Caroline Miolan-Carvalho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’opéra ou l’opérette image illustrant une chanteuse image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant l’opéra ou l’opérette et une chanteuse française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Caroline Miolan-Carvalho
Caroline Carvalho as Marguerite in Faust by Gounod 1873 - Gallica.jpg

Caroline Carvalho dans le rôle de Marguerite du Faust de Gounod (1873).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
DieppeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Autres informations
Tessiture

Marie-Caroline Miolan-Carvalho est une cantatrice française, née le à Marseille et morte à Chateau-Puys près de Dieppe le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du hautboïste Félix Miolan, elle étudie le chant avec le ténor Gilbert Duprez en 1843 avant d'être engagée à l’Opéra-Comique en 1850. Elle crée en 1853 le rôle de Jeannette dans Les Noces de Jeannette de Victor Massé. Elle épouse la même année la basse Léon Carvalho, qu’elle suit au Théâtre-Lyrique dont il prend la direction en 1856, afin d'offrir à sa femme les premiers rôles qui lui sont refusés à l'Opéra-Comique. Elle crée ainsi les principales héroïnes des opéras de Charles Gounod : Marguerite dans Faust (1859), Mireille (1864) et Juliette dans Roméo et Juliette (1867). Elle excelle également dans le répertoire mozartien (Chérubin dans Les Noces de Figaro, Zerlina dans Don Giovanni, Pamina dans La Flûte enchantée[1]).

Lorsque son mari quitte la direction du Théâtre-Lyrique en 1868 (entre temps transporté dans sa nouvelle salle, place du Châtelet), elle retourne à l'Opéra-Comique puis intègre l’Opéra de Paris où elle se produira jusqu'en 1885, parallèlement à une carrière internationale.

Soprano lyrique léger au timbre frais, elle sut charmer le public par l’agilité de ses vocalises et ses trilles dans les aigus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chantés à l'époque en français

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Blanchard et Roland de Candé, Dieux et Divas de l’Opéra, Plon 1986
  • Andrew Gann et Joël Marie Fauquet, Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Fayard, 2003 (ISBN 2-213-59316-7).

Liens externes[modifier | modifier le code]