Bonne (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonne (homonymie).

la Bonne
Illustration
Le lac de Valbonnais et la Bonne. Au fond, La Mure
Caractéristiques
Longueur 40,1 km [1]
Bassin 143 km2 [2]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 4,56 m3/s (Entraigues) [2]
Nombre de Strahler 5
Régime nival
Cours
Source source
· Localisation Valjouffrey
· Altitude 2 632 m
· Coordonnées 44° 52′ 14″ N, 6° 11′ 27″ E
Confluence le Drac
· Localisation Ponsonnas
· Altitude 508 m
· Coordonnées 44° 52′ 52″ N, 5° 47′ 42″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Béranger, Malsanne, Roizonne
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Isère
Arrondissement arrondissement de Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE:W23-0400, Géoportail, Banque Hydro

La Bonne est une rivière française qui coule dans le département de l'Isère. C'est un affluent droit du Drac, et donc un sous-affluent du Rhône par l'Isère.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Bonne et ses affluents entaillent le mont Pelvoux (Valjouffrey, Valsenestre) ou encadrent le Taillefer méridional (vallée de la Malsanne à l'est, de la Roizonne à l'ouest, Valbonnais au sud).

Parcours[modifier | modifier le code]

La Bonne prend sa source dans le parc national des Écrins sur la commune de Valjouffrey, à 2 632 m d'altitude au lac des Pissoux, sous le glacier des Sellettes, ainsi que sous le glacier de la Maye, et sous le glacier de Font Turbat, sur le versant sud-ouest de l'aiguille d'Olan (3 371 m)[3],[4]..

Elle coule approximativement d'est en ouest, et se jette dans le Drac au sud de La Mure, entre le barrage de Saint-Pierre-de-Méaroz et le pont de Ponsonnas, à 508 m d'altitude[4], après un parcours de 40,1 kilomètres[1].

Son cours se divise en trois parties distinctes :

  • le cours supérieur, de la source jusqu'à son confluent avec la Malsanne, est nommé le Valjouffrey ; la Bonne y est un torrent, au régime très irrégulier ;
  • le cours moyen, d'Entraigues au lieudit Pont-du-Prêtre, porte le nom de Valbonnais ; c'est une plaine verdoyante où la Bonne sinue tranquillement ;
  • le cours inférieur, de Pont-du-Prêtre au confluent avec le Drac, est profondément encaissé et n'est franchi que par l'imposant viaduc de l'ancienne voie de chemin de fer de la Mure à Corps et, au prix de rudes pentes, par la route nationale 85, au lieudit « Pont-Haut ».

Le haut bassin de la Bonne est dominé par le gneiss[5].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de l'Isère, la Bonne traverse les neuf communes traversées, de l'amont vers l'aval, de Valjouffrey (source), Entraigues, Valbonnais, en aval de Pont-du-Prêtre, sur les limites de Siévoz (rive droite), Saint-Laurent-en-Beaumont (rive gauche), Nantes-en-Ratier (r.d.), Sousville (r.d.), Saint-Pierre-de-Méaroz (r.g.), Ponsonnas (r.d.). (confluence).

Soit en termes de cantons, la Bonne prend source et conflue dans le canton de Matheysine-Trièves, le tout dans l'arrondissement de Grenoble.

Affluents[modifier | modifier le code]

le Pont des Fayettes sur la Bonne à Valbonnais
le Pont des Fayettes sur la Bonne à Valbonnais.

La Bonne a vingt-deux affluents référencés[1] dont les principaux sont le Béranger, la Malsanne, et la Roizonne. En détail, les affluents sont :

  • le ruisseau de Mauvernet,
  • le ruisseau de Châtellerat,
  • le ruisseau du Petit Vallon,
  • le ruisseau de Balme Blanche,
  • le ruisseau des Chaves,
  • le ruisseau du Grand Vallon,
  • le ruisseau d'Allot,
  • le ruisseau des Souffles,
  • le ruisseau de la Laisse,
  • le ruisseau de l'Echarenne, avec un affluent :
    • le ruisseau de Serveille,
  • le ruisseau du Lattet,
  • le torrent de Combe Méanne, avec un affluent :
    • le ruisseau de la Suchière,
  • le ruisseau de Malentraz,
  • le ruisseau de la Réméouse,
  • le ruisseau de la Pissette,
  • le ruisseau de Prés Clos, avec un affluent :
    • le ruisseau des Pleynets, avec un affluent :
      • le ruisseau de Marcoz,
  • le ruisseau des Roberts,
  • Le Béranger (rive droite), 8,6 km[6], à la Chapelle en Valjouffrey, avec sept affluents de rang de Strahler quatre.
  • le ruisseau du Pétard,
  • La Malsanne (rive droite), 22,4 km[7], à Entraigues, avec onze affluents, de rang de Strahler trois.
  • le ruisseau de la Grande Dreyre,
  • La Roizonne (rive droite), 22,4 km[8], en amont du Pont-Haut, avec quatorze affluents et de rang de Strahler quatre.

Le rang de Strahler est donc de cinq.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Les informations qui suivent ne concernent que le cours supérieur de la Bonne.

La Bonne à Entraigues[modifier | modifier le code]

Le débit de la rivière a été observé à Entraigues pendant une période de 111 ans (1905-2015), sur une surface de bassin de 143 km2, et à 770 m d'altitude. Le module est à cet endroit de 4,56 m3/s[2].

La Bonne présente des fluctuations saisonnières de débit, avec des hautes eaux de printemps-été, liées à la fonte des neiges et portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 6,67 et 10,4 m3/s, de mai à juillet inclus (avec un maximum en juin), et une double période de basses eaux, la première de fin d'été (août-septembre) et la seconde d'hiver (décembre-mars), séparées par un deuxième sommet d'automne (4,16 en octobre). La baisse du débit moyen mensuel atteint 1,89 m3/s au mois de février.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : W2314010 - La Bonne à Entraigues pour un bassin versant de 143 km2 et à 770 m d'altitude[2]
(le 08-06-2015 - données calculées sur 111 ans de 1905 à 2015)

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche peut chuter jusque 0,79 m3/s[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être fort importantes. Ainsi le débit instantané maximal enregistré a été de 68 m3/s le 1er septembre 1968. Le QIX 10 est de 46 m3/s, le QIX 20 de 53 m3/s et le QIX 50 de 62 m3/s. Les QIX 2 et QIX 5 valent quant à eux respectivement 28 et 39 m3/s[2].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La Bonne est alimentée par les précipitations fort abondantes qui tombent avant tout sous forme de neige. La lame d'eau vaut 1 005 mm annuellement, ce qui est bien plus élevé que la moyenne française. Le débit spécifique (ou QSP) atteint 31,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - La Bonne (W23-0400) » (consulté le 26 juin 2015)
  2. a, b, c, d, e, f et g Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Bonne à Entraigues (Pont Battant) (W2314010) » (consulté le 26 juin 2015)
  3. Voir carte sur Google maps
  4. a et b Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 27 juin 2015)
  5. M. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus et al., La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, t. 20, H. Lamirault (Paris), 1885-1902 (lire en ligne), p. 990
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Béranger (W2310500) » (consulté le 27 juin 2015)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Malsanne (W2330500) » (consulté le 27 juin 2015)
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Roizonne (W2330520) » (consulté le 27 juin 2015)