Boche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte postale en franchise militaire de 1919 « Un gros bonjour de Bochie » (Allemagne).

Boche est un terme péjoratif pour désigner un soldat allemand ou une personne d'origine allemande, mot qui a été utilisé par les Français, les Belges et les Luxembourgeois de la Guerre franco-allemande de 1870 jusque bien après la Seconde Guerre mondiale. Son usage, devenu rare et plutôt familier, peut être considéré comme injurieux, en dehors d'un texte historique.

Origine[modifier | modifier le code]

Le mot « boche » est une aphérèse de alboche qui serait formé de « al » pour allemand et de « -boche », une suffixation argotique venue peut-être de bosse, « tête » (occitan caboça[1]), que l’on retrouve dans caboche (cap, « tête »), Rigolboche, Alboche (Allemand), Italboche, et des expressions comme « au truc, si l'Alboche est paquet » (1860)[2], qui signifie « Au jeu, si l'Allemand est grossier »[3], ou « têtes de boche », utilisée en Lorraine et en Alsace et citée dans le Dictionnaire de l'argot moderne de Rigaud (1881).

« Tête de boche » signifiait autrefois « tête de bois »[4]. Bocho[5], en provençal (occitan bòcha[1]), désigne une boule en bois. Le Dictionnaire de l’argot des typographes d’Eugène Boutmy (1883) comporte l’entrée Boche (tête de) avec la définition suivante : « s. f. Tête de bois. Ce terme est spécialement appliqué aux Belges et aux Allemands parce qu’ils comprennent assez difficilement, dit-on, les explications des metteurs en pages, soit à cause d’un manque de vivacité intellectuelle, soit à cause de la connaissance imparfaite qu’ils ont de la langue française et de leur impardonnable ignorance de l’argot typographique[6]. »

Ceci est à rapprocher de « bosch », bois en bas allemand et néerlandais : « 's-Hertogenbosch » aux Pays-Bas, se traduit en français par « Bois-le-Duc ». Donc, tête de « bosch » = tête de bois, et l'expression vient peut-être des Allemands eux-mêmes qui l'auraient employée en 1870.

Dans les Pieds nickelés s’en vont en guerre, Louis Forton les fait abondamment parler des « Alboches ». Le mot « Alboche » se trouve à deux reprises dans les poèmes en contrerimes de Paul-Jean Toulet, publiés à titre posthume en 1921[7],[8].

En Suisse romande, l'expression Suisse-Alboche n'est pas utilisée, les expressions suivantes sont communément utilisées mais n'ont pas de sens péjoratif mais plutôt distinctif (le fait de cibler une personne de langue allemande) : Staufifes, Staubirnes, Köbis, Totos, Bourbines. Exemple : « les Staufifes » ou « les suisses-totos »

Usage[modifier | modifier le code]

Le mot boche commence à se répandre dans l'argot militaire à partir de la guerre franco-allemande de 1870. Il est surtout popularisé par les poilus dans les tranchées de la Grande Guerre, sans être systématiquement empreint d'animosité[9], avant de passer dans le langage commun.

Les Boches (Allemands) habitent en Bochie (Allemagne) ou en sont originaires[10].

Il reste en usage durant la Seconde Guerre mondiale, mais il est alors concurrencé par d'autres expressions péjoratives à l'encontre des Allemands, comme « Fritz », « Chleuhs », « Fridolins », « Frisés », « Vert-de-gris », « Doryphores » et « Teutons »[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis Alibert, Dictionnaire occitan-français, Toulouse, IEO, 1966-1977.
  2. Mentionné dans un ouvrage de Hogier-Grison en 1860.
  3. « ALBOCHE, adj. et subst. », sur cnrtl.fr.
  4. Gyp,Souvenirs d'une petite fille, tome 1, 1927, p. 128.
  5. Frédéric Mistral, Trésor du Félibrige.
  6. Wikisource.
  7. Paul-Jean Toulet 1921, p. 25.
  8. Paul-Jean Toulet 1921, p. 31.
  9. Collectif de recherche international et de débat sur la Guerre de 1914-1918, « Lexique des termes employés en 1914-1918 (A-B) : Boche, Bochie » [archive du ], sur crid1418.org.
  10. « Bochie » [archive du ], sur www.languefrancaise.net.
  11. François Cavanna, « Les Russkoffs » [archive du ] [PDF], , p. 488.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]