Moria (Terre du Milieu)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Caradhras)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moria.
Moria (Terre du Milieu)
Le Silberhorn, sommet des Alpes bernoises, a inspiré à Tolkien le Celebdil, l'un des trois sommets surplombant la Moria.
Le Silberhorn, sommet des Alpes bernoises, a inspiré à Tolkien le Celebdil, l'un des trois sommets surplombant la Moria.

Dénomination Khazad-dûm (khuzdul)
Hadhodrond (sindarin)
Cavenain (westron)
Description ville souterraine et mines naines
Emplacement sous les Monts Brumeux
Existence fondée peu après l'éveil des Nains
Fondateur Durin
Souverains lignée de Durin
Sources Le Seigneur des Anneaux, Contes et légendes inachevés

La Moria est une ville souterraine du légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, apparaissant notamment dans Le Seigneur des anneaux, et plus particulièrement dans La Communauté de l'anneau. Les ruines de cette ancienne cité naine de la Terre du Milieu, située sous la chaîne des Monts Brumeux, sont traversées par les membres de la Communauté de l'Anneau qui cherchent à franchir les montagnes.

Fondée dans un lointain passé par Durin, l'un des Sept Pères de la race naine, la Moria est pendant des millénaires une cité florissante grâce à la présence d'une veine de mithril, métal précieux entre tous, dans ses profondeurs. Au Second Âge, elle entretient des relations fructueuses avec les elfes du royaume voisin d'Eregion. La cupidité des Nains les pousse à creuser toujours plus profondément sous les montagnes, et, au milieu du Troisième Âge, ils réveillent accidentellement un Balrog, puissante créature démoniaque qui les contraint à abandonner la cité. Par la suite, Sauron, le Seigneur des Ténèbres, repeuple les ruines de la Moria avec ses orques.

Noms[modifier | modifier le code]

Dans leur langue, le khuzdul, les Nains appellent cette cité Khazad-dûm, qui signifie simplement « Demeure des Nains ». Ce nom a été traduit par les différentes populations de la Terre du Milieu dans leurs langues respectives : Hadhodrond pour les Sindar (sindarin), Casarrondo pour les Noldor (quenya) et Phurunargian pour les Hommes (westron).

Le nom Moria est également sindarin, mais signifie « Gouffre noir » et semble avoir été donné à la cité après sa ruine, bien que cela entre en contradiction avec sa présence sur l'inscription de la Porte Ouest, censée avoir été gravée plusieurs millénaires avant la désertion de la ville. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer cette incohérence[1].

À un correspondant qui s'interroge sur la ressemblance entre le nom de Moria et celui du mont Moriah qui apparaît dans la Bible, Tolkien récuse tout lien entre les deux au-delà de la simple coïncidence. Il reconnaît que le nom lui a sans doute été inspiré par celui du château de Soria Moria, tiré d'un conte folklorique norvégien, mais souligne que son intérêt se limite à la séquence sonore en elle-même[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

La Moria est creusée sous les trois principaux sommets des Monts Brumeux : le Caradhras, le Celebdil et le Fanuidhol.

Le Caradhras (« Corne rouge » en sindarin) est le sommet principal de la chaîne des Monts Brumeux. Il est aussi appelé Barazinbar en khuzdul (même sens) et traduit par Rubicorne en français. L'un des chemins les plus utilisés pour passer ces montagnes est le col du Caradhras, bien qu'il soit souvent rendu impraticable par la neige et les éboulements. La porte du Rubicorne permet de passer le col de Caradhras et de descendre vers le lac du Miroir et la Lothlórien par la vallée des Rigoles sombres.

Le Celebdil (« Pointe d'argent » en sindarin) est aussi appelé Zirakzigil en khuzdul (même sens). Le nom est souvent orthographié Zirak-zigil, mais l'orthographe souhaitée par Tolkien était bien Zirakzigil[3]. À la fin du Troisième Âge, c'est à son sommet, dans les ruines de la Tour de Durin, que Gandalf le Gris combattit le Balrog.

Le Fanuidhol (« Tête nuageuse » en sindarin) est aussi appelé Bundushathûr en khuzdul (même sens).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'emblème de Durin.

La Moria est fondée par Durin Trompe-la-Mort, l'un des Sept Pères des Nains, qui s'établit dans les cavernes naturelles qui surplombent le Kheled-zâram, le « lac du miroir », sur le versant oriental des Monts Brumeux[4]. Ses successeurs étendirent la cité vers l'ouest, suivant la veine de mithril qui s'enfonce sous le Caradhras, jusqu'à atteindre l'autre versant des Monts Brumeux.

La Moria connaît son apogée durant la première moitié du Second Âge, grâce à l'afflux de réfugiés de Nogrod et Belegost, cités naines des Montagnes Bleues abandonnées lors de la destruction du Beleriand, ainsi que grâce aux échanges réalisés avec les Noldor qui peuplent alors l'Eregion. La porte ouest de la Moria témoigne de cette amitié : elle est réalisée avec l'aide des forgerons d'Eregion, et on peut y lire le nom de l'Elfe Celebrimbor.

Lorsque Sauron détruit le royaume d'Eregion, en 1697 S. Â., ce n'est que grâce à l'armée naine qu'envoya Durin III qu'Elrond parvint à s'échapper pour fonder le refuge caché de Fondcombe. Quand les forces du Mordor abandonnent la poursuite d'Elrond pour se retourner contre la Moria, ils trouvent ses portes hermétiquement closes ; de là date la profonde inimitié que Sauron voue aux Nains[5]. Ceux-ci combattent encore le Mordor aux côtés de Gil-galad et Elendil lors de la guerre de la Dernière Alliance, qui conclut le Second Âge[6]. En ces temps de gloire pour la Maison de Durin, les nains parvienne a controler la plus grande partie des monts bruleux de Gundabad jusqu'aux marches Sud non loin de l'Isengard. Joyaux, richesses et puissance étaient au Rendez-vous pour ce grand Royaume, mais tout ceci allait bientôt changer par une époque de mise à l'épreuve pour la race même des Nains.

En creusant de plus en plus profondément pour suivre la veine de mithril,, qui avait assurer la prospérité infin de Khazad-Dûm, i les Nains libèrent accidentellement, en l'an 1980 du Troisième Âge, un Balrog, puissante créature maléfique qui s'était terrée là après la chute de Morgoth, à la fin du Premier Âge. Les Nains doivent fuir la Moria après la mort de leurs rois Durin VI et Náin Ier, apres des tentatives vaines de ces derniers de lutter contre la créature, et ses galeries sont peu à peu occupées par des Orques envoyés par Sauron. Le Balrog tolère leur présence, du fait que dès le Premier Age, ils furent les alliés de Morgoth. Sauron, eut probablement vent de l'existance de ce puissant Maiar, qui reussi a lui seul a briser un véritable Empire. Grâce aux légions d'Orques présente dans la Moria, nommé desormais ainsi par les peuples libre en raison de cette peur sans nom qui failli réduire en miette tout un peuple, Sauron bénéficiait ainsi d'un solide Rempart a l'Ouest. Les Nains, voyant leurs armes incapable de venir a bout de la bête, furent, sous le commandement du fils de Nain Ier, forcé de quitter leurs antiques terres pour trouver une nouvelle patrie. La Montagne Solitaire, Les collines de Fer et plus tard les Montagnes bleues furent ces "Royaumes en exil" du peuple de Durin, qui jamais n'oublia d'ou il venait, et fantasma sur les richesses laissées là bas au mains du fléau de Durin et des bandes d'orcs.

apres que le Dragon Smaug eut pris la Montagne Solitaire, une énième tragédie frappa les fils de Durin, lorsque le Roi Thror, décida de se rendre en Moria, seul, nostalgique des récits que lui firent son père au sujet de ce passé de gloire du peuple dont il était le souverain. Aussi téméraire qu'inconsidéré, il rentra par la porte Est de la Moria....mais les orques finir par tuer ce Roi, rendu triste par la perte d'Erebor et cherchant a redonner a son peuple son rang. Sa mort ne fut pas veine, puisqu'elle déclancha la venfeance de toute une Nation.

La grande guerre des Nains et des Orques (2793 – 2799 T. Â.) aboutit à l'éradication presque totale des Orques des Monts Brumeux. Thráin II, l'héritier légitime de Durin, veut en profiter pour réoccuper la Moria, mais son cousin Dáin lui rappelle la menace du Balrog :

« Mais nous n'entrerons pas à Khazad-dûm ; et toi non plus, tu n'entreras pas à Khazad-dûm. Je suis le seul dont le regard ait percé l'Ombre de la Porte. Au-delà de cette Ombre, elle est là, qui toujours t'attend : la Malédiction de Durin. Il faudra que le monde subisse de grands changements et que s'érige un pouvoir autre que le nôtre avant que le Peuple de Durin puisse de nouveau occuper la Moria[4]. »

La guerre se soldat donc par une victoire mitigée pour les nains, n'ayant finalement pas pu reprendre Khazad Dûm, grace a la sagesse de Dain Pied d'acier. Les 7 Maisons des Nains rentrèrent finalement dans leurs Royaumes apres avoir dignement célébré les funérailles des morts de la grande bataille d'Azanulbizar. En 2941 du T. A, cependant, l'heritier de Durin, Thorin II, reussi a faire ce que l'on pensait impossible : reprendre Erebor des mains du Dragon Smaug et ainsi a recouvrir une partie du faste des Nains. Si la bataille des Cinq armées vit sa mort et celle de ses deux héritiers présomptifs Fili et Kili, Erebor échoie a Dain II Pied d'acier, et un prince Nain, Balin, membre de la compagnie de Thorin qui avait réussi sa mission, pensa, apres la reconstruction d'Erebor que les Nains, victorieux d'un Dragon, pouvaient eventuellement espérer reconquérir la Moria sur de leur force. Dain II, connaissant visiblement les pouvoir nettement plus puissant du Balrog, et étant au courant que la victoire incomplete de 2799 a sans doute profité aux orques ayant repris leurs positions dans les monts brumeux, n'etait pas favorable a lancer ses troupes a l'assaut de leur antique Royaume, d'autant que la couteuse bataille d'Azanulbizar restait encore dans les memoire comme l'une de ces victoires ayant creusé la démographie des Nains.

L'inscription de la tombe de Balin.

En 2989 T. Â., Balin y conduit néanmoins une troupe de nains pour tenter de la reprendre. Mais il ne put réunir que des volontaires autour de lui, sans doute trop peu nombreux pour assurer une reprise durable de Khazad dûm. Après avoir remporté de premiers succès contre les Orques, il prend le titre de seigneur de la Moria. Balin croyait la situation favorable. Mais les effectifs de sa compagnie ne pouvait résister longtemps face aux gobelins, trolls et autres créatures répugnantes antant jusqu'au plus basses profondeur de Khazad dûm. Balin, fini lui meme par etre tuer, lorsqu'il se rendit près des eaux du Kheled Zaram, afin d'en admirer la beauté et espéré un jour recevoir des renforts de Dain. Mais sa mort ne fit qu'entrainer une suite de defaite pour les ultimes membre de la colonie. cette tentative s'achève finalement sur un désastre, et en l'espace de cinq ans, acculés dans la chambre de Mazarbul et n'ayant pu s’échapper par la porte Ouest en raison du guetteur de l'eau tous les nains sont tués. A partir de 2994, la Moria redevint un lieu de ténèbres et de danger pour quiconque ose en franchir les portes, jusqu’à ce que...un espoir innatendu ne surgisse. En 3019, la communauté de l'anneau parvint aux portes de la Moria, afin de franchir les monts brumeux vers le Mordor. C'est là qu'ils purent mesurer le constat de l'echec de Balin. La communauté fut aussi confronté au guetteur de l'eau, qui s'en pris a Frodon, mais fut mis hors d'etat de nuir par Aragorn, Boromir et Légolas. Toutefois, les 9 compagnons furent renfermer dans la Montagne par ce meme guetteur qui referma derrière eux les portes Ouest. N'ayant d'autre choix que de trouver leur chemin dans ce Grand Royaume antique, la communauté guidé par gandalf parcouru ses chemins. Gimli, fils de Gloin et représentant des Nains dans la communauté de l'anneau pu pas à pas observer les vestiges des combats des nains dans les galeries et salles...jusqu'a ce que parvenu aux abords de la chambre de Mazarbul, il n'y decouvre la tombe de feu son cousin Balin. Gandalf retrouva le livre de l’expédition, écrit par Ori, compagnon de Balin, et aussi ancien mebre de la compagnie de Thorin. Gimli conserva ensuite ce livre et plus tard le transmis a Erebor. Aux prises avec les gobelins, la communauté de l'anneau le fut ensuite avec le fameux Balrog, que Gandalf identifia comme tel lors de son éveil par la puissance magique de ce dernier. Un duel d'esprit s'engagea entre les deux Maiar, le Balrog, ayant pour l'anecdote rencontré un adversaire a son niveau de puissance, jusqu’à ce que parvenu au Pont de Khazad Dum, ouvrage étroit et défensif proche de la porte Est de Dimril, les deux magiciens se confrontèrent dans un combat fracassant. Après avoir brisé le pont et continué le combat dans la chute dans le grand gouffre, le Balrog est vaincu au sommet du Zirak zigil, la tour de Durin au sommet du Caradhras contre Gandalf le Gris, en janvier 3019.

Il est fort possible et imaginable qu'au Quatrième Âge, que Gimli, rentré en Erebor fraichement libéré du siège des orientaux et des orques, ait pu raconté au Roi Thorin III Heaume de Pierre, le fameux duel entre Gandalf et le Balrog et finalement la victoire du magicien. Durin VII, fils de Thorin III Heaume-de-Pierre, y a donc vu là un pretexte bien plus grand pour succéder a Balin en sa qualité de nouvel héritier de Khazad Dûm desormais libéré de la cause de sa chute et possiblement gardé par quelques rares orques, eux-même sans maitres depuis la mort de Sauron et donc totalement desorganisé et en proie a d'evidentes luttes interne, quand on connait la nature clanique de ces creatures. Victorieux et galvaniser, Durin, Septieme du nom et ultime réincarnation du fondateur de la lignée Royale, restaura le Royaume de ses ancetres, et pu reprendre les exploitations des veines de Mithril, rénovant definitivement la reputation et le faste du peuple de Durin, de retour en son foyer.

Conception et évolution[modifier | modifier le code]

La Moria est mentionnée pour la première fois dans Le Hobbit de manière relativement oblique : plusieurs personnages, notamment Thorin et Elrond, évoquent les « mines de la Moria », mais celles-ci ne sont jamais définies comme une ancienne cité naine : en fait, le contexte semble plutôt laisser entendre qu'il s'agit d'excavations gobelines, uniquement importantes pour Thorin parce que son grand-père Thrór y a trouvé la mort[7].

Selon un brouillon de l'Appendice A du Seigneur des anneaux, la Moria est colonisée à nouveau au Quatrième Âge par Durin VII, septième et dernière réincarnation de Durin. Christopher Tolkien précise qu'il est impossible de dire si son père a abandonné cette idée par la suite, ou bien si elle s'est simplement égarée dans la confusion qui a entouré la production des appendices du Seigneur des anneaux[8].

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

L'Aoraki/Mont Cook, en Nouvelle-Zélande, représente le Caradhras dans l'adaptation cinématographique de Peter Jackson.

Dans le film La Communauté de l'anneau, Gandalf décide de passer par ce chemin, craignant la Moria et le Balrog, et ne pouvant passer par la trouée du Rohan, à cause de la proximité d'Isengard. Mais dans le livre de Tolkien, Gandalf craint plutôt le passage du col de Caradhras, alors que c'est Aragorn qui craint le passage par Khazad-dûm[9].

Héritages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]