Cœur pulmonaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cœur pulmonaire
Description de cette image, également commentée ci-après
Hypertrophie du ventricule droit
Spécialité CardiologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-9 415.0Voir et modifier les données sur Wikidata
MedlinePlus 000129
eMedicine 154062Voir et modifier les données sur Wikidata
MeSH et D011660 D011660 et D011660
Causes Hypertension artérielle pulmonaire
Diagnostic Electromyogramme, échographie cardiaque
Traitement Vasodilatateurs, diurétiques
Médicament AmbrisentanVoir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le cœur pulmonaire, est l'élargissement et l'insuffisance du ventricule droit du cœur en réponse à une augmentation de la post-charge, c'est-à-dire de la résistance vasculaire (ou hypertension artérielle pulmonaire)[1].

Le cœur pulmonaire est habituellement chronique mais peut être aigu et réversible. Le cœur pulmonaire aigu s’observe essentiellement au cours d’une embolie pulmonaire massive, ou bien dans le cadre du syndrome de détresse respiratoire aiguë[2]. Si elle n'est pas traitée, la mort peut en résulter. Etant donné que l'intégralité du débit cardiaque doit passer par les poumons, le cœur et les poumons sont étroitement liés; chaque fois que le cœur est touché par une maladie, les poumons risquent de l'être aussi, et vice versa[3].

Pour être classé comme une maladie cardiaque pulmonaire, la cause doit provenir du système de circulation pulmonaire.

Ainsi, le cœur pulmonaire est une hypertrophie du ventricule droit secondaire à une maladie pulmonaire. L'hypertrophie est une réponse adaptative à une augmentation de la pression à long terme. Les cellules musculaires individuelles grossissent (en épaisseur) et se modifient pour entraîner la force contractile accrue requise pour déplacer le sang contre une plus grande résistance.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Wheezing : respiration sifflante
Le son de la respiration sifflante, tel qu'entendu avec un stéthoscope.
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Les symptômes du cœur pulmonaire peuvent être non spécifiques et dépendent du stade de la maladie. Ils peuvent inclure une accumulation de sang dans le système veineux systémique, y compris la veine hépatique[4],[5]. À mesure que la maladie cardiaque pulmonaire progresse, la plupart des individus développent des symptômes tels que[6] :

Causes[modifier | modifier le code]

Caillot sanguin[7]

Les causes du cœur pulmonaire sont les suivantes :

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

La physiopathologie du cœur pulmonaire a toujours indiqué qu'une augmentation de la post-charge ventriculaire droite était généralement à l'origine d'une défaillance du ventricule droit (vasoconstriction pulmonaire, perturbation anatomique / lit vasculaire pulmonaire et augmentation de la viscosité du sang[6]), mais la plupart du temps., le ventricule droit s’adapte à une surcharge en pression chronique. Selon Voelkel et al., l'augmentation de la post-charge ventriculaire droite est la première étape pour modifier le ventricule droit, les autres facteurs incluent[12] :

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Cœur normal (à gauche) et hypertrophie du ventricule droit (à droite)

Les examens paracliniques utiles pour déterminer la cause du cœur pulmonaire sont les suivantes[6] :

Concernant le cœur pulmonaire aigu, l'angioscanner thoracique à rotation continue, le dosage des D-dimères, l'échodoppler veineux des membres inférieurs et l'échocardiographie permettent actuellement d'envisager des stratégies diagnostiques non invasives reposant sur l'association de plusieurs examens[13].

Onde P pointue (parfois présent dans le cœur pulmonaire)

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Le diagnostic de cœur pulmonaire n'est pas facile, car une maladie pulmonaire et une maladie cardiaque peuvent produire des symptômes similaires. Par conséquent, le diagnostic différentiel doit évoquer[14] :

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement de l’hypertension pulmonaire et du cœur pulmonaire chronique dans la BPCO est essentiellement basé sur l’oxygénothérapie de longue durée. Le traitement nécessite des diurétiques (pour diminuer la pression sur le cœur)[6]. L'oxygène est nécessaire pour résoudre l'essoufflement. De plus, l'oxygène dans les poumons aide également à détendre les vaisseaux sanguins et facilite l'insuffisance cardiaque droite[15]. En cas de respiration sifflante, la majorité des individus ont besoin d'un bronchodilatateur.

En terme de traitement, il est important, en présence d’une hypertension pulmonaire sévère ou de signe de cœur pulmonaire chronique, lorsqu’il n’existe pas de contre-indication, de penser à proposer une transplantation pulmonaire au patient.

Concernant le cœur pulmonaire aigu dû à une embolie pulmonaire, les héparines de bas poids moléculaire, dont l'efficacité est supérieure à celle de l'héparine non fractionnée dans le traitement de la thrombose veineuse profonde, montrent des résultats intéressants dans l'embolie pulmonaire. Le relais de l'héparine par les antivitamines K est réalisé précocement afin de limiter le risque de thrombopénie induite par l'héparine. La durée du traitement antivitamine K dépend en particulier du caractère récidivant de la pathologie thromboembolique et de l'existence d'une thrombophilie sous-jacente. Les thrombolytiques sont utilisés essentiellement dans les embolies pulmonaires massives et hémodynamiquement instables[13].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

L'épidémiologie du cœur pulmonaire représente 7% de toutes les maladies cardiaques aux États-Unis[14]. Selon Weitzenblum et coll., La mortalité liée au cœur pulmonaire chronique n'est pas facile à établir, car c'est une complication de la BPCO[16].

Les références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Cor pulmonale: MedlinePlus Medical Encyclopedia », www.nlm.nih.gov (consulté le 21 décembre 2015)
  2. « Cœur pulmonaire aigu »
  3. Atlas de poche de physiopathologie Broché – 5 juin 2015de Stefan Silbernagl (Auteur), Florian Lang (Auteur), Rüdiger Gay (Illustrations), Astried Rothenburger (Illustrations), Dominique Duval (Traduction)
  4. Ronald B. George, Chest Medicine : Essentials of Pulmonary and Critical Care Medicine, Lippincott Williams & Wilkins, , 652 p. (ISBN 978-0-7817-5273-2, lire en ligne), p. 226
  5. « Cor Pulmonale »
  6. a b c et d (en-GB) « Cor Pulmonale. Pulmonary heart disease information. Patient | Patient », Patient (consulté le 22 décembre 2015)
  7. « Blood clots: MedlinePlus Medical Encyclopedia », www.nlm.nih.gov (consulté le 22 décembre 2015)
  8. J. V. Nixon, The AHA Clinical Cardiac Consult, Lippincott Williams & Wilkins, , 361 p. (ISBN 978-1-60831-622-9, lire en ligne), p. 136
  9. Lippincott Williams & Wilkins, Professional Guide to Diseases, Lippincott Williams & Wilkins, , 1441 p. (ISBN 978-0-7817-7899-2, lire en ligne), p. 139
  10. Paul D. O'Malley, New Developments in Sickle Cell Disease Research, Nova Publishers, , 252 p. (ISBN 978-1-59454-792-8, lire en ligne), p. 214
  11. Mhairi G. MacDonald, Mary M. K. Seshia et Martha D. Mullett, Avery's Neonatology : Pathophysiology & Management of the Newborn, Lippincott Williams & Wilkins, , 1748 p. (ISBN 978-0-7817-4643-4, lire en ligne), p. 699
  12. Voelkel, Gomez-Arroyo, Abbate et Bogaard, « Mechanisms of right heart failure—A work in progress and a plea for failure prevention », Pulmonary Circulation, vol. 3, no 1,‎ , p. 137–143 (ISSN 2045-8932, PMID 23662190, PMCID 3641721, DOI 10.4103/2045-8932.109957)
  13. a et b Elsevier Masson, « Cœur pulmonaire aigu », sur EM-Consulte (consulté le 24 novembre 2019)
  14. a et b (en) Derek Leong, « Cor Pulmonale: Introduction to Cor Pulmonale, Etiology and Pathophysiology of Cor Pulmonale, Epidemiology of Cor Pulmonale », Medscape,‎ (lire en ligne)
  15. Ronald B. George, Chest Medicine : Essentials of Pulmonary and Critical Care Medicine, Lippincott Williams & Wilkins, , 652 p. (ISBN 978-0-7817-5273-2, lire en ligne), p. 227
  16. Weitzenblum, « Chronic Cor Pulmonale », Heart, vol. 89, no 2,‎ , p. 225–230 (ISSN 1355-6037, PMID 12527688, PMCID 1767533, DOI 10.1136/heart.89.2.225)

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]