En 1848, au début de son pontificat, Pie IX ordonne de démolir le mur qui entoure le ghetto et permet aux Juifs de vivre à l'extérieur du ghetto. Cependant, après son retour d'exil en 1850, et après l'écrasement de la République romaine qui avait décidé de fortes mesures contre l’Église[7], le pape émet une série de mesures anti-libérales et notamment la réintégration du ghetto[8]. La taxe juive est abolie en 1850.

Le , c'est à un Juif que revient l'honneur de commander la batterie de canons qui ouvrent une brèche dans les murs de Rome, à Porta Pia, et l'annexion de la ville au royaume d'Italie, qui met fin au pouvoir temporel des papes. Le ghetto est finalement aboli et les Juifs traités comme tout autres citoyens italiens.

En 1888, avec la mise en œuvre du nouveau plan directeur de la capitale, la plupart des anciennes rues et anciens bâtiments du ghetto, malsains et manquant d'installations sanitaires, sont démolis. Trois nouvelles rues sont créées : Via del Portico d'Ottavia (à la place de la vieille via della Pescheria), la via Catalana et la via del Tempio.

En 1889, un concours est organisé pour la construction de la nouvelle synagogue et deux projets sont sélectionnés. En 1897 la communauté juive achète à la ville de Rome, la zone située entre Lungotevere Cenci et la Via del Portico d'Ottavia, libérée lors des précédentes démolitions, afin d'y construire le temple. Il s'agit de l'emplacement de l'ancienne synagogue du ghetto. En 1899, le projet des architectes Vincenzo Costa et Osvaldo Armanni est choisi. Les travaux commencent en 1901, s'achèvent en 1904 et le de la même année , la grande synagogue de Rome est inaugurée. Au sous-sol du bâtiment le musée juif de Rome est aménagé.

Le ghetto de Rome est le dernier des ghettos d'Europe occidentale jusqu'à ce qu'ils soient rétablis par l' Allemagne nazie dans les années 1930.

L'occupation nazie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rafle du Ghetto de Rome.

Le samedi , les nazis mènent un raid qui, tout en affectant de nombreux autres quartiers de Rome, a son épicentre dans l'ancien ghetto, où plus d' un millier de Juifs sont capturés[Note 15].

Après avoir encerclés le quartier, dès les premières lueurs du jour, les SS arrêtent de nombreuses personnes, en particulier via del Portico d'Ottavia. La rafle conduit à l'arrestation de 1 259 personnes[Note 16]. Finalement, 1 023 Juifs sont transférés à la gare de Tiburtina, chargés dans un convoi de 18 wagons à bestiaux. Le convoi part le , vers le camp d'extermination d'Auschwitz et y parvient le .

Seuls dix-sept déportés survivront, dont une femme[Note 17] mais aucun enfant[9].

Héritage[modifier | modifier le code]

Après trois cents ans d'isolement, du reste de la ville, les Juifs du ghetto de Rome ont développé leur propre dialecte, connu sous le nom de Giudeo-romanesco (en), qui diffère du dialecte du reste de la ville dans sa préservation des formes dialectiques du XVIe siècle et son utilisation libérale de mots hébraïques romanisés.

Aujourd'hui, le quartier de l'ancien ghetto est le siège de la synagogue de Rome. Il subsiste un morceau du mur du ghetto, préservé dans le mur de l'une des cours de la Piazza delle Cinque Scole.

Le ghetto en filmographie[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giacomo Debenedetti, 16 octobre 1943, Allia,‎ (ISBN 978-88-06-17309-8)
  • Marie-Anne Matard-Bonucci, L'Italie fasciste et la persécution des Juifs, Perrin,‎
  • Pierre Milza et Serge Berstein, L'Italie fasciste, Armand Colin,‎
  • (it) Abraham Berliner, Storia degli ebrei di Roma : dall'antichità allo smantellamento del ghetto, Milan, Bompiani,‎ (ISBN 8-8452-9027-1)
  • (it) Renzo De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Milan, Mondadori,‎
  • (it) Mondadori, David Bidussa et Gadi Luzzatto Voghera, Oltre il Ghetto : Momenti e figure della cultura ebraica in Italia tra l’Unità e il fascismo : Il rinnovamento culturale dell’ebraismo italiano tra le due guerre, Brescia, Morcelliana,‎
  • (it) Liliana Picciotto Fargion, Il Libro della memoria : Gli Ebrei deportati dall'Italia (1943-1945), Milan, Mursia,‎
  • (it) Il ghetto di Roma nel Cinquecento : Storia di un'acculturazione, Rome, Matthew W. Mahan, coll. « Viella »,‎ (ISBN 978-88-8334-942-3)
  • (it) Benocci Carla, Il Rione S. Angelo, Rome, Edizioni Rari Nantes,‎
  • (it) Berliner Abraham, Storia degli ebrei di Roma : Dall'antichità allo smantellamento del ghetto, Milan, Bompiani,‎ (ISBN 88-452-9027-1)
  • (it) Cecini Giovanni, I soldati ebrei di Mussolini, Milan, Mursia,‎ (ISBN 978-88-425-3603-1)
  • (it) Coen Fausto, 16 ottobre 1943 : la grande razzia degli ebrei di Roma, Florence, Giuntina,‎ (ISBN 88-85943-85-3)
  • (it) De Felice Renzo, Gli ebrei nella Repubblica romana del 1798-99, Renzo, Renzo,‎
  • (it) Di Nepi Serena, Sopravvivere al ghetto : Per una storia sociale della comunità ebraica nella Roma del Cinquecento, Rome, Viella,‎ (ISBN 978-88-672-8161-9, lire en ligne)
  • (en) Fiorentino Luca (trad. de l'italien), Il Ghetto racconta Roma, Rome, Gangemi Editore,‎ (ISBN 88-492-0824-3, lire en ligne)
  • (it) Foa Anna, Portico d'Ottavia 13 : Una casa del ghetto nel lungo inverno del '43', Rome-Bari, Laterza,‎ (ISBN 978-88-581-0939-7)
  • (it) Fornari Salvatore, La Roma del ghetto : Fotografie e stampe, Rome, F.lli Palombi,‎ (ISBN 88-7621-294-9)
  • (it) Ferdinand Gregorovius, Passeggiate per l'Italia, Rome, Ulisse Carboni,‎ , p. Il Ghetto e gli ebrei di Roma
  • (it) Groppi Angela, Gli abitanti del ghetto di Roma : La «Descriptio Hebreorum» del 1733, Rome, Viella,‎ (ISBN 978-88-6728-349-1)
  • (it) Malizia Giuliano, La cucina romana ed ebraico-romanesca, Rome, Newton & Compton,‎ (ISBN 88-8289-585-8)
  • (it) Attilio Milano, Il ghetto di Roma : Illustrazioni storiche, Rome, Staderini,‎
  • (it) Monelli Paolo, Roma 1943, Rome, Migliaresi editori,‎
  • (it) Elsa Morante, La Storia, Turin, Einaudi,‎ (ISBN 88-06-39727-3)
  • (it) Natali Ettore, Il ghetto di Roma, Bologne, Arnaldo Forni Editore,‎
  • (it) Pietrangeli Carlo, Guide rionali di Roma : Rione XI - Sant'Angelo, Rome, F.lli Palombi Editori,‎
  • (it) Ravaglioli Armando, Il ghetto di Roma nel Cinquecento : La storia del quartiere ebraico e la vicenda della più antica comunità romana, Rome, Newton & Compton,‎ (ISBN 88-8183-374-3)
  • (it) Stow Kenneth, Il ghetto di Roma : Storia di un'acculturazione, Rome, Viella,‎ (ISBN 978-88-8334-942-3, lire en ligne)
  • (it) Tagliacozzo Mario, Metà della vita : Ricordi della campagna razziale 1938-1944, Milan, Baldini & Castoldi,‎ (ISBN 88-8089-443-9)
  • (it) Waagenaar Sam, Il ghetto sul Tevere : Storia degli ebrei di Roma, Milan, Mondadori,‎
  • (en) Owen Chadwick, A History of the Popes 1830-1914, Oxford University Press,‎ (ISBN 0-19-826922-6), p. 128–129
  • (en) Rome: A Let's Go City Guide, Cambridge, Matthew W. Mahan,‎ (ISBN 1-4050-3329-0), p. 104

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le , le pape Pie V publie sa bulle Hebraeorum gens (en français : Le peuple juif) qui restreint encore plus les droits des Juifs. La plupart des injonctions de Hebraeorum gens sont révoquées par Sixte V dans sa bulle Christiana pietas. Le , le pape Clément VIII, par sa bulle Caeca et obdurata, ordonne aux Juifs de quitter les États pontificaux sous trois mois.
  2. article 10 de la bulle Cum nimis absurdum
  3. Edmond About, Rome contemporaine, Paris, Hetzel,‎ , p. 96 : vers 1860, le loyer pour un grand appartement, dans le ghetto, est de 30 écus par mois ; le loyer reste le même depuis le pontificat d' Urbain VIII. Le même appartement, sur le marché libre, coûte 450 écus
  4. Cinq des portes s'appellent Rua, Regola, Pescheria, Quattro Capi e Ponte, Fonte (it) Costantino Maes, Curiosità romane, t. II, Rome, Stabilimento tipografico dell'editore E. Perino,‎ , p. 119
  5. Article 9 de la bulle Cum nimis absurdum
  6. article 12 de la bulle Cum nimis absurdum
  7. (it) Zanazzo, Giggi, Usi, costumi e pregiudizi del popolo di Roma, Turin - Rome, p.143 : Cette loi est établie parce que les Juifs ont la réputation d'être des sorciers : les Romains croient qu'ils peuvent gagner par la sorcellerie. En temps normal, la loterie italienne permet de jouer et parier sur un maximum de cinq chiffres allant de 1 à 90
  8. article 3 de la bulle Cum nimis absurdum
  9. Ces habitudes datent d'avant la création du ghetto : le pape Alexandre VI, par exemple, était friand de ces tournois. Il décide de ne pas faire revêtir la nouvelle route, nommée Borgo Nuevo, qu'il créé en 1500 dans le Borgo, pour offrir une meilleure chaussée pour les coureurs
  10. Edmond About, Rome contemporaine, Paris, Hetzel,‎ , p. 96 : Cette tradition est arrêtée par Pie IX, en 1847
  11. Il se dit que de nombreux Juifs se bouchaient les oreilles à l'aide de cire afin de ne pas entendre ces sermons
  12. Sur la façade de l'église, il existe encore une inscription du prophète Isaïe, en hébreu et latin , se plaignant de l'obstination du peuple juif : « Io stendo tutto il giorno la mia mano ad un popolo disobidiente, il quale batte una via la quale non è la retta. »
  13. ancien nom de la Piazza del Quirinale (it) à Rome
  14. La population du ghetto, au début du XIXe siècle , peut être estimée à environ 10 000 personnes. Source: A. Ravaglioli, cité dans la bibliographie
  15. Le nombre de Juifs capturés varie considérablement, en fonction des sources qui, ne distinguent pas toujours les personnes capturées dans le ghetto et ceux provenant des autres quartiers de la ville. Dans le livre de (it) Lidia Beccaria Dolfi et Bruno Maida, Il futuro spezzato. I nazisti contro i bambini, Florence, Giuntina,‎ (ISBN 88-8057-057-9, lire en ligne), p. 155, il est indiqué « Dans le "grand raid" du ghetto de Rome, mené par les SS le 16 octobre, 1943, au matin, 1023 Juifs - ou selon d'autres 1041 - sont déportés à Auschwitz. Il n'en reviendra que dix-sept ». La source du deuxième chiffre remonte au livre de (it) R. Katz, Sabato nero, Milan, Rizzoli,‎ , pp. 301-308 qui en plus du chiffre donne une liste de noms.
  16. dont 363 hommes, 689 femmes et 207 enfants
  17. Settimia Spizzichino

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) Pietrangeli Carlo, Sant'Angelo : Guide rionali di Roma, Rome, Fratelli Palombi,‎ , p.42.
  2. a, b, c, d et e (it) Pietrangeli Carlo, Sant'Angelo : Guide rionali di Roma, Rome, Fratelli Palombi,‎ , p.44.
  3. (en) Debenedetti-Stow Sandra, The Etymology of Ghetto : New Evidence from Rome, vol. 79–85, t. 6 - 1/2, Rome, The Frank Talmage Memorial, coll. « Jewish History »,‎ (lire en ligne), p.42.
  4. a et b (it) Baronio Cesare, Descrizione di Roma moderna, Rome, M. A. & P. A. De Rossi,‎ , p.222.
  5. (it) Zanazzo, Giggi, Usi, costumi e pregiudizi del popolo di Roma, Turin - Rome, p.144
  6. (en) Olivia Rossetti Agresti, Giovanni Costa, his life, work, and times, Londres, 1ère édition : Gay & Bird - 2nde édition : Grant Richards,‎ (lire en ligne), p. 33
  7. Pougeois, Histoire de Pie IX, son pontificat et son siècle (Vol I à VI), vol. II,‎ , p. 429
  8. Pougeois, Histoire de Pie IX, son pontificat et son siècle (Vol I à VI), vol. III,‎ , p. 258
  9. (it) Italo Tibaldi, Compagni di viaggio : Dall'Italia ai lager nazisti i trasporti dei deportati 1943-1945, Milan, Consiglio regionale del Piemonte, ANED, Franco Angeli,‎ , PDF (lire en ligne), pp. 36-37

Sources de la traduction[modifier | modifier le code]