Mine de Cigar Lake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mine de Cigar Lake
Uranium deposit(Cigar Lake).png
Représentation du gisement.
Ressources
Exploitant
Propriétaire
Drapeau du Canada Cameco : 50,02%
Drapeau de la France Orano Mining : 37,1%
Drapeau du Japon Idemitsu : 7,87%
Drapeau du Japon TEPCO : 5%
Ouverture
2014
Pays
Subdivision administrative
Coordonnées
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Saskatchewan
voir sur la carte de la Saskatchewan
Red pog.svg

Le gisement de Cigar Lake, localisé dans le nord de la Saskatchewan (province de l'ouest du Canada) a été découvert en 1981. Il est localisé à 40 km à l'ouest de la limite est du bassin de l'Athabasca, près du lac de Waterbury, à environ 60 km au nord-est de la mine d'uranium de McArthur River[1]. Le dépôt sensiblement orienté est-ouest s'étend sur une longueur de près de 2 000 m et une largeur variable de 20 à 100 m[2], à 500 m sous terre[3]. C'est un gisement d'uranium dans du grès, reposant sur le socle.

Ce gisement serait le deuxième plus grand gisement d'uranium à haute teneur dans le monde après la mine d'uranium de McArthur River, située elle aussi au Canada. D'autres gisements, comme celui d'Olympic Dam en Australie, contiennent plus d'uranium ; mais les teneurs n'y sont pas aussi élevées que dans les gisements de la Saskatchewan : la teneur en uranium (= rapport (masse du métal U) / (masse roche totale) ) moyenne à Cigar Lake est de 20 %, alors que la moyenne mondiale des gisements exploités est inférieure à 1 %.

Les réserves prouvées et probables de la mine sont estimées à 537 100 t d'oxyde d'uranium (U3O8) pour une exploitation à un taux moyen de 17,4 %[4].

Mine[modifier | modifier le code]

Le gisement doit être exploité en mine souterraine, par abattage hydraulique automatisé (donc sans intervention locale d'opérateurs). Les grès encaissants, poreux et saturés d'eau à haute pression, imposent au préalable de geler le terrain dans la masse, pour le stabiliser et éviter des inondations[5].

La construction des installations souterraines a débuté en 2005, pour un début de production initialement planifié pour 2007.

Cependant, en 2006, une inondation du site entraîne la suspension des travaux ; et une deuxième inondation eut lieu en 2008, pendant que la mine était en cours d'assèchement, la première voie d'eau ayant été maîtrisée. Les travaux d'aménagement ne purent reprendre qu'en 2010. Il a été dit que cette inondation a été la cause directe du pic du cours de l'uranium de 2007, où le cours au comptant s'est élevé jusqu'à 300 $/kgU[6],[7].

L'ouverture de l'exploitation a été successivement annoncée pour 2011[8], puis 2013[9], et enfin 2014[10].

La production minière n'a été effectivement entamée qu'en [11], et le début de l'exploitation commerciale (marquant la fin de l'imputation des dépenses sur l'investissement initial) a été annoncé un an plus tard, fin [12].

Organisation industrielle[modifier | modifier le code]

L'exploitant canadien Cameco détient 50,025 % des parts de la mine de Cigar Lake, contre 37,1 % pour l'entreprise française Orano Mining et 7,875 % et 5 % respectivement pour les sociétés japonaises Idemitsu et TEPCO.

Le , la société canadienne Cameco a annoncé avoir obtenu un permis de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) pour exploiter la mine de Cigar Lake jusqu'en [13].

Le minerai extrait est traité dans l'usine canadienne de McClean Lake (58° 11′ 27″ N, 103° 42′ 24″ O), exploitée par Orano Mining dans la province de la Saskatchewan, située à 70 km de la mine[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Athabasca Basin - Cigar Lake, Porter GeoConsultancy Pty Ltd
  2. Sudoite from Cigar Lake, Saskatchewanhttp, Percival & Kodama, Canadian Minerologist, Vol.27, p. 633-641(1989)
  3. Cigar Lake Uranium Mine, Saskatchewan, Canada, Mining Technology
  4. « Financial Reporting - Reserves », Cameco, (consulté le )
  5. Cigar Lake, Cameco.
  6. Tony Locantro, « Uranium Bubble & Spec Market Outlook », Goldseek.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. Andrew Mickey, « Uranium Has Bottomed: Two Uranium Bulls to Jump on Now », UraniumSeek.com, (consulté le )
  8. « Cigar Lake floods again », Nuclear Engineering International,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Brent Bosker, « Cameco revises timeline for Cigar Lake », Rawlco Communications,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. The Canadian Press, « Startup delays forces Cameco to miss 2013 production target for Cigar Lake », sur Global News: BC 1, (consulté le )
  11. a et b L'usine Areva démarre le traitement de l'uranium de Cigar Lake, Enerzine, 16/10/2014.
  12. Cigar Lake goes commercial, World nuclear news, 26 May 2015.
  13. http://www.romandie.com/news/n/_Uranium_feu_vert_a_l_exploitation_du_deuxieme_plus_riche_gisement_au_monde80140620132015.asp