Catostomus commersonii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les poissons
Cet article est une ébauche concernant les poissons.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet correspondant.

Le meunier noir, Catostomus commersonii, est une espèce de poisson d'eau douce de la famille des Catostomidae. Il est originaire des cours d'eau de l'Amérique du Nord, du nord du Labrador à la Géorgie et le sud du Nouveau-Mexique.

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un long poisson avec les côtés et le dos de couleur vert foncé, gris, cuivre, marron, ou noir et un ventre clair. Adulte, il mesure entre 30 et 50 cm de long et pèse entre 1 et 3 kg. Il mange à peu près tout ce qu'il peut, mais le plus souvent de petits invertébrés et de végétaux. Des plus grands prédateurs tels que le doré, la truite, l'achigan, le grand brochet, le poisson-chat ou le maskinongé peuvent le chasser. Un poisson très commun, le meunier noir n'est généralement pas pêché pour la nourriture, même si certains le jugent bon à manger. Il est le plus souvent utilisées comme appât, les jeunes sont vendus comme vairons. Quand il est consommé par les humains, il est généralement traité et vendu sous le nom de mulet. Le meunier noir est souvent confondu avec le meunier rouge, Catostomus catostomus. Cependant, le meunier noir possède un museau plus arrondi, presque carré ainsi que des écailles nettements plus grosses que le meunier rouge.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  • Lacepède (1803) ''Histoire naturelle des poissons vol 5 pp. 1-803

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bendell - Young LI, Harvey HH (1986) Uptake and tissue distribution of manganese in the white sucker ( Catostomus commersoni ) under conditions of low pH. Hydrobiologia , 133:117 – 125

Bernatchez et Giroux, 2012 : Les poissons d'eau douce du Québec et leur répartition dans l'Est du Canada, nouvelle édition, p. 192.