Catilinaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne les discours de Cicéron. Pour le roman d’Amélie Nothomb, voir Les Catilinaires.

Les Catilinaires (en latin In Catilinam I-IV) sont une série de quatre célèbres harangues de Cicéron prononcées en 63 av. J.-C., alors qu’il était consul, pour attaquer Catilina, qui conspirait contre la République romaine lors de la conjuration de Catilina.

La première fut prononcée le 8 novembre au temple de Jupiter Stator (et non au Sénat romain, pour raisons de sécurité) et la dernière au Sénat romain (in Senatu Habita), le 7 novembre et pour les nones de décembre (le 5 décembre). La deuxième et la troisième furent prononcées entretemps le 9 novembre et 3 décembre devant le peuple romain (ad Populum) pour l’informer des événements[1]. Ils devinrent un exemple d’éloquence et de rhétorique.

Incipit[modifier | modifier le code]

La première catilinaire commence ainsi :

Texte original Traduction

« Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra?
Quamdiu etiam furor iste tuus nos eludet?
Quem ad finem sese effrenata jactabit audacia?
 »

— Cicero.

« Jusqu’à quand, Catilina, abuseras-tu, enfin, de notre patience ?
Combien de temps encore serons-nous le jouet de ta fureur ?
Jusqu’où s’emportera ton audace effrénée ? »

— Cicéron, Première Catilinaire.

Le deuxième chapitre de ce discours commence par la célèbre apostrophe « O tempora, o mores » (« Ô temps, ô mœurs »), par laquelle Cicéron s'indigne de la corruption de son temps qui permet à Catilina d'aller et de venir librement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gustave Bloch, Jérôme Carcopino, La république romaine de 133 à 44 avant Jésus-Christ, à la mort de César, Presses Universitaires de France, , p. 1 071.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]