Fumée (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bleu fumée)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fumée, gris fumée et bleu fumée sont des noms de couleur en usage dans la mode et la décoration pour désigner des couleurs claires, en référence à la fumée. La fumée bleue est souvent associée au cigare et à la cigarette.

Dans les nuanciers actuels, on trouve, en couleur de papier 429 gris fumé[1] ; en fil à broder 646 fumée grise[2], 3963 bleu fumée[3].

Le Répertoire de couleurs de la Société des chrysanthémistes publié en 1905 indique quatre tons de Fumée « reproduction du Fumosus du professeur Saccardo. — Couleur rappelant celle de la fumée provenant de la combustion du bois de chauffage, synonyme de Gris cachou et de Gris nuage ». Il s'agit d'un gris-beige[4]. Cela n'empêche pas qu'on trouve à la même époque une « toilette élégante en drap pastel bleu fumée » dans une description de mode, sans qu'on puisse en connaître la nuance exacte[5].

Au XIXe siècle, Michel-Eugène Chevreul a entrepris de repérer les couleurs entre elles. Fumée de Londres fait partie des « Noms de couleur le plus fréquemment usités dans la conversation et dans les livres » ; c'est un gris bleuté à peine plus clair que le noir (19 ton, le blanc étant 0 et le noir 21)[6].

Le nuancier et dictionnaire de noms de couleur de langue anglaise ICSS-NBS associe le mot fumée à plusieurs teintes : « smoke » 185, 186, 191, 266, ce dernier aussi « smoke brown » (brun fumée) et « smoked pearl » (perle fumée) ; « smoke blue » (bleu fumée) 192, 203 ; « smoke gray » (gris fumée) 90, 93 ; « smoke pine » (couleur pin fumée) 122, 154 ; « smoke ring » (rond de fumée) 185 ; « smokestain rose » (rose fumée) 18 ; « smoke yellow » (jaune fumée, identique à sable) 109, 112[7]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « nuancier mi-teintes », sur idec.free.fr.
  2. « Nuancier DMC numéros et noms », sur sd-g1.archive-host.com.
  3. « Fil Isacord pour machine à broder », sur filoom.com.
  4. Henri Dauthenay, Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits : publié par la Société française des chrysanthémistes et René Oberthür ; avec la collaboration principale de Henri Dauthenay, et celle de MM. Julien Mouillefert, C. Harman Payne, Max Leichtlin, N. Severi et Miguel Cortès, vol. 2, Paris, Librairie horticole, (lire en ligne), p. 363
  5. « Description des gravures », Le mois littéraire et pittoresque,‎ (lire en ligne)
  6. Michel-Eugène Chevreul, « Moyen de nommer et de définir les couleurs », Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, t. 33,‎ , p. 131 (lire en ligne)
  7. « ISCC-NBS Dictionary of Colo(u)r Names (1955) », sur tx4.us.