Cathédrale Sainte-Marie de Gérone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Sainte-Marie de Gérone
Image illustrative de l'article Cathédrale Sainte-Marie de Gérone
La cathédrale en 2006
Présentation
Nom local Catedral de Santa Maria de Girona
Culte Catholicisme
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Gérone
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Style dominant Architectures romane et gothique
Site web http://www.catedraldegirona.org/
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Catalogne Catalogne
Ville Gérone
Coordonnées 41° 59′ 15″ nord, 2° 49′ 35″ est

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Cathédrale Sainte-Marie de Gérone

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

(Voir situation sur carte : Catalogne)
Cathédrale Sainte-Marie de Gérone

La cathédrale Sainte-Marie est une cathédrale de la ville de Gérone, dans la communauté autonome de Catalogne, en Espagne. Elle est située sur le point le plus haut de la ville.

Sa construction a débuté au XIe siècle en style roman, s'est poursuivie au XIIIe siècle en style gothique en conservant le cloître et la tour. Les travaux se sont terminés au XVIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une église chrétienne primitive existait à cet endroit avant la conquête islamique de l'Ibérie et à la suite de laquelle, en 717, elle fut convertie en mosquée. En 785, sous Charlemagne, les Francs reconquirent la ville et, en 908, l'église fut à nouveau consacrée.

La cathédrale romane[modifier | modifier le code]

En 1015, l'église était dans un piteux état. L'évêque Pere Roger, fils du comte Roger Ier de Carcassonne, la restaura grâce à l'argent qu'il avait obtenu en vendant le monastère Saint Daniel de Gérone (ca) à son beau-frère, le conte Raymond Borrell de Barcelone. La construction de l'église et son cloître, dans un style roman, dura jusqu'en 1064. Le clocher fut terminé en 1117.

La cathédrale gothique[modifier | modifier le code]

Le tout fut redessiné par Pere Sacoma en 1312. En 1416, après quelques années d'hésitations, Guillem Bofill et Antoni Canet commencèrent le projet. Le nouveau plan comprenait une grande nef gothique, la plus grande nef gothique du monde — 22,98 m — et la deuxième nef la plus large du monde, tous styles confondus, après la basilique Saint-Pierre de Rome. Son élévation est de 35 mètres.

Description[modifier | modifier le code]

Trésor de la cathédrale[modifier | modifier le code]

C'est au Trésor que nous trouvons l’impressionnante collection d'art que le Chapitre de la cathédrale de Gérone a préservé et enrichi au fil du temps. Dans ces quatre salles on peut trouver des pièces de différentes époques, styles et techniques, beaucoup d'entre elles primordiales pour l'Histoire de l'art. Dans l'ensemble, la célèbre Tapisserie de la Création occupe une place prioritaire, mais vous serez sûrement surpris par les œuvres comme le coffret de Hicham II, la sculpture de Saint Charlemagne, le Beatus ou le prestige de la comtesse Ermessenda de Carcassonne, pour n’en nommer que quelques-uns[1].

Parcours par le musée du Trésor[modifier | modifier le code]

Salle 1[modifier | modifier le code]

Les salles capitulaires ont été construites entre 1705 et 1725 et étaient l'ancien lieu de rencontre du chapitre. Le trésor capitulaire y est exposé depuis 1951. Dans cette salle on trouve des pièces de différentes périodes et techniques. Des sculptures baroques et romanes, la tapisserie ou l'orfèvrerie de l'ancien Al-Andalus.

Salle 2[modifier | modifier le code]

Cette salle est caractérisée par la collection des croix de procession et la custode de la chambre qui la présidé (œuvre de Francis Artau datée du milieu du XVe siècle). Sachez que ces pièces remplissent toujours leurs fonctions liturgiques aujourd’hui et, par conséquent, des célébrations, processions et d'autres manifestations religieuses y sont toujours organisées. Elles remplissent donc leur fonction primaire mais également une seconde fonction en étant exposées : la culture. D'autres éléments sont également à mettre en valeur : notamment le retable Renaissance de Sainte-Hélène et la sculpture gothique de Saint Charlemagne.

Salle 3[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreuses pièces de cette salle, l'orfèvrerie de petit format présente dans une grande partie de l'Histoire de l'art jusqu'à nos jours est à souligner. Mis en évidence par la Bible de Charles V de France et le Beatus, les manuscrits ont un poids particulier.

Salle 4 ou Salle de la Tapisserie[modifier | modifier le code]

Une seule pièce est présentée dans cette salle, mais son importance le mérite. C'est la fameuse Tapisserie de la Création, une broderie de la fin du XIe ou début du XIIe siècle qui présente une importante iconographie relative à divers événements: scènes de la Genèse, les mois de l'année, la découverte de la Vraie Croix, etc.

Œuvres et objets remarquables[modifier | modifier le code]

  • Mère de Dieu en bois. La Mère de Dieu en bois, datant du XIIe siècle, a été recouverte de feuilles d'argent et devait se retrouver alors au chœur romain.
  • Coffret de Hicham II. Le coffret de Hicham II, du Xe siècle, est un cadeau du calife de Cordoue à l'évêque de Gérone. Il est gravé d’argent et d'or et a été signé sous le verrou par l'orfèvre juif Juda ben Boçla.
  • Custode de Corpus Christi. La deuxième salle du trésor est dominée par la custode de Corpus Christi, œuvre du géronais Francisco Artau, datée de 1438. Elle reproduit des structures architecturales avec l'argent doré, des émaux et des pierres précieuses, et accompagnée de saints. Tout autour se trouvent quatre grandes croix processionnelles : une avec des émaux (XIVe siècle), une en or (avec des perles naturelles et des émaux délicats, du début du XVIe siècle) celle des guildes (XIVe siècle) et une en argent doré (XVIe siècle).
  • Saint-Charlemagne. Saint-Charlemagne est représenté par une sculpture gothique en albâtre polychrome. Représentant, semble-t-il, une crypto-retrait du roi Pierre d'Aragon, celle-ci met en évidence les points forts techniques du sculpteur Jaume Cascalls. Les monstres grotesques que le saint trépigne attirent également l'attention.
  • Cachet d'Ermessenda.La Comtesse Ermessenda (972-1058) a été étroitement liée à la cathédrale de Gérone, en particulier parce que son frère Père Roger y était évêque. Par conséquent, elle l’a choisie comme lieu de repos éternel et a également présenté son cachet au Chapitre comme signe de confiance. Celui-ci est remarquable pour avoir le nom de la comtesse en latin et en arabe.
  • Beatus.
  • Tapisserie de la Création.
  • Bible de Charles V de France[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Generalitat de Catalunya, Agència Catalana del Patrimoni, « Cathédrale de Gérone · Visitmuseum · Catalonia museums », sur visitmuseum.gencat.cat (consulté le 30 janvier 2017)
  2. Jean-Auguste Brutails, « Bible de Charles V et autres manuscrits du chapitre de Girone », Bibliothèque de l'École des Chartes, vol. XLVII,‎ , p. 1-9 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]