Black Friday (1945)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vendredi noir.
"Black Friday"
Raid sur le Fjord de Førde
Description de cette image, également commentée ci-après

Le Z33 sous le feu de l'aviation alliée le .

Informations générales
Date
Lieu Fjord de Førde (Norvège)
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau de l'Australie Colin Milson
Forces en présence
31 Beaufighters
10 P-51 Mustangs
2 Warwicks ASR
12 Fw 190s
1 destroyer classe Type 1936A
3 à 9 navires d'escorte
Pertes
9 Beaufighters
1 P-51 Mustang
14 tués
5 prisonniers
5 Fw 190s
2 pilotes et 7 marins tués

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagnes du Danemark et de Norvège
Incident de l'Altmark · Opération Wilfred · Opération Weserübung · Plan R 4 · Campagne de Norvège · Bataille du détroit de Drøbak · Bataille de Midtskogen · Bataille de Narvik · Opération Hammer · Bataille de Dombås · Forteresse d'Hegra · Bataille de Vinjesvingen · Opération Alphabet · Opération Juno · Îles Féroé · Invasion de l'Islande · Groenland · Opération Doomsday


Front d’Europe de l’ouest


Front d’Europe de l’est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise
Coordonnées 61° 28′ nord, 5° 39′ est

Géolocalisation sur la carte : Sogn og Fjordane

(Voir situation sur carte : Sogn og Fjordane)
"Black Friday"Raid sur le Fjord de Førde

Géolocalisation sur la carte : Norvège

(Voir situation sur carte : Norvège)
"Black Friday"Raid sur le Fjord de Førde

Le , une force aérienne alliée composée essentiellement de chasseurs lourds Bristol Beaufighter subit de lourdes pertes au cours d'une attaque ratée sur le destroyer allemand Z33 (en) et ses navires d'escorte. L'opération a été, a posteriori, surnommée « Black Friday » (« Vendredi noir ») par les équipages survivants alliés.

Les navires allemands avaient trouvé refuge dans le fjord Førde (en), en Norvège, où ils tenaient une solide position défensive obligeant les avions alliés à attaquer sous la menace directe d'armes anti-aériennes. Les Beaufighter et leur escorte de North American P-51 Mustang ont également été surpris par douze chasseurs Focke-Wulf Fw 190 allemands de l'escadron Jagdgeschwader 5 de la Luftwaffe. Lors de l'attaque, deux des navires allemands seront endommagés pour la perte de 10 appreils alliés (7 Beaufighters par des canons antiaériens et deux autres plus un P-51 abattus par les Fw 190). Quatre ou cinq chasseurs allemands ont été abattus par les avions alliés, dont un piloté par l'As Rudi Linz (en).

La décision d'attaquer le Z33 et son escorte, plutôt qu'un groupe de navires marchands à proximité était conforme aux ordres du Coastal Command de l'Amirauté britannique. Les lourdes pertes subies lors du raid amena dans les opérations ultérieures la préférence d'une attaque sur des navires de commerce à la place des destroyers et petits navires de guerre. En outre, un autre escadron de P-51 Mustang sera déployé pour protéger des chasseurs allemands les aéronefs alliés opérant près de la Norvège.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Suite aux victoires Alliés en France et en Europe de l’Est, l’activité maritime de la flotte de surface allemande est en grande partie confinée à la partie inférieure de la Baltique et des eaux norvégiennes à la fin de l'année 1944. La Kriegsmarine dut se contenter des ports suédois pour continuer la bataille de l’Atlantique et acheminer vers l'Allemagne les matières premières suédoises, vitales à l'effort de guerre allemand. Quand La mer Baltique fut prise par les glaces durant l’hiver 1944-45, le seul port encore disponible pour transporter minerai de fer suédois était celui de Narvik, au nord de la Norvège.

En réponse à l'augmentation croissante du trafic maritime allemand dans les eaux norvégiennes, le Costal Command de la Royal Air Force transféra sept squadrons spécialisés dans la lutte antinavire, des bases de l’Est de l’Angleterre vers le Nord de l'Écosse, pendant les mois de septembre et d’. Trois escadrons dotés de bombardiers légers De Havilland DH.98 Mosquito furent stationné sur la base RAF de Banff (en) (Écosse) pendant que le No. 18 Group RAF (en) composé de quatre squadrons de chasseurs lourds Bristol Beaufighter furent transférés vers la base RAF de Dallachy (en). Ce groupe était composé de vétérans de la lutte antinavire en Mer du nord., à savoir le No. 144 de la Royal Air Force, le No. 404 de la Royal Canadian Air Force, le No. 455 de la Royal Australian Air Force, et le No. 489 de la Royal New Zealand Air Force.

Les attaques menées depuis Banff forcèrent rapidement les navires allemands voyageant le long des côtes norvégiennes, à naviguer de nuit et à s'abriter au cœur des fjords pendant la journée. Afin de débusquer ces navires, le Costal Command engageait quotidiennement l'ensemble des ses appareils dans des patrouilles sur le littoral norvégien, allant de Skagerrak à Trondheim. Durant cette période, l'aviation alliée chercha à développer une tactique consistant à envoyer deux éclaireurs en avance sur la patrouille principale; ces avions, pilotés par un équipage expérimenté, devaient alors pénétrer dans les fjords à la recherche de cible, que les patrouilles normales auraient pu ratées[1].

À partir de , ces patrouilles furent régulièrement escortées par des chasseurs Mustang Mk III (version anglaise du P-51 Mustang) et ainsi que par des les avions de sauvetage, Vickers Warwick. Un seul escadron de Mustang était disponible à cette période, ces chasseurs à long d'action étaient avant tout assigner pour couvrir les raids des bombardiers lourds au-dessus de l'Allemagne. La chasse allemande avait commencé à intervenir au-dessus de la côte norvégienne dès décembre, et à la fin du mois suivant, il était courant que les appareils alliés, opérant dans cette zone, soient pris à partie par des groupes d'une trentaine de chasseurs. En , la Luftwaffe alignait 85 chasseurs monomoteurs et environ 45 chasseurs lourds bimoteurs, opérant depuis dix à douze aérodromes répartis au sud de Trondheim.

Durant les premières semaines de 1945, une grande partie des opérations alliées furent annulées en raison des conditions climatiques hivernales désastreuses[2]. Le , les DH-98 de Banff furent interceptés par 30 Fw 190 du III. Gruppe de la Jagdgeschwader 5 (III./JG 5), durant un raid sur Leirvik. Le résultat de la confrontation sera de 5 Mosquito perdus pour 5 Fw 190 abattus. Le , les groupes de chasse 9./JG 5 et 12./JG 5 (commandé par le Leutnant Rudi Linz, As allemand de 28 ans aux 69 victoires) de la Jagdgeschwader 5 sont transférés à Herdia, près de Bergen, soit approximativement 105 km au sud du fjord de Førde.

Le destroyer Z33 (en) de la Classe Narvik entra en service à partir de . Il servit dans les eaux norvégiennes à partir de juillet de cette même année et pu combattre à de nombreuses reprises. Il fut d'ailleurs le dernier destroyer de la Kriegsmarine à quitter le nord de la Norvège pour l'Allemagne , le [3]. Il était prévu que son sister-ship Z31 (en), de retour de carénage à Bergen suite à de gros dommages infligés durant les combats du 28 janvier 1945 (en), le rejoigne en mer Baltique pour former une escadre vers leur destination commune[4]. Cependant, le Z33 s'échoua le près de Burfjord, endommageant son arbre d'hélice et mettant hors service ses deux moteurs. Il fut alors pris en remorque jusqu'à Trondheim pour réparations[3]. Le Z33 et ses deux remorqueurs trouvèrent refuge dans le Fjord de Førde durant ce jour du en attendant de poursuivre vers Trondheim à la faveur de la nuit[5]

Bataille[modifier | modifier le code]

Prélude[modifier | modifier le code]

Au matin du , une patrouille de routine de deux Beaufighters du no.489 (RNZAF), le long de la cote norvégienne débusque un navire marchand de 1,500 tonnes dans le nord du fjord de Stong. Continuant vers le nord, ils ont été étonnés de trouver un destroyer de classe Narvik accompagné d'un dragueur de mines et de deux bateaux antiaériens dans le fjord de Førde. La patrouille finit par apercevoir cinq autres grands navires marchands dans le Nord de Gulen, ainsi que deux dragueurs de mines et un bateau antiaérien près de Bremanger. Le commandement allié, à la différence de ses pilotes, était déjà au courant que le Z33 devait se trouver dans ce secteur, grâce aux écoutes des transmissions radio allemandes décryptées par Ultra[2].

Les unités de la base RAF de Dallachy se préparaient à mener l'attaque du groupe de 5 navires de commerce aperçus durant cette patrouille, quand le Costal Command ,sous les ordres de l'Amirauté, décida que les bâtiments de guerre devaient être la cible prioritaire[6],[7]. Ainsi, les squadrons furent assignés à attaquer le Z33 et son escorte, bien que ceux-ci étaient fortement protégés et dans une position défensive favorable[8].

Le Wing Commander Jack Davenport, qui dirigeait le No.455 Squadron depuis et maintenant promu au No. 18 Group RAF, planifia l'attaque du Z33[9]. Le plan prévoyait que deux éclaireurs se porteraient en avant du gros de la force d'attaque, pour confirmer la localisation précise des bâtiments allemands. Les Beaufighters devaient commencer leur approche par l'est du mouillage, puis virer vers l'ouest afin de mener leur attaque avant de décrocher vers la mer[1]. Davenport chercha ainsi à minimiser les pertes possibles dans ses rangs mais la topologie et le profil étroit du fjord rendait toute l'opération très risquée[10] La direction de la mission fut confiée au Wing Commander Colin Milson, le commandant le No. 455 âgé de 25 ans, qui était un vétéran des missions antinavires en Méditerranée et Mer du Nord[2]. Milson émis des réserves en précisant que ce raid serait couteux en vie humaine , d'autant plus que la fin du conflit approchée, mais accepta de mener l'opération aux mieux des ses capacités[11].

Du côté allemand, l'escadre du Z33 convaincue de l'éminence d'une attaque, s'enfonça plus profondément dans le fjord et organisa sa défense. Le Z33 et ses bâtiments d'escorte se répartirent le long de la coté méridionale du fjord, près du village de Bjørkedal, en s'ancrant fermement dans les pentes abruptes. Pendant ce temps, les autres navires se positionnèrent plus au nord après s'être frayé un chemin dans la banquise à coup de canon[12],[13][(I) 1][14]. L'emplacement des navires était par ailleurs protégé par des batteries Flak, positionnées sur les rives du fjord.

L'attaque[modifier | modifier le code]

Le à 13 h 30, 31 Beaufighters menés par le Wg Cdr. Colin Milson décollèrent de la Base RAF Costal Command de Dallachy, située dans le Nord de l'Ecosse. L'ensemble des Squadrons de Dallachy prirent part à l'attaque [11]: 9 Beaufighters du No. 144 (RAF) et 3 du No. 489 (RNZAF), avec leurs armement standard de 4 canons de 20 mm et 6 mitrailleuses de 7,7 mm tandis que 11 Beau du No. 404 (RCAF) et 11 autres du No. 455 (RAAF), étaient armés en plus de roquettes RP-3 de 60 Lbs [5].Cette force d'assaut fut rejointe par son escorte de 10 chasseurs P-51 Mustang du No. 65 RAF ainsi que 2 avions de sauvetage Vickers Warwick ASR du No. 279 RAF transportant des bateaux de secours parachutables, destinés aux équipages qui tomberaient en mer[2],[11].[(II) 1]

À 15 h 40, sitôt la côte norvégienne atteinte, deux Beaufighters du No. 489 se détachent de la force principale en tant qu'éclaireurs[12]. Les deux appareils firent leur apparition au-dessus du fjord de Førde à l'endroit précis où les navires allemands avaient été vus le matin même.

À 15 h 50, un message radio parvient à Milson l'informant que les navires ne sont plus là[1]. Les deux éclaireurs poussent leur vol de reconnaissance vers l'est et survolent la ville de Førde avant d'explorer le fjord plus au nord. Au cours, de leur vol, ils ne détectent pas les navires allemands qui sont redéployées. Au même moment, 12 chasseurs Fw-190 des Staffel 9 et 12 de la Jagdgeschwader 5, décollent de leur base de Helda pour intercepter le gros de l'escadrille de Milson[14].

Plusieurs minutes plus tard, Milson et son escorte atteignent la coté sud du fjord Førdeen volant en direction du nord. À leur grande surprise, les appareils passèrent à la vertical des navires allemands qui les accueillirent par un feu anti aérien nourri, mais aucun avion ne fut touché[1]. Milson fit alors basculer sa formation vers la droite, espérant mener une passe d'est en ouest comme initialement prévue dans le plan. Malheureusement, les parois très abruptes du fjord rendaient toute attaque impossible[1],[13]. Par conséquent, Milson dirigea ses forces vers l'entrée du fjord à l'est et ordonna à ses Beaufigther d'attaquer les uns après les autres d'ouest en est. Les appareils seraient donc contraints de mener un assaut face aux défenses allemandes, déjà en alerte, avant de redresser pour s'échapper en passant au-dessus des montagnes escarpées[1]. De plus, l'étroitesse du fjord ne permettait aux aviateurs Alliés qu'une attaque frontale, un par un, sur un seul axe, au lieu d'utiliser la tactique habituelle qui consistait à submerger les défenses ennemis en menant des attaques simultanées en plusieurs points[15].

Beaufighter attaquant le navire marchand Ingerseks abrité le long des falaises (900 m d’altitude) près de Sognefjord le 23 avril 1945. Le raid du 9 février s'est effectué dans des conditions presque similaires.


À 16 h 10, Milton mena son premier groupe et attaqua un navire antiaérien. Il parvient à évacuer le fjord sans avoir été touché, tandis que les Beaufighters suivant s'alignent les uns après les autres pour effectuer leur attaque[13]. C'est à cet instant , que les 12 Fw 190 se mêlent au combat traversant leur rideau de DCA pour attaquer les Beaufighters attendant leur tour pour entrer dans le fjord. les Mustangs britanniques sont surpris mais plongent pour intercepter les chasseurs ennemis[14],[16]. Une bataille aérienne de grande ampleur s'engage, avec une cinquantaine d'appareils mélangeant combat aérien et attaque de bateaux. C'est à jour la plus grande bataillle aérienne jamais menée au-dessus de la Norvège [16].

Les combats firent rage jusqu'à 16 h 25[16]. À ce moment, les navires allemands avaient abattus sept Beaufighters. Les Fw 190 revendiquèrent deux autres Beaufighters et un Mustang III au cours de l'engagement [15].Le No. 404 Squadron avait à lui seul perdu 6 appareils sur les 11 engagés[17].Au total, les pertes alliées s'élevaient à 14 aviateurs tués et 4 prisonniers de guerre [18]. Le raid endommagea le Z33 ainsi que plusieurs autres bâtiments allemands. Quatre ou cinq Fw 190 furent également abattus. L'As Rudi Linz et un autre aviateur allemand furent tués[17],[19],[20][(III) 1]. Les pertes de la Kriegsmarine furent de quatre marins tués à bord du Z33 et trois autres sur le chalutier armé VP6808. Il fort probable que les autres navires allemands aient aussi subit des pertes[21].

Aviateurs engagés[22][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c, d, e et f Milson (2010), p. 53
  2. a, b, c et d Milson (2010), p. 51
  3. a et b Koop and Schmolke (1995), p. 114
  4. Roskill (1961), p. 254
  5. a et b Parry (2002), p. 47
  6. Conyers Nesbit (1995), p. 220
  7. Alexander (2009), p. 180
  8. Alexander (2009), p. 181
  9. Alexander (2009), p. 181–182
  10. Alexander (2009), p. 182
  11. a, b et c Conyers Nesbit (1995), p. 221
  12. a et b Milson (2010), p. 52
  13. a, b et c Conyers Nesbit (1995), p. 224
  14. a, b et c Conyers Nesbit (1995), p. 225
  15. a et b Goulter (1995), p. 254
  16. a, b et c Milson (2010), p. 54
  17. a et b Greenhous (1994), p. 473
  18. Conyers Nesbit (1995), p. 226–228
  19. Milson (2010), p. 54–55
  20. Conyers Nesbit (1995), p. 228
  21. Parry (2002), p. 50
  22. Parry (2002), p. 51
  23. a, b, c, d, e, f et g http://www.404squadron.com/blackfriday.html
  24. Conyers Nesbit (1995), p. 235

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Kristen Alexander, Jack Davenport: Beaufighter Leader, Sydney, Allen & Unwin, (ISBN 978-1-74175-776-7)
  • (en) Chris Ashworth, RAF Coastal Command 1936–1969, Yeovil, Patrick Stephens Limited, (ISBN 1-85260-345-3)
  • (en) Martin Bowman, Mosquito Bomber/Fighter Units 1942–45, Oxford, Osprey Publishing, (ISBN 1-85532-690-6)
  • (en) Roy Conyers Nesbit, The Strike Wings: Special Anti-Shipping Squadrons 1942–1945, London, HMSO, (ISBN 0-11-772687-7)
  • (en) Christina J. M. Goulter, A Forgotten Offensive: Royal Air Force Coastal Command’s Anti-shipping Campaign, 1940–1945, London, Frank Cass, (ISBN 978-0-7146-4147-8)
  • (en) Brereton Greenhous, The Crucible of War, 1939–1945, Toronto, University of Toronto Press, coll. « Volume 3 of The Official History of the Royal Canadian Air Force », (ISBN 0-8020-0574-8, lire en ligne)
  • (en) John Herington, Air Power Over Europe, 1944–1945, Canberra, Australian War Memorial, coll. « Australia in the War of 1939–1945. Series 3 – Air », (OCLC 3633419, lire en ligne)
  • (en) Gerhard Koop et Schmolke, Klaus-Peter, German Destroyers of World War II, London, Greenhill Books, (ISBN 1-85367-540-7)
  • (en) Scott Milson, « Battle over the fjord », Australian War Memorial, Canberra, no 52,‎ (ISSN 1328-2727)
  • (en) Simon W Parry, Beaufighter in Focus, Walton on Thames, Red Kite, (ISBN 0-9538061-2-X, lire en ligne)
  • (en) S.W. Roskill, The War at Sea 1939–1945. Volume III: The Offensive Part II, London, Her Majesty's Stationery Office, (OCLC 464447827)

liens externes[modifier | modifier le code]



Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « (I) », mais aucune balise <references group="(I)"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque.
Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « (II) », mais aucune balise <references group="(II)"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque.
Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « (III) », mais aucune balise <references group="(III)"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque.