Blanche Vogt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Blanche Vogt
Image dans Infobox.
Photo publiée dans Femme de France, le 15 février 1931.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Blanche Charlotte Goulette
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Blanche Vogt (née le à Nancy et morte le à Paris 14e[1]) est une journaliste et écrivaine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Blanche Vogt fait des études de lettres et s'essaie à la poésie puis travaille comme secrétaire à la Revue de l'enseignement primaire d'Henri Baudéan. Elle y rencontre Jean Jaurès et Gustave Théry grâce à qui elle commence à travailler comme journaliste à L'Œuvre [2]. Elle travaille parfois en immersion, couvre des procès et signe ses articles du pseudonyme Une passante.

Elle défend la cause des femmes et collabore à diverses publications féministes comme Minerva ou La Française[2].

En 1928, elle co-fonde le Club des belles perdrix, avec d'autres journalistes, parmi lesquelles Marcelle Tinayre, Andrée Viollis, Hélène Gosset, ou Lucie Delarue-Mardrus, un club gastronomique réservé aux femmes[3].

Blanche Vogt est également une écrivaine : elle publie des romans, essais et récits.

Elle décède en 1969, à l'âge de 81 ans[2]

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Avec Suzanne de Callias (texte et ill.), Aux pays des femmes-soldats. Finlande. Esthonie. Danemark. Lithuanie, Fasquelle éditeurs, 1931
  • Les Français sont des hommes du monde, le savoir-vivre à l'âge atomique, France-Sélection, 1948, 160 p.
  • Avec Jean Rigaud (ill.), L’Isle-Adam, perle de l’Île-de-France, Librairie Aristide Quillet, 1953, 119 p.
  • La jeunesse de Claire Chamarande, J. Ferenczi et fils, 1925
  • Le mariage de Reine Avernie, Éditions eLui et moie, 1947, 128 p.

Articles[modifier | modifier le code]

  • La crise de la monnaie va finir, L’Œuvre, n° 1507 du 8 novembre 1919
  • Les Petits locataires d’un billets de vingt sous, L’Œuvre du 12 octobre 1920, Lire en ligne
  • 300 femmes au service de 45 000 familles, n° 82 du 17 mai 1940
  • Une fraude - Nos bottes de daim sont en mouton, L’Œuvre, n° 1536 du 15 décembre 1919
  • Un Jaures inconnu, dans Les Œuvres Libres n° 140, Fayard, 1933
  • Yvonne Carton, dans Les Œuvres Libres n° 107, Fayard, 1930

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Paris 14e, n° 1707, vue 13/31.
  2. a b c et d Bernard Matot, Premières femmes journalistes, Bordeaux, L'Eveilleur, , 224 p. (ISBN 9791096011407), p. 150-156
  3. Blanche Vogt, « Un club de gourmandes », Lecture pour tous,‎ , p. 79
  4. a et b « Blanche VOGT | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]