Centrale nucléaire de Darlington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centrale nucléaire de Darlington
Image dans Infobox.
Administration
Pays
Province
Municipalité
Coordonnées
Opérateur
Mise en service
Réacteurs
Fournisseurs
Type
Réacteurs actifs
4
Puissance nominale
3524 MW

Source froide
Site web
Localisation sur la carte de l’Ontario
voir sur la carte de l’Ontario
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Red pog.svg

La centrale nucléaire de Darlington est une centrale nucléaire canadienne en Ontario, sur la côte nord du Lac Ontario, à Clarington, à 60 km à l'est de Toronto.

Description[modifier | modifier le code]

La centrale a été construite par étape entre 1981 et 1993 par Ontario Hydro Corporation. Elle dispose de 4 réacteurs nucléaires CANDU et dispose donc d'une puissance totale de 3 524 MW quand toutes les unités sont en fonctionnement.

  • Darlington 1
  • Darlington 2
  • Darlington 3
  • Darlington 4

En 2011, l'exploitant de la centrale est Ontario Power Generation (OPG).

Coût de la construction[modifier | modifier le code]

La centrale de Darlington est associée à un dépassement budgétaire énorme pendant le chantier de la construction de la première tranche. Le coût initial était estimé à 2,5 milliards de dollars canadien, tandis que le coût final atteignit 14,4 milliards de dollars canadien[1].

Remise à neuf des réacteurs[modifier | modifier le code]

Le réacteur 2 a été remis à neuf entre octobre 2016 et juin 2020. Cela lui permettra de fonctionner 30 années supplémentaires. La rénovation du réacteur 3 devrait commencer en 2020, celle du réacteur 1 en 2022, et celle du réacteur 4 en 2023. L'intégralité de la centrale devrait être rénovée pour 2026[2].

Projet de SMR[modifier | modifier le code]

Le 2 décembre 2021, Ontario Power Generation annonce son intention de construire sur le site de Darlington un petit réacteur modulaire BWRX-300 de GE Hitachi Nuclear Canada ; ce réacteur de 300 MW serait le premier nouveau réacteur du pays depuis près de trente ans[3]. La mise en service est prévue en 2028 ; GE Hitachi, basée en Caroline du Nord, a été préférée au canadien Terrestrial Energy et à X-energy[4].

Analyse de risques[modifier | modifier le code]

Selon le Sierra Club du Canada, un organisme écologiste de l'Ontario, si un accident nucléaire survenait à la centrale de Darlington, les citoyens de Montréal et de Syracuse, dans l'État de New York, seraient plus exposés que ceux de Toronto. En effet, les vents dominants d'ouest poussent la pollution atmosphérique de la région de Toronto vers le Québec et le nord des États-Unis.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]